Suède : Vattenfall met le cap sur le nucléaire - L'EnerGeek

Suède : Vattenfall met le cap sur le nucléaire

suede vattenfall met cap sur nucleaire - L'Energeek

Le gouvernement suédois a renouvelé, ce 4 avril 2023, le conseil d’administration de l’énergéticien public Vattenfall, excluant notamment deux opposants au nucléaire. Cette décision est emblématique d’une politique énergétique tournée exclusivement vers la relance de l’atome.

Le gouvernement suédois exclut du conseil d’administration de Vattenfall tout opposant au nucléaire

La Suède confirme son choix de tout miser sur le nucléaire pour sa stratégie énergétique. Le gouvernement de centre-droit d’Ulf Kristersson a recomposé, ce 4 avril 2023, le conseil d’administration du géant public de l’énergie Vattenfall. Il a nommé trois nouveaux administrateurs, et en a congédié trois.

Parmi les trois exclus figurent Tomas Kårberg et Viktoria Bergman, qui auraient manifesté leur soutien au développement de l’éolien et leur scepticisme sur l’opportunité de relancer le programme nucléaire suédois. Ce qui a provoqué leur renvoi, comme le reconnaît sans honte le gouvernement.

« L’ambition du gouvernement est que Vattenfall joue un rôle important en garantissant que la Suède dispose à nouveau d’un approvisionnement en électricité stable, robuste et prévisible. Le gouvernement nomme donc un conseil d’administration composé de trois nouveaux membres afin de renforcer les conditions de l’entreprise […] et de prendre des mesures importantes en faveur de l’énergie nucléaire », détaille ainsi la ministre suédoise des Finances, Elisabeth Svantesson.

Au sein de la coalition au pouvoir, les trois partis au gouvernement (les modérés d’Ulf Kristersson, les chrétiens-démocrates et les libéraux), tout comme leur allié d’extrême droite des Démocrates de Suède (absent du gouvernement mais qui vote avec eux) sont d’accord pour accélérer la construction de nouveaux réacteurs nucléaires.

Des émissions de gaz à effet de serre en hausse

L’accord de coalition est limpide sur le sujet : il propose d’orienter Vattenfall « vers une direction qui lui permettra de devenir un leader dans l’expansion de la production d’électricité planifiable et sans énergie fossile, y compris des directives pour l’acquisition de nouvelles centrales nucléaires ». Le gouvernement envisage même de lancer une enquête pour voir s’il peut redémarrer les deux réacteurs Ringhals 1 et 2, arrêtés en 2019 et 2020.

Pour le reste, l’électricité suédoise est presque intégralement décarbonée, portée par environ 30 % de nucléaire, 45 % d’hydraulique et 15 % d’éolien. Les six réacteurs nucléaires en activité ont été mis en service dans les années 1980, il n’est pas illusoire de les voir continuer jusqu’à ce que de nouveaux réacteurs les remplacent, dans une dizaine d’années.

Reste que le gouvernement est fortement critiqué pour une politique climatique proche du néant, alors que la Suède est probablement le meilleur élève de l’Europe, sinon du monde, en matière de transition énergétique : en 2020, elle comptait 60,1 % d’énergies renouvelables dans sa consommation finale d’énergie, auquel il faut ajouter 10,35 % de nucléaire, soit plus de 70 % d’énergie bas carbone.

En cinq mois au pouvoir, le gouvernement actuel a réussi à faire augmenter les émissions de gaz à effet de serre du pays, et inquiète l’opposition. « Si vous leur demandez quoi que ce soit sur le climat, la seule réponse est de construire plus de centrales nucléaires », indique ainsi l’eurodéputé Pär Holmgren (Verts/ALE).

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 8 Nov 2023
À l'approche de l'hiver, la question de la sécurité énergétique en France prend une tournure rassurante. Les dernières analyses de RTE (Réseau de Transport d'Électricité) prévoient un hiver 2023-2024 sous de meilleurs auspices que le précédent, avec un risque de…
sam 19 Nov 2022
Alors que l’énergie est au cœur des préoccupations des chefs d’État européens, le Kazakhstan -premier fournisseur d’uranium de la France et gros exportateur d’hydrocarbures à destination de l’Europe- appelle ses citoyens aux urnes pour une présidentielle où le Président sortant…
mer 16 Nov 2022
C’est une conséquence logique du plan de relance nucléaire du gouvernement français. Au lieu des 5000 recrutements annuels, destinés à remplacer pour l’essentiel les départs à la retraite, la filière nucléaire française prévoit d’embaucher massivement pendant toute la décennie.  …
ven 20 Oct 2023
Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, était "L'invitée politique" sur Sud Radio, interviewée par Jean-Jacques Bourdin sur Sud Radio, le 20 octobre 2023, dans “L’invité politique”. L'annonce de la réforme de la tarification énergétique européenne marque un tournant dans…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.