Energies renouvelables : le Portugal montre l'exemple - L'EnerGeek Energies renouvelables : le Portugal montre l'exemple - L'EnerGeek

Energies renouvelables : le Portugal montre l’exemple

éolienPortugalEntre le 7 et le 11 mai derniers, la consommation électrique du Portugal a été assurée à 100 % par des énergies renouvelables. Encore dépendant des énergies fossiles il y a quelques années, le pays a dû réaliser d’importants investissements pour développer les énergies vertes. 

Selon l’APREN, l’association portugaise spécialiste des énergies renouvelables (ENR), entre 6h45 le samedi 7 mai et 17h45 le mercredi 11 mai, les centrales à pétrole, gaz et charbon n’alimentaient plus le réseau portugais. Pour arriver à se passer des énergies fossiles, le gouvernement a dû réaliser des investissements titanesques, puisqu’en 2013 le Portugal tirait 27 % de son électricité du nucléaire, 13 % de l’hydraulique, 7,5 % de l’éolien et 3 % du solaire.

Interrogé sur cette performance par le quotidien britannique The Guardian, le PDG de SolarPower, James Watson, estime que ce « qui semble extraordinaire aujourd’hui sera monnaie courante en Europe dans seulement quelques années ». Toutefois la route est encore longue avant que l’on puisse se passer définitivement des hydrocarbures. En effet, d’après les données d’EuroStat, en Suède où la part des énergies renouvelables est la plus élevée, les ENR ne représentent actuellement que 52,6 % de la consommation finale…

 

Rédigé par : jacques-mirat

ven 10 Avr 2015
C'est à la demande du gouvernement que le Conseil Maritime de façade Méditerranée, secondé par les régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Languedoc-Roussillon, a mené une consultation pour le développement de l'énergie éolienne flottante dans le Golfe du Lion (une partie de…
lun 5 Août 2013
Le Royaume-Uni vient d’annoncer une limitation des subventions accordées aux centrales biomasse qui ne produisent que de l’électricité. Le gouvernement britannique entend favoriser les centrales biomasse dites « cogénératrices » qui produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur étant…
ven 28 Août 2015
Une équipe de chercheurs de l’université de Stellenbosch en Afrique du Sud a élaboré un nouveau modèle de centrale solaire thermodynamique qui déjoue les problèmes de coût et d’installation qui entravent le développement de ce type d’énergie renouvelable. Leur prototype…
jeu 24 Mar 2016
Particulièrement adaptées aux conditions difficiles des milieux tropicaux, les centrales électriques hybrides s'imposent dans certains cas comme les seules alternatives possibles aux installations électriques 100 % thermique. C'est notamment le cas dans les îles Maldives qui devraient inaugurer prochainement la…

COMMENTAIRES

  • Le Portugal ne risque pas de tirer 27% de son électricité du nucléaire puisqu’il ne possède aucun réacteur nucléaire.

    S’il importe un peu d’électricité et en exporte par ailleurs, avec un solde importateur de 2% à 5% de sa consommation selon les années, l’électricité nucléaire provenant de France à travers l’Espagne ou directement d’Espagne ne peut représenter qu’une part infime de sa consommation d’électricité.

    En 2013, année citée, le Portugal a produit 57,8 TWh d’électricité, en a importé 8,1 TWh et exporté 5,3 TWh.

    Toujours les mêmes pseudos-journalistes incompétents qui racontent n’importe quoi.

    Répondre
  • Le bilan carbone de l’électricité portugaise est autour de 140gÉqCO2/kWh, du fait de son utilisation du gaz et du charbon, alors que celui de l’électricité EDF en France est autour de 20gÉqCO2/kWh.

    L’éolien et le photovoltaïque ne sont pas un objectif en soi, ce sont des moyens parmi d’autres pour se passer des fossiles. Ce sont des moyens plus ou moins efficaces en fonction du contexte géographique, réglementaire, économique, etc.

    Répondre
  • Salut Bachou !
    Bien sûr le Portugal émet plus que la France par kWh, cependant ils ne sont pas du tout dans la même situation, avec une consommation qui a plus que doublée depuis les années 90. Il leur faut donc développer de nouvelles capacités, à adosser à un parc existant très flexible (Hydraulique et thermique à flamme). Dans ces conditions les énergies renouvelables intermittentes sont très compétitives face au nucléaire, sans même parler du risque et des déchets. C’est ce qu’ils ont fait beaucoup avant la crise et ce qu’ils continuent à faire à un rythme plus modéré qu’avant la crise.

    @gaspar :
    Non seulement le Portugal n’a pas 27% de nucléaire, mais ils en ont 0%, vu qu’ils n’ont pas de centrale. Je pense que ces 27% se rapportent plutôt au charbon.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *