5G : Nokia sur le point de supprimer 14 000 postes

5G : Nokia sur le point de supprimer 14 000 postes

Face à un ralentissement inattendu de la 5G, le géant des télécoms Nokia prend une décision radicale : jusqu’à 14 000 postes sont menacés.

Nokia : bénéfices en chute libre de 69 % par rapport à 2022

La scène technologique tremble. Nokia, pilier des télécoms, s’engouffre dans une période tumultueuse. Les défis macro-économiques actuels ne font pas de cadeaux, et le troisième trimestre 2023 en est le miroir. Pekka Lundmark, le PDG de Nokia, confesse une réalité amère : « Au troisième trimestre, nous avons constaté un impact accru des défis macro-économiques ». Résultat ? Des bénéfices en chute libre, s’effondrant de 69% par rapport à 2022. Une dégringolade qui sonne comme un réveil brutal pour l’entreprise finlandaise.

Le déploiement de la 5G s’annonçait comme la nouvelle ruée vers l’or pour les géants des télécoms. Nokia, dans cette course, se heurte à des obstacles. Ses adversaires, Ericsson et Huawei, ne lui laissent que peu de répit. Mais c’est en Inde que le coup est le plus dur : « Nous avons constaté un certain ralentissement dans le rythme du déploiement de la 5G », déclare Lundmark, notant une baisse de 20% des ventes au troisième trimestre. L’Amérique du Nord n’offre pas de secours non plus, avec ses investissements en berne.

Un objectif d’une économie de 1,2 milliard d’euros d’ici 2026

La solution de Nokia ? Un plan d’économies qui n’a rien d’anodin. Lundmark annonce : « des effectifs de 72 000-77 000 employés comparé aux 86 000 que compte Nokia aujourd’hui ». L’objectif est limpide : gratter chaque euro, viser une économie colossale de 1,2 milliard d’euros d’ici 2026. Les domaines ciblés : les réseaux mobiles, les services cloud et réseau. Mais cette stratégie a un coût humain, et Lundmark l’admet sans détour : « les décisions les plus difficiles à prendre sont celles qui ont un impact sur notre personnel ».

Tout n’est pas noir pour autant. Alors que la situation semble morose, Lundmark lance un brin d’optimisme dans l’arène. Il envisage « une amélioration saisonnière plus normale dans nos activités de réseau au quatrième trimestre ». Une prévision qui pourrait redonner espoir aux actionnaires, employés et observateurs. Mais les prévisions sont-elles toujours fiables ? L’avenir nous le dira.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 27 Jan 2023
Belib, le service de recharge de voitures électriques à Paris, change brutalement ses tarifs, alors que la nouvelle grille venait d’entre en vigueur début janvier 2023. C’est la pression des clients qui a fait céder TotalEnergies, qui opère le service.…
ven 22 Déc 2023
Volkswagen s'aligne sur les géants de l'industrie en adoptant la norme de recharge nord-américaine de Tesla, le NACS. Cette décision marque un tournant stratégique pour le groupe allemand et ses filiales, mais aussi pour le passage à l'électromobilité. Voiture électrique…
mar 21 Nov 2023
Un Big Mac, des frites et bientôt... une recharge électrique ultra-rapide pour votre véhicule ! McDonald’s et Izivia viennent d'annoncer leur partenariat pour le déploiement de plus de 200 bornes de charge dans les restaurants de l'enseigne américaine d'ici 2025…
mar 13 Déc 2022
Ce n’est pas l’objectif qui avait été fixé à date, mais tout de même : la France, confrontée à des températures glaciales, peut tout de même compter sur 42 de 56 réacteurs nucléaires pour alimenter en électricité les Français. Pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.