L'Andra dresse un nouveau bilan des déchets nucléaires en France - L'EnerGeek L'Andra dresse un nouveau bilan des déchets nucléaires en France - L'EnerGeek

L’Andra dresse un nouveau bilan des déchets nucléaires en France

déchets_radioactifs_photo_AndraDepuis plusieurs dizaines d’années, la France a mis en place une politique de gestion responsable des déchets produits par les activités qui utilisent la radioactivité. Les travaux de l’Andra, établissement public indépendant chargé de trouver et de concevoir des solutions de gestion sûres pour l’ensemble des déchets radioactifs français, constituent un outil précieux pour la gestion des matières et des déchets radioactifs. Son dernier rapport trisannuel publié le mercredi 1er juillet met en perspective l’augmentation prévisible des déchets nucléaires en France à l’horizon 2080 et les capacités d’entreposage correspondantes.

Des matières et déchets radioactifs en augmentation

Sur la base des déclarations de chaque détenteur de déchets, l’édition 2015 de l’Inventaire national de l’Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) présente les déchets déjà produits au 31 décembre 2013, ainsi que des prévisions sur les quantités de déchets attendues d’ici 2020, 2030 et à la fin de vie des installations. Fin 2013 donc, la France comptait ainsi environ 1,46 million de mètres cubes de déchets radioactifs, contre 1,32 million en 2010. Les déchets les plus dangereux, ceux de haute activité, provenant du combustible usé des centrales, représentaient 0,2 % du total et la proportion de déchets de moyenne activité à vie longue s’élevait à 3 %.

Cela étant, le démantèlement progressif des centrales nucléaires après 2020 devrait logiquement entraîner une augmentation significative des matières et déchets radioactifs. Toutes les estimations montrent en effet que la quantité de déchets va augmenter de façon importante dans les années à venir pour atteindre 1,8 million de mètres cubes fin 2020, puis 2,5 millions de mètres cubes fin 2030. A l’horizon 2080, la France aura finalement accumulé près de 4,3 millions de tonnes de déchets radioactifs, soit trois fois plus qu’aujourd’hui.

60% de ces déchets proviendront du secteur électronucléaire, 27 % de la recherche, 9 % de la défense, 3 % de l’industrie non nucléaire et 1 % du secteur médical. Précisons toutefois que la réexploitation des combustibles retraités diminuera la quantité de déchets les plus dangereux, qui devront être, dans le cas contraire, stockés en profondeur.

Les entreposages et stockages de déchets radioactifs

Pour faire face à cette augmentation, la réalisation dans les délais prévus du projet Cigéo (Centre industriel de stockage géologique) à la limite de la Meuse et la Haute-Marne paraît indispensable. Ce centre est destiné à conserver pour un million d’années et à plus de 500 mètres de profondeur les déchets les plus radioactifs issus de la production d’électricité nucléaire française, dont 43.000 m3 sont actuellement entreposés dans les centres de La Hague, Marcoule et Cadarache.

Le début des travaux est envisagé pour 2020, soit une année de retard par rapport aux prévisions d’origine tandis que la demande d’autorisation préalable à l’exploitation sera finalement remise en deux temps entre 2015 et la fin de l’année 2017. Sa mise en service est prévue pour 2025.

En attendant, les déchets hautement et moyennement radioactifs à longue vie sont généralement stockés sur site, tandis que le centre de stockage de l’Aube accueille l’ensemble des déchets radioactifs de faible et moyenne activité à vie courte (FMA-VC). Le centre de stockage de la Manche étant arrivé à saturation, les déchets à très faible activité (TFA) sont eux aussi entreposés dans l’Aube.

Stimuler l’innovation pour une meilleure gestion des déchets

Outre la mise en place des capacités de stockage nécessaires, les prévisions de l’Andra permettent aux producteurs de déchets de travailler dès aujourd’hui à des programmes de réduction des volumes de déchets à la source avant même leur production. On peut citer ici par exemple les efforts de caractérisation et de tri, l’optimisation des scénarios de démantèlement et l’amélioration des conditionnements.

L’appel à projets lancé par l’Andra et l’ANR en 2014, dont les résultats sont attendus prochainement, permettra en outre de faire émerger des initiatives innovantes dans ce domaine.

 

Crédits photo : Andra

Rédigé par : livingston-thomas

dim 2 Oct 2016
Le 15 septembre dernier, le gouvernement britannique a officiellement donné son accord pour la construction de deux EPR sur le site de la centrale nucléaire d’Hinkley Point, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Alors que le Royaume-Uni est encore très dépendant…
lun 6 Fév 2017
Barbara Romagnan, députée (SRC) du Doubs et Julien Aubert (LR), député du Vaucluse, respectivement rapporteure et président de la mission d’information relative à la faisabilité technique et financière du démantèlement des installations nucléaires de base, ont présenté, le 1 février…
jeu 17 Avr 2014
Par erreur, de l’eau hautement contaminée a été déversée dans l’un des bâtiments de la centrale de Fukushima. L’incident a été révélé par un courriel de la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), chargé de stocker l’eau souterraine en amont des réacteurs…
mar 7 Jan 2014
Areva, industriel français spécialisé dans le nucléaire, et Solvay, groupe belge spécialisé dans la chimie, ont annoncé fin décembre avoir conclu un accord de partenariat afin de valoriser le thorium, un élément chimique affichant un fort potentiel de combustible nucléaire.…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *