Le gouvernement pense au livret A pour financer le nouveau nucléaire - L'EnerGeek

Le gouvernement pense au livret A pour financer le nouveau nucléaire

gouvernement pense livret a pour financer nouveau nucleaire - L'Energeek

Selon une information des Echos, le gouvernement envisagerait de solliciter l’épargne du livret A (375 milliards d’euros fin 2022) pour financer, au moins en partie, la construction des six réacteur nucléaires de nouvelle génération (EPR2) dont veut se doter la France, et ainsi relancer la filière nucléaire.

Les 500 milliards du livret A au soutien de la relance de la filière nucléaire ?

Tout commence par l’audition devant l’Assemblée nationale, en janvier 2023, d’Eric Lombard, patron de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), le pôle financier de l’Etat français, qui gère notamment les milliards d’euros versés chaque année sur les livrets A et autres livrets d’épargne populaire.

« Je suis convaincu que l’épargne populaire, du Livret A, du Livret de développement durable et solidaire, du Livret d’épargne populaire qui, au total, atteint 500 milliards d’euros aujourd’hui, peut davantage encore financer la transformation de notre appareil de production énergétique », avait-il déclaré.

Et, effectivement, selon nos confrères des Echos, le gouvernement envisagerait de solliciter cette manne financière pour couvrir les investissements massifs qu’impose la relance de la filière nucléaire. Une source anonyme au sein de l’État indique ainsi, ce 9 janvier 2023, que le Livret A est une des rares ressources qui permet de déployer des financements à très long terme, cela correspond assez bien au profil du nucléaire ».

Cette annonce fait suite à la tenue d’un Conseil de politique nucléaire, à l’Elysée, début février 2023, fixant la feuille de route pour la création de six nouveaux réacteurs nucléaires EPR2, par paires, à Penly (Seine-Maritime), près de Dieppe, puis à Gravelines (Nord) et enfin à Bugey (Ain) ou bien Tricastin (Drôme). Huit autres réacteurs pourraient également être construits.

Un coût estimé à 51,7 milliards d’euros pour les six nouveaux EPR2, mais le coût du crédit sera décisif pour la rentabilité

Selon EDF, le coût de construction des six nouveaux EPR2 est estimé à 51,7 milliards d’euros (hors coûts de financement), plus 4,6 milliards en cas de difficulté de mise en œuvre. Mais c’est bien ce coût de financement qui sera décisif pour la rentabilité de ces installations : avec un taux de crédit variant de 1% à 7%, le coût du MWh produit oscillera entre 40 et 100 euros.

D’où l’idée de solliciter une épargne disponible et sûre, au coût modique (même si la rémunération du livret A a été récemment relevée à 3%). Si le livret A sert traditionnellement à financer des logements sociaux, rien n’interdit à la CDC de l’utiliser pour le nouveau nucléaire. Actuellement, 55 millions de Français disposent d’un livret A.

En 2022, les épargnants français ont déposé 33,49 milliards d’euros de plus sur les Livrets A et les Livrets de développement durable et solidaire (LDDS) qu’ils n’en ont retirés, un niveau comparable à 2020 (35,21 milliards d’euros).

Interrogé sur le sujet par l’AFP, le ministère de la Transition énergétique affirme que « les options de financement du nouveau nucléaire sont à l’étude, sans qu’aucune orientation n’ait été arbitrée à ce stade ». Le ministère de l’Economie a confirmé, précisant que le sujet du financement n’était « pas le plus urgent » dans la relance du nucléaire.

 

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Quelques jours après le dévoilement du contenu définitif de la future réglementation environnementale 2020 (RE2020), une étude réalisée par l’ADEME et RTE confirme la pertinence des choix gouvernementaux dans le bâtiment.  Au terme de deux années de recherche commune, l’agence…
jeu 11 Jan 2024
En plein cœur de l'hiver 2024, la France fait face à un pic de consommation électrique atteignant 83.5 GW. Bien que loin du record de 2012, cette hausse témoigne de l'adaptabilité et de l'efficacité du réseau électrique national.    …
jeu 10 Nov 2022
C’est suffisamment rare pour être signalé. Mis en cause dans le magazine en tant que chef du gouvernement français de 1997 à 2002 pour ses choix en matière de politique nucléaire. L’ancien Premier ministre Lionel Jospin a écrit au « Point ».…
L'augmentation du coût de l'énergie et l'inflation poussent de nombreux ménages français à prendre des mesures drastiques pour réduire leur facture de chauffage. Huit Français sur dix ont réduit leur chauffage pendant l'hiver La sobriété énergétique est-elle un choix ?…

COMMENTAIRES

  • Encore un raisonnement maffieux de certains propagandistes du secteur nucléaire français, (partenaire du russe Rosatom, belle fréquentation), qui depuis plusieurs années matraque les français de slogans simplistes et erronés via différents sites Web peu scrupuleux sur l’objectivité et la pertinence des informations rarement scientifiquement référencées, pour tenter de leur faire avaler la grosse pilule d’un fiasco plus profond que présenté et qui n’est pas prêt de s’arrêter rapidement

    – le nucléaire n’a jamais tenu ses objectifs de coûts et délais donc les chiffres plus qu’optimistes annoncés n’offrent aucune garantie aux épargnants

    – quasiment personne ne veut prendre le risque de financer le nucléaire donc on tente encore de profiter des épargnants, pour beaucoup peu fortunés, qui en plus en sont souvent les victimes puisque :

    a) le système mis en place (monopole en 1946 qui comme tout monopole et pour financer le nucléaire militaire a mis à l’écart les autres solutions peu carbonées souvent plus efficaces et moins coûteuses qui auraient pu suivre une évolution beaucoup plus favorable en France et pour les français dont 12 millions sont en précarité énergétique et à qui ont demanderait en plus de financer ce système trop centralisé peu efficient et au final très coûteux qui leur a été imposé depuis tout ce temps avec un bilan global plus négatif que positif comparé à tout ce qu’il était possible de faire comme on peut le constater avec toutes les technologies et approches dont beaucoup ne sont pas nouvelles et ont évolué)

    On peut citer brièvement parmi d’autres approches tout le secteur de la chaleur, 50% de l’utilisation de l’énergie

    b) imbécilité confirmée par la politique “tout nucléaire” des années 70 imposée qui a encore plus confirmé cette mise à l’écart des autres technologies et approches peu carbonées et a conduit a des déficits de compétences, des pertes de marchés, emplois etc et à la gabegie énergétique du nucléaire et de ses acteurs et luttes intestines :

    C’est très documenté notamment pas les différentes consultations récentes de différents acteurs

    On peut citer brièvement l’ex-président d’EDF Jean Gardonneix qui a eu l’honnêteté de déclarer qu’EDF s’est lancé dans l’éolien car c’était moins coûteux mais qu’EDF n’avait pas de compétences dans le domaine d’où son échec initial bien connu dans ce secteur. Ou les coûteuses et déplorables rivalités entre EDF et Areva. Ou les excès défavorables d’une situation de monopole qui comme son nom l’indique ne peut être que négatif dans un secteurs aux multiples technologies, approches et compétences spécialisées. Ou les mauvais choix et investissements (notamment en Amérique latine). Ou le fait d’avoir prétendu qu’il fallait constamment construire des réacteurs pour ne pas perdre de savoir-faire alors que l’on n’en vendait quasiment pas et que nous étions en excédent de production en France et que çà n’aurait pas changé grand chose selon les différents rapports sur le sujet puisqu’il y avait des pertes de compétences et capacités industrielles de toute manière et que le nucléaire dans le monde (comme rappelé lors de ces entretiens) était confronté partout au même problème de manque de compétitivité et les chiffres d’évolutions et de parts du secteur le confirment y compris jusqu’à 2060.

    On connaît parfaitement les parts de marché et évolutions des différents acteurs mondiaux (Rosatom 60% du marché et la Chine en embuscade derrière), donc peu de chances de profiter de parts de marché importantes, et par ailleurs les surcoûts générés par la multiplicités des technologies obligent à s’impliquer sur plusieurs dossiers sans même être capable d’en achever un correctement, autrement dit on est dans une fuite en avant et on pense qu’en enveloppant ce foutoir durable dans un paquet cadeau, il va passer comme une lettre à la poste.

    – pourquoi – après avoir prétendu que le nucléaire était vert ou rose alors qu’il est objectivement gris par ses risques encore rappelés par la guerre en Ukraine parmi d’autres, comme par le fait qu’il n’a rien de renouvelable/recyclable et a des applications bien plus pertinentes dans le spatial où il pourrait même manquer dans le futur pour qui voit plus loin et pense aux générations à venir – devrait-on imposer aux épargnants d’investir dans le nucléaire alors qu’il n’aura pas d’effet à temps sur le climat et qu’il leur coûtera bien plus cher que de nombreuses approches et technologies renouvelables bien plus rapides à implanter et durablement économiques pour eux (des réseaux de chaleur notamment couplés au solaire thermique avec stockage en passant par les différentes formes de géothermie etc)

    Le nucléaire emploie les méthodes de l’industrie du tabac qui n’a jamais cessé de vendre du tabac et se fait toujours financer en catimini dans des sicav notamment de rendement

    Le nucléaire tente de s’infiltrer partout avec ses méthodes de maffieux mais le jour où il y aura un conflit et/ou un accident majeur on ne verra plus tous les imbéciles qui en font la propagande avec des arguties simplistes sans même avoir jamais étudié ni comparé sérieusement et objectivement chaque technologie avec ses avantages et inconvénients (et pourtant ce ne sont pas les études et modélisations scientifiquement revues par leurs pairs régulièrement publiées qui manquent sur le sujet) : leur seul but est refourguer du nucléaire coûte que coûte en affirmant des arguments et données la plupart erronés qu’ils sont de plus incapables de garantir et d’assumer.

    Le nombre de technologies et d’approches peu carbonées ne manquent pas, augmentent et font régulièrement et de plus en plus leurs preuves, mais il y a un groupuscule de propagandistes du nucléaires, infiltrés jusqu’à des sénateurs et députés apparentés nucléaires et de “tribuns” improvisés aussi doués en énergie que moi au tricot qui publient régulièrement des tribunes bourrées de données et d’affirmation erronées et simplistes, qui ne se réfèrent jamais et pour cause à aucune étude ni modélisation scientifique, qui remettrait évidement en cause leur propagande puisque aucun pays n’a la part qu’a la France dans le nucléaire et aucun n’a l’intention de l’avoir car comparé à toutes les solutions et approches peu carbonées existantes c’est ce moins en moins pertinent et çà ne l’a jamais été si on fait objectivement le bilan

    En résumé l’honnêteté oblige à dire :

    – que le nucléaire n’est ni vert ni rose mais gris (et pas gris souris)
    – que son développement est moins rapide et moins important que les renouvelables dans le monde, donc aussi dans la décarbonation, entre autres.
    – que sa durée de vie au mieux est bien moindre que les renouvelables alors qu’il a pourtant des applications plus utiles dans le spatial et pour l’avenir
    – qu’il est de moins en moins compétitif comparé aux renouvelables dont le marché est bien plus universel et important,
    – que son bilan, entre autres carbone, se dégrade avec l’exploitation accrue de l’uranium et que ses propagandistes n’en parlent évidemment jamais,
    – que ses risques peuvent être majeurs et durables
    – qu’il est indéfendable face aux armements actuels
    – qu’il est à l’origine d’un système énergétique global français peu efficient, incomplet, coûteux, trop centralisé, à l’origine d’une thermosensibilité record du monde et d’une série d’échecs qui ne vont pas s’arrêter de si tôt
    – que depuis 1946 et pendant plusieurs décennies ce secteur a été un monopole qui comme tout monopole a abusé de sa situation, a eu des conséquences néfastes sur le développement et retombées favorables des autres secteurs et voudrait que cela continue
    – que les gens qui viennent pleurnicher à l’égard de l’Arenh – et de son prix que l’on savait trop bas mais on a voulu cacher le vrai coût du nucléaire qui est revenu comme un boomerang – ne connaissent même pas l’histoire du nucléaire et qu’il aurait voulu maintenir un monopole en Europe quand les autres se sont adaptés et qu’au vu de sa longue situation privilégiée qui a été durablement nuisible aux autres technologies et approches peu carbonés, il était donc justifié d’ouvrir pendant un temps limité une concurrence mais qu’il fallait évidemment que ce soit sous le contrôle d’investir dans la production d’énergies peu carbonées, contrôle qui n’a pas été fait d’où des abus. Mais ce n’est pas le prix de l’Arenh qui a été à l’origine des pertes principales de ce secteur mais notamment ses aventures en Amérique latine
    – que lorsque l’on parle d’un fleuron en France c’est comme son nom l’indique un décor pour tenter de cacher des réalités moins attrayantes.

    Si la CDC veut financer le nucléaire qu’elle le fasse par exemple par l’acquisition d’obligations clairement affichées comme telles et autres mais pas en incluant et en imposant directement ce type d’investissement, pour tenter une fois de plus de tromper les épargnants en se déchargeant sur eux et qui ont tout avantage à financer des investissements aux retombées réellement bénéfiques pour eux et souvent plus rapidement. Ce ne sont en outre pas les technologies et approches qui manquent.

    Cette obstination à vouloir mélanger nucléaire et renouvelables pour l’imposer dans leur essor bien supérieur et vouloir faire croire que ce sont des technologies de même type est d’une malhonnêteté surprenante digne de maffieux. Les mots ont un sens et par exemple Livret de développement durable ne doit pas inclure n’importe quoi.

    Si la CDC veut financer le nucléaire qu’elle lance un “Livret nucléaire” mais sans doute les propagandistes malhonnêtes du secteur nucléaire ont-ils la trouille que çà passe mal et qu’ils aimeraient mieux proposer Livret Rose

    L’épargne doit être transparente et n’est pas faîte pour renflouer des secteurs et ici ex-monopole à la dérive qui aimerait continuer de se comporter comme un monopole et privilégié et qui a force d’avoir abusé en est réduit à mentir et à tricher.

    Si on a créé l’AMF (Autorité des marchés financiers) c’est notamment pour permettre que si l’on investit sur telle entreprise, fonds, produits etc on sache clairement dans quoi on investit.

    Là on tente une fois de plus – comme pour la taxonomie et comme le deal avec les pays dépendants du gaz en Europe pour faire supporter les surcoûts de son manque de compétitivité que l’on anticipe et faire passer le nucléaire comme “vert” dans des fonds et autres sicav mais qui représente quelques 200.000 électeurs (+ retraités du secteur qui se chauffent gratis et autres “tribuns” qui sévissent entre autres sur le Monde de l’énergie à débiter les mêmes âneries sur l’énergie à longueur de temps sans références sérieuses et dont ce n’est même pas le secteur de spécialité tant en formation qu’en activité approfondie, comme l’ex-pensionnaire de la prison de la Santé et ex marchand de gaz Loïc le Floc Prigent parmi bien d’autres – de trouver une nouvelle entourloupe pour berner les français

    Bientôt Evgueni Prigojine fondateur des groupes mercenaires Wagner (qui s’intéresse à nos ressources d’uranium au Mali, Niger et autres) va venir prendre des cours en France, car dans l’art de vouloir tromper les gens et de chercher à faire passer du pipeau pour du clavecin, on a quelques artistes dans le secteur nucléaire en France !

    Répondre
  • J’ai déjà interpellé ma banque : hors de question de détourner l’argent du livret A destiné à soutenir le logement social en direction du soutien à l’énergie nucléaire !

    Répondre
  • “Le livret A est à fermer d’urgence.”

    Avec 50 millions de livret A ouvert, bon courage bande de débiles congénitaux.

    Répondre
  • @ Sam Sam l’abruti de service toujours aussi malpoli

    Ce sont tous les livrets de la CDC qui sont visiblement concernés dans la proposition de son dirigeant, dont on voit mal à quel titre et sur quelles compétences en énergie et vision d’avenir il fait cette proposition malhonnête et peu favorable à plus d’un titre aux épargnants

    Le nucléaire est différent des renouvelables, doit s’assumer comme tel et être clairement identifié et ne pas constamment tenter d’être le passager clandestin qui se déguise en vert (alors qu’il est clairement gris) pour l’hydrogène, pour se faire financer via les sicav et maintenant via l’épargne d’une majorité de français sans qu’ils aient le choix

    Le discours du lobby nucléaire a d’abord été de prétendre qu’il ne pourrait y avoir plus de 20%, puis 30% d’énergies renouvelables sur le réseau alors que c’était complètement démenti par les études et modélisations sur le sujet puis par les faits

    Ensuite après de multiples mensonges ce discours a été de les marier alors que le temps de réaction du nucléaire est d’une trentaine de minutes et entraîne des surcoûts comme un vieillissement prématuré des réacteurs

