Redémarrer un réacteur nucléaire : un processus long et complexe Redémarrer un réacteur nucléaire : un processus long et complexe

Redémarrer un réacteur nucléaire : un processus long et complexe

Après les différentes péripéties que l’électricien français a connues à l’approche de l’hiver, celui-ci obtenait début décembre l’autorisation de l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) de remettre en fonction sept réacteurs nucléaires. Le processus de redémarrage pouvait alors débuter selon le planning prévisionnel disponible sur le site de Réseau de transport d’électricité (RTE). Planning qui a depuis fait l’objet de plusieurs changements qui semblent avoir suscité quelques interrogations. Ces changements ne sont toutefois pas à dramatiser: s’agissant d’un processus particulièrement complexe, ces quelques modifications à la marge sont loin d’être anormales.

Le processus de redémarrage d’un réacteur nucléaire n’est pas chose aisée. Tout commence avec le rechargement du combustible suivi par la fermeture de la cuve du réacteur. Une fois ces deux étapes achevées, place à la montée progressive des circuits en pression et en température. Cette étape étant considérée comme cruciale, l’ASN en est systématiquement prévenue.

Lire aussi : EDF confirme le redémarrage de 7 réacteurs nucléaires en décembre

Une fois les valeurs cibles de pression et de température atteintes, les équipes procèdent à la divergence, autrement dit elles initient la réaction en chaine. A ce moment du processus, l’ASN jour également un rôle important. La divergence du réacteur ne peut se faire sans son autorisation. Une fois cette autorisation obtenue, une dizaine de composants, essentiels pour la protection du réacteur, subit une batterie de tests de fonctionnement. Si les tests sont concluants, la puissance du réacteur est augmentée progressivement, par palier, jusqu’à atteindre sa pleine puissance.

L’ensemble du processus peut prendre jusqu’à 3 semaines. Le type de matériel à tester n’étant pas le même selon le type d’arrêt, il ne peut y avoir de durée « standard ». C’est bien le type d’arrêt et la nature des opérations de maintenance qui définiront la durée totale du processus.

Lire aussi : Nucléaire : une énergie stratégique pour aujourd’hui comme pour demain ?

En plus d’être long et complexe, le redémarrage d’un seul réacteur peut mobiliser jusqu’à 200 personnes (automaticiens, essayeurs/testeurs, chimistes, etc.). Les étapes se succédant obligatoirement dans un ordre précis, les équipes ne peuvent jamais travailler en même temps. Une équipe ne commence que lorsque celle qui la précède a terminé son activité.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Mar 2017
La Haute cour d'Osaka au Japon a confirmé, mardi 28 mars 2017, le droit d'exploitation des unités 3 et 4 de la centrale de Takahama, située à quelque 350 km à l'ouest de Tokyo, jugeant les nouvelles normes de sûreté…
lun 8 Déc 2014
La centrale nucléaire de Paks, située en Hongrie, à 5 kilomètres de la ville du même nom, a obtenue samedi 27 novembre la licence qui prolonge de 20 ans la durée de vie de son second réacteur. À la suite…
ven 16 Oct 2015
Après le naufrage économique d’Areva, l’Etat compte injecter entre 2,5 et 3 milliards d’euros dans ses caisses. Parallèlement, EDF est en train de prendre le contrôle d'Areva NP, la branche qui rassemble les activités de construction et de service aux…
mer 11 Juin 2014
EDF a annoncé vendredi 6 juin la réalisation des premiers essais de mise en service de la salle des commandes de l'EPR de Flamanville. Une opération qui constitue la première étape vers le lancement de ce futur "centre névralgique" de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *