Des centrales à gaz ferment en Belgique faute de compétitivité - L'EnerGeek

Des centrales à gaz ferment en Belgique faute de compétitivité

centrale-thermique_Angleur_Belgique_photoXofcEDF Luminus va fermer temporairement deux centrales à gaz à Angleur (78 MW, photo) et Izegem (22 MW) faute de rentabilité. Le groupe, qui possède 10% de la capacité électrique outre-Quiévrain, annonce également la fermeture définitive de l’unité fioul de Monsin (70 MW) à compter de 2015, afin de respecter les nouvelles normes environnementales européennes.

Contrairement à l’unité de Monsin, « en fin de vie industrielle », les unités d’Angleur (mises en service en 1978) et d’Izegem (en service depuis 1995) pourraient avoir de beaux jours devant elles. Relativement récentes, elles utilisent le combustible fossile le plus respectueux de l’environnement, à savoir le gaz naturel. Elles seront pourtant mises sous cocon à compter du 1er avril 2015.

La raison ? Le manque de compétitivité du gaz dans le contexte énergétique actuel. Le gaz, dont les cours indexés sur ceux du pétrole flambent, ne peut plus rivaliser avec le charbon, pourtant bien plus polluant. Surtout depuis que les Etats-Unis se sont convertis au gaz de schiste et cherchent à se débarrasser de leur charbon.

Plus surprenant, le gaz ne peut désormais plus rivaliser avec les énergies nouvelles, pourtant censées être les plus chères à exploiter. Les importantes politiques de subventions dans les différents pays européens, bien que progressivement revues à la baisse en raison de leur coût, ont entraîné une surproduction énergétique sur le Vieux Continent.

En dépit de cet état de surproduction, la fermeture massive des centrales à gaz en Europe (30 à 40 GW ont été mis à l’arrêt ces dernières années selon le PDG de GDF Suez Gérard Mestrallet) n’est pas sans poser de problèmes pour l’approvisionnement en électricité. Mobilisables très rapidement, elles permettent de répondre aux pics de consommation et d’assurer l’équilibre électrique. Une fonction que les nouvelles installations renouvelables, dont le niveau de production dépend des conditions climatiques, ne pourront pas toujours assurer en l’absence de nouvelles solutions de stockage de l’énergie…

Ainsi, même si les fermetures des 4 tranches à gaz belges n’entraîneront pas de suppression d’emplois grâce des réaffectations, les syndicats CSC et Gazelco ont tenu a faire part de leur inquiétude concernant l’avenir énergétique de la Belgique.

Rédigé par : jacques-mirat

mar 21 Nov 2017
Subissant de plein fouet les effets de la montée en puissance des énergies renouvelables, le groupe industriel allemand Siemens a annoncé, jeudi 16 novembre 2017, son ambition de restructurer en profondeur sa branche énergétique, largement dominée par la production de…
ven 16 Fév 2018
Faisant suite au Plan national de réduction des émissions de polluants atmosphériques (PRÉPA) publié en mai 2017, le ministère de la Transition écologique et solidaire a transmis à la Commission européenne, mardi 30 janvier 2018, un nouveau plan d’action visant…
mar 6 Juin 2017
Plusieurs conférences internationales ont été organisées autour de la baisse des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et du développement des technologies environnementales. Afin de montrer l’exemple, elles se sont progressivement engagées à réduire au maximum…
ven 13 Nov 2015
Début novembre, au Parc des expositions de Villepinte, avait lieu le Salon Batimat. A cette occasion, l’énergéticien EDF a notamment présenté sa feuille de route pour réduire les émissions de CO2 dans les logements individuels. (suite…)

COMMENTAIRES

  • Les moyens techniques utilisés un petit nombre d’heures dans l’année, pour la pointe de consommation, ont en effet un coût du MWh élevé.

    Une solution est peut-être d’encourager dès maintenant, comme cela a déjà commencé en Allemagne, le stockage de l’électricité photovoltaïque au niveau des auto-producteurs, particuliers et entreprises.

    http://energeia.voila.net/solaire/pv_autoconso_stockage_france.htm

    Ainsi, il n’y aurait pas besoin d’attendre une baisse des coûts du stockage pour rendre la solution intéressante pour le producteur / auto-consommateur d’électricité.

    Car le grand intérêt de cette solution, c’est de ne pas faire appel à l’électricité du réseau aux heures de pointe, y compris l’hiver.

    Répondre
  • Très bonne idée pour améliorer le PV et la gestion du réseau, reste à savoir s’il ne serait pas possible de l’appliquer à de l’éolien (n’ayant pas les mêmes cycles de production.

    Je reste également toujours très dubitatif sur le PV fabriqué dans sa très grande majorité en chine et son temps de retour sur les émissions de GES (surtout en France avec le nucléaire).

    http://23dd.fr/energie/photovoltaique/rentabilite-carbone

    Quand ce temps de retour est dans la vingtaine d’années, on peut se poser la question de l’intérêt environnemental de ces installations. Bien sûre l’intérêt ici, pourrait être la simple production d’électricité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *