Amundi et EDF bouclent leur premier investissement pour la transition énergétique - L'EnerGeek

Amundi et EDF bouclent leur premier investissement pour la transition énergétique

EDF

Créée en 2014 par Amundi et EDF, la société de gestion Amundi Transition Energétique est destinée à lever plus de 1,5 milliard d’euros d’ici la fin de l’année 2017 pour le financement de projets de production renouvelable et d’efficacité énergétique. Elle a finalisé la semaine dernière son premier investissement via l’acquisition auprès du groupe Dalkia d’une participation majoritaire dans un portefeuille d’installations de cogénération fonctionnant au gaz.

Spécialisée dans la gestion d’actifs au niveau international, la société française Amundi, filiale du Crédit Agricole, apporte dans le cadre de ce partenariat son expérience d’investisseur en matière de structuration et sa capacité à mobiliser l’épargne, tandis que le groupe EDF met à disposition sa capacité à identifier les meilleures opportunités d’investissement dans le secteur. Ensemble, ils espèrent lever à terme plus de 1,5 milliard d’euros dans le but de financer des projets de production renouvelable dans les filières éolienne, solaire et hydraulique (petite hydroélectricité exclusivement) et des projets d’efficacité énergétique.

Lire aussi : Terra energies, un fonds d’investissement pour les ENR dans la région ALPC

La prise de participation au sein du groupe Dalkia est le premier investissement de cette société de gestion commune. D’une valeur supérieure à 150 millions d’euros, cette première transaction d’Amundi Transition Energétique représente plus de 330 mégawatts (MW) de puissance électrique répartie sur 132 installations produisant de l’électricité et de la chaleur pour les besoins de clients industriels ou publics.

Lire aussi : Les investissements verts stagnent en France depuis 2013

Pensée pour des investisseurs institutionnels et des particuliers, ce partenariat entre un gestionnaire d’actifs et un industriel vise surtout à développer une nouvelle catégorie d’actifs alternatifs déconnectés de l’instabilité des marchés traditionnels, dans le but d’attirer l’épargne longue et de financer l’économie réelle. Dalkia conserve donc dans ce cadre le contrôle des actifs afin de piloter la relation commerciale et de garantir aux clients les performances opérationnelles attendues. « Dalkia conserve la maîtrise du risque industriel et Amundi Transition énergétique celle du risque financier », explique aux Echos Matthieu Poisson, directeur général d’ATE et responsable des infrastructures chez Amundi, précisant que « ce type de co-investissement dans le secteur de l’efficacité énergétique entre un industriel et un financier est une première en France ».

Crédits photo : Amundi

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 20 Fév 2015
Le projet éolien offshore de Dogger Bank Creyke Beck a obtenu, mardi 17 février de la part du gouvernement britannique, une autorisation de construction. Ce double parc éolien, qui sera érigé au large de la côte Nord-Est de l'Angleterre, constitue…
lun 22 Fév 2016
Depuis l'adoption de la loi sur la transition énergétique en août dernier, on connait plus précisément les modalités de la transition énergétique en France. Ainsi, pour rééquilibrer son mix énergétique, la France devra augmenter la part des ENR et conserver la…
jeu 19 Juin 2014
La République du Chili est un pays d'Amérique du Sud qui partage ses frontières avec la Bolivie, le Pérou et l'Argentine. Avec un taux de croissance annuel qui dépasse les 6%, le pays dirigé par Michelle Bachelet fait figure de…
jeu 29 Sep 2016
Plusieurs parlementaires de la Confédération helvétique s’opposent à la stratégie énergétique 2050. Alors que le projet fera l’objet d’un vote à la fin de la semaine, la plateforme Alliance Energie propose déjà d’organiser une consultation populaire. (suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *