Nouveaux EPR2 : la longue marche se poursuit - L'EnerGeek

Nouveaux EPR2 : la longue marche se poursuit

nouveaux epr2 longue marche se poursuit - L'Energeek

Onze députés Renaissance ont visité, ce 28 décembre 2022, la centrale nucléaire de Flamanville : un déplacement symbolique, pour assurer du soutien du gouvernement à la filière nucléaire, mais aussi technique, les élus étant en quête d’arguments pour la loi sur l’accélération de la création de nouveaux EPR2. Ce même jour, Michel Badré, président de la commission du débat public sur la construction de ces nouveaux réacteurs, faisait un point à mi-chemin de ce débat.

La France doit légiférer pour permettre la construction, promise par le président de la République, de six nouveau EPR2

En février 2022, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, dans un discours déjà historique à Belfort, sa volonté de construire six nouveaux réacteurs nucléaires de nouvelle génération, ou EPR2, par paire, avec une option pour huit autres.

Si cette annonce sert depuis de boussole à EDF, qui a racheté l’activité nucléaire de GE (ex-Areva) et met les bouchées doubles pour engager ingénieurs et ouvriers hautement qualifiés, et si la politique toute jupitérienne du président laisse planer peu de doutes sur la mise en chantier de ces réacteurs, la relance du nucléaire en France n’est à ce jour pas inscrite dans la loi.

Elle est même en opposition frontale avec l’actuelle Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE), qui prévoit uniquement des fermetures de réacteurs. Tout un arsenal législatif est donc nécessaire pour lancer les chantiers : le premier, chronologiquement, sera une loi pour accélérer la construction de nouveaux réacteurs, qui sera présenté au Sénat en janvier 2023, puis à l’Assemblée nationale. Le second sera la nouvelle mouture de la PPE.

Visite de députés Renaissance à Flamanville, dans l’optique de la loi d’accélération du nucléaire

Sur le premier front, onze députés Renaissance, le parti présidentiel, étaient en visite, ce 28 décembre 2022, à la centrale nucléaire de Flamanville. Ils ont pu notamment observer le réacteur 1, en fonctionnement, le 2, à l’arrêt pour une maintenance programmée, ainsi que le fameux EPR en construction, qui devrait entrer en service d’ici début 2024.

Cette visite avait un double objectif : indiquer le soutien du parti présidentiel à la filière nucléaire, dans un contexte d’approvisionnement électrique compliqué par une (temporaire) faible disponibilité du parc nucléaire français, et de volonté de construire de nouveaux réacteurs.

Second objectif : glaner des arguments pour défendre le projet de loi sur l’accélération du nucléaire, en vue des débats au Sénat et à l’Assemblée. Sachant que plusieurs partis d’opposition (Les Républicains, majoritaires au Sénat, le Rassemblement national, le Parti communiste) soutiennent la relance du nucléaire, la loi ne devrait pas avoir trop de difficulté à passer.

Un point sur le débat public pour la construction de nouveaux EPR2, en vue de réviser la PPE

Ce même 28 décembre, Michel Badré, le président de la commission spéciale chargée du débat public sur la construction de ces six EPR2, faisait un point à mi-chemin de ces quatre mois de concertations menées par la Commission nationale du débat public (CNDP).

Il en rappelait d’abord les enjeux : « Ce débat est obligatoire dans l’état actuel de la législation. Pour le moment, la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) ne permet pas l’installation de nouveaux réacteurs nucléaires. Le maître d’ouvrage, EDF, a été obligé de saisir la CNDP et les résultats de ces débats seront transmis au Parlement, l’entité qualifiée, afin qu’ils puissent saisir les enjeux, savoir quel est l’avis des Français sur ce sujet et finalement légiférer en connaissance de cause ».

Une dizaine de réunion publiques sont prévues, ainsi que des rendez-vous plus informels dans des marchés ou des lycées. Les premiers retours indiquent des débats animés mais de bonne tenue, avec des interrogations légitimes sur la technologie EPR et sa rentabilité.

« Le clivage pro et anti nucléaire est évident mais ce qui est frappant c’est la transversalité de certains sujets. La sobriété énergétique, un sujet qui n’était que peu présent sur la scène publique auparavant, est apparue en force. Quel que soit le scénario, qu’on fasse ou non du nucléaire, tout le monde s’accorde sur la question de la réduction de notre consommation énergétique », note Michel Badré.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 18 Fév 2013
A l’occasion de son déplacement en Inde, la semaine dernière, le président François Hollande a discuté avec le premier ministre Manmonhan Singh les conditions d’une coopération entre les deux pays pour la construction d’une centrale nucléaire. La centrale de Jaitapur…
mer 25 Oct 2017
Au moment où se prépare l'élaboration de la nouvelle Programmation Pluriannuelle de l'Energie, la Société Française de l'Énergie Nucléaire (SFEN) a publié en septembre 2017 une étude sur le coût du parc nucléaire français. L'Energeek a rencontré la directrice générale…
ven 3 Avr 2015
C'est un tout nouveau bâtiment, dédié à la formation des agents EDF, qui a été inauguré mardi 31 mars à la centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux, dans le Loir-et-Cher. Grâce à ce nouvel outil pédagogique, les employés de l'électricien et les…
mar 21 Oct 2014
Un des plus gros conglomérats de défense et d’aérospatial américain, la société Lockheed Martin, a annoncé mercredi 15 octobre avoir fait des progrès significatifs dans le domaine de la fusion nucléaire. Grâce aux avancées effectuées dans le cadre de son…

COMMENTAIRES

  • Macron à affiche clairement sa nucleophile en arrivant au pouvoir en 2017 car sa première mesure a consisté à saboter la PPE en ne lançant aucun appel d’offre concernant les engagements de la France de la cop21 de 2015 pour l’objectif 2020.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.