Des centrales à gaz ferment en Belgique faute de compétitivité - L'EnerGeek

Des centrales à gaz ferment en Belgique faute de compétitivité

centrale-thermique_Angleur_Belgique_photoXofcEDF Luminus va fermer temporairement deux centrales à gaz à Angleur (78 MW, photo) et Izegem (22 MW) faute de rentabilité. Le groupe, qui possède 10% de la capacité électrique outre-Quiévrain, annonce également la fermeture définitive de l’unité fioul de Monsin (70 MW) à compter de 2015, afin de respecter les nouvelles normes environnementales européennes.

Contrairement à l’unité de Monsin, « en fin de vie industrielle », les unités d’Angleur (mises en service en 1978) et d’Izegem (en service depuis 1995) pourraient avoir de beaux jours devant elles. Relativement récentes, elles utilisent le combustible fossile le plus respectueux de l’environnement, à savoir le gaz naturel. Elles seront pourtant mises sous cocon à compter du 1er avril 2015.

La raison ? Le manque de compétitivité du gaz dans le contexte énergétique actuel. Le gaz, dont les cours indexés sur ceux du pétrole flambent, ne peut plus rivaliser avec le charbon, pourtant bien plus polluant. Surtout depuis que les Etats-Unis se sont convertis au gaz de schiste et cherchent à se débarrasser de leur charbon.

Plus surprenant, le gaz ne peut désormais plus rivaliser avec les énergies nouvelles, pourtant censées être les plus chères à exploiter. Les importantes politiques de subventions dans les différents pays européens, bien que progressivement revues à la baisse en raison de leur coût, ont entraîné une surproduction énergétique sur le Vieux Continent.

En dépit de cet état de surproduction, la fermeture massive des centrales à gaz en Europe (30 à 40 GW ont été mis à l’arrêt ces dernières années selon le PDG de GDF Suez Gérard Mestrallet) n’est pas sans poser de problèmes pour l’approvisionnement en électricité. Mobilisables très rapidement, elles permettent de répondre aux pics de consommation et d’assurer l’équilibre électrique. Une fonction que les nouvelles installations renouvelables, dont le niveau de production dépend des conditions climatiques, ne pourront pas toujours assurer en l’absence de nouvelles solutions de stockage de l’énergie…

Ainsi, même si les fermetures des 4 tranches à gaz belges n’entraîneront pas de suppression d’emplois grâce des réaffectations, les syndicats CSC et Gazelco ont tenu a faire part de leur inquiétude concernant l’avenir énergétique de la Belgique.

Rédigé par : jacques-mirat

mer 18 Avr 2018
Cheval de bataille du Parlement européen dans la tenue des engagements climatiques de l’UE, la baisse des émissions de gaz à effet de serre à l’échelle européenne a finalement été répartie entre les différents pays membres. Selon une nouvelle réglementation,…
mar 12 Sep 2017
Après la France, qui a annoncé début juillet dans le cadre du plan Climat de Nicolas Hulot, son ambition d’en finir avec les voitures thermiques à l’horizon 2040, la Chine pourrait elle aussi s’engager sur la voie exclusive de la…
mar 16 Fév 2016
D’après l'Office européen de statistiques Eurostat, l’excédent commercial des 28 pays de l’Union européenne aurait été multiplié par 5 environ, notamment grâce à la chute des prix du pétrole et du gaz. Une situation qui profite notamment à la France…
mer 7 Déc 2016
Lundi 5 décembre dernier, Benoit Galland, directeur général d’Akuo Energy, premier producteur français indépendant d’énergies renouvelables, et Fady Gemayel, président directeur général de la papeterie Gemdoubs, ont posé la première pierre du chantier de construction de la centrale Cogénération Biomasse…

COMMENTAIRES

  • Les moyens techniques utilisés un petit nombre d’heures dans l’année, pour la pointe de consommation, ont en effet un coût du MWh élevé.

    Une solution est peut-être d’encourager dès maintenant, comme cela a déjà commencé en Allemagne, le stockage de l’électricité photovoltaïque au niveau des auto-producteurs, particuliers et entreprises.

    http://energeia.voila.net/solaire/pv_autoconso_stockage_france.htm

    Ainsi, il n’y aurait pas besoin d’attendre une baisse des coûts du stockage pour rendre la solution intéressante pour le producteur / auto-consommateur d’électricité.

    Car le grand intérêt de cette solution, c’est de ne pas faire appel à l’électricité du réseau aux heures de pointe, y compris l’hiver.

    Répondre
  • Très bonne idée pour améliorer le PV et la gestion du réseau, reste à savoir s’il ne serait pas possible de l’appliquer à de l’éolien (n’ayant pas les mêmes cycles de production.

    Je reste également toujours très dubitatif sur le PV fabriqué dans sa très grande majorité en chine et son temps de retour sur les émissions de GES (surtout en France avec le nucléaire).

    http://23dd.fr/energie/photovoltaique/rentabilite-carbone

    Quand ce temps de retour est dans la vingtaine d’années, on peut se poser la question de l’intérêt environnemental de ces installations. Bien sûre l’intérêt ici, pourrait être la simple production d’électricité.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.