    La baisse des coûts du nucléaire est clairement moins forte et moins rapide que celle des renouvelables et toutes les études démontrent un essor des renouvelables bien plus important dans les décennies qui viennent et elles ne se résument pas à l’éolien et au solaire PV puisque la géothermie n’a manifestement pas assez été prise en compte alors qu’elle évolue rapidement et voit ses prix baisser tout comme tout ce qui concerne la chaleur (environ 50% de l’énergie) et froid et qu’elle durera autant que la planète durera donc bien plus longtemps que le nucléaire qui lui aurait des applications bien plus pertinentes notamment dans le domaine spatial et qu’il serait plus intelligent de raisonner à plus long terme qu’à courte vue

    Il y a donc bien mieux a faire que de financer un secteur moribond avec peu de perspectives mondiales et si la CDC veut le faire qu’elle acquiert des obligations du secteur nucléaire et/ou qu’elle propose un livret clairement estampillé nucléaire et les épargnants choisiront

    Nous n’avons pas à être obligés en catimini de financer un secteur qui peut être à l’origine d’accidents majeurs qui serait une double peine pour les épargnants et qui est indéfendable en cas de conflits.

    On n’a pas créé l’AMF (l’Autorité des marchés financiers) pour mettre n’importe quoi en toute opacité dans nos investissements

    Si çà se passe ainsi, nul doute que des banques proposeront des livrets sans nucléaire et on verra vers où se portent les flux de fonds

    Beaucoup de sicav excluent le nucléaire et changer de sicav ne prend que quelques secondes et il en serait de même en cas de livrets incluant du nucléaire et d’autres non donc bon courage à la CDC le jour où le nucléaire va encore rencontrer des problèmes

    Répondre
  • Vous êtes franchement anti-nucléaire. Toutefois Il ne faut pas oublier que
    1- EDF a fourni toute l’électricité dont nous avions besoin depuis sa création en 1947.
    2-Depuis que les politiques ont voulu diriger EDF sans connaissances connues de la technicité complexe des centrales, poussés par les écologistes, votant bienveillants pour les politiques
    3- Aujourd’hui découragé par les attaques peu justifiées edf a beaucoup faibli.
    4- La commission de Bruxelles encouragé par l’ALLEMAGNE a demandé de fermer FESSENHEIM (1800MW) en 2020, ce qu’a fait gentiment MACRON, Un patron industriel se serait renseigné sur l’état d’avancement de notre EPR de FLAMANVILLE avant de jeter aux orties cet important capital vital pour nos industries.
    5-Nous devenons une pays à la merci de la bonne volonté de l”ALLEMAGNE pour notre életricité future.

    Répondre
  • L’urgence avec 50 millions de livrets A c’est de les fermer et de placer son argent dans tous les dossiers de financements participatifs pour des solutions renouvelables, parcs éoliens et solaires, méthaniseurs…. que vous proposent les sociétés spécialisées comme enerfip ou Lendosphère par exemple, ou d’autres encore comme Miimosa qui vous propose de financer le mode qui nous nourri, le monde agricole, qui propose également des investissements dans des groupements d’agriculteurs qui se lancent dans la méthanisation pour récuperer les digestats pour limiter les engrais chimiques tout en produisant du gaz à injecter dans le réseau.
    Refuser de financer le nucléaire mais financez plutôt les besoins utiles et d’avenir.N’investissez pas dans le passé.
    https://www.editions-complicites.fr/pages-auteurs/serge-rochain/

    Répondre
  • Quand les idiots s’immaginent qu’il est compliqué de fermer un livret A sous prétexte qu’il y en a beaucoup !! Un zozo qui pense sans doute que les 50 millions de livrets A ne sont qu’à une seule personne, ce qui serait effectivement un sacrer boulot pour lui de les ferner tous…. mais il n’y a qu’un malade mental que cette idée à pu effleurer !

    Répondre
  • Si il y a 50 millions de livrets A ouverts, c’est parce que c’est un placement et qui rapporte, certes peu mais qui rapporte.
    Pas question de le fermer.
    D’ailleurs, je viens de remettre 5000 euros dessus car il vient de passer à 3%, c’est toujours ça de pris.
    Et il peuvent s’en servir pour faire des réacteurs ou des HLMs, je m’en tamponne royalement.
    ,
    Quelle débile irait investir dans un méthaniseur qui peut péter à tout moment ?
    à par vous et énergie + bien sur….

    PS: J’ai vu que le débile fait son auto-promo…
    Retournez empiler les lignes de codes ou à votre télescope et laissez faire ceux qui savent…pauvre crétin.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.