Peugeot 208 électrique : la passe d’armes Le Maire / Stellantis décryptée - L'EnerGeek

Peugeot 208 électrique : la passe d’armes Le Maire / Stellantis décryptée

peugeot-208 electrique passe armes le maire stellantis decryptee - L'Energeek

La semaine dernière a été l’occasion d’une belle passe d’armes entre le ministre de l’Économie Bruno Le Maire et le patron de Stellantis Carlos Tavares : le premier a explicitement demandé au second de rapatrier en France la production de la 208 électrique, le second a répliqué qu’il était économiquement intenable de produire des petites voitures électriques en France.

Bruno Le Maire met la pression sur Stellantis pour relocaliser la 208 électrique en France

Le ministre français de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, a envoyé un message d’une clarté limpide à Carlos Tavares, patron du groupe automobile Stellantis (Peugeot-Citroën-Fiat-Chrysler), ce 4 juillet 2023, en lui demandant de faire preuve de « patriotisme économique ».

« Le défi industriel pour la France, c’est de construire non seulement des véhicules haut de gamme mais aussi des petits véhicules électriques comme la e-208 sur notre territoire », a indiqué le ministre.

Le lendemain, le patron de Stellantis a répondu qu’il était irréaliste de construire de voitures très compactes, à petit prix, dans un pays où les coûts sont élevés, comme la France. La production de la 208 électrique restera située en Espagne, c’est-à-dire dans l’Union européenne – donc éligible à de possibles bonus protectionnistes de Bruxelles. Le Citroën C3 sera quant à elle produite en Slovaquie.

« En France comme Italie, nous avons de bonnes relations avec les gouvernements, qui sont bien intentionnés. Ils nous soutiennent, ils veulent aider. Ils mettent aussi beaucoup de pression, mais nous, nous sommes confrontés au passage du rêve à la réalité », ajoute Carlos Tavares. La réalité, c’est la concurrence des compactes électriques produites en Chine, avec des coûts de 20 à 50 % plus bas qu’en France.

« Ethiquement, Stellantis n’a rien à se reprocher en France », réplique Carlos Tavares

Le patron de Stellantis défend également son bilan « patriotique ». « Ethiquement, Stellantis n’a rien à se reprocher en France. Nous avons créé une gigafactory de batteries, implanté en France une usine de boîtes de vitesses électriques [à Metz], une usine de moteurs électriques [à Trémery, en Moselle]. Nous y construirons douze modèles électriques à forte valeur ajoutée. Nous avons investi 2 milliards d’euros pour tous ces projets », se défend-il.

Parmi ces modèles électriques figurent notamment des véhicules milieu et haut de gamme, comme les Peugeots e-308 et e-408, ou la Citroën C5 électrique. Le constructeur privilégie donc clairement la France pour ses marques française.

Bruno Le Maire a relancé le débat en rappelant à Carlos Tavares que Renault avait relevé le défi d’une compacte électrique « made in France », puisque la future Renault 5 électrique devrait sortir des usines de Douai. Il a demandé au patron de Stellantis de relever ce défi.

Mais, dans le même temps, Renault pousse pour obtenir de nouveaux soutiens financiers de l’État, en récompense d’avoir « joué le jeu » du « made in France ». C’est sans doute le sens de l’ultime réponse de Carlos Tavares, qui indique qu’un « dialogue a lieu, avec beaucoup de respect de part et d’autre ».

Les Echos ont rappelé que cette passe d’armes était la partie volontairement émergées de tractations, en cours depuis le Mondial de l’automobile à Paris, en octobre 2022. Les discussions devraient se prolonger encore, et la possibilité de voir Carlos Tavares fléchi par des promesses économiques (et la e-208 ramenée en France) n’est pas nulle.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
mer 21 Déc 2022
20,1 % : c’est le volume de gaz naturel qui n’a pas été consommé en Europe d'août à novembre 2022, comparé à la même période, de 2017 à 2021. Dans le même temps, la consommation d’électricité a chuté de 10…
lun 9 Oct 2023
En France, les risques de chute occupent la deuxième place du classement des nombreux risques présents sur les lieux de travail. Électriciens, techniciens de réseaux de télécoms, agents d’entretien, techniciens de maintenance, ce sont là quelques catégories de professionnels exposés…
mar 6 Déc 2022
On a du mal à y croire, mais alors même que le nombre de voitures électriques en circulation est encore confidentiel, leur interdiction est déjà envisagée dans au moins un pays : la Suisse ! Cela n’a rien d’une blague…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.