L’AIEA pointe un regain d’intérêt pour l’énergie nucléaire - L'EnerGeek

L’AIEA pointe un regain d’intérêt pour l’énergie nucléaire

aiea pointe regain interet pour energie nucleaire - L'Energeek

Durant sa conférence annuelle, à Vienne, ce 26 septembre 2022, l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) a revu à la hausse ses prévisions de construction de nouvelles unités d’énergie nucléaire. L’agence table sur plus d’un doublement de la puissance installée en 2050, à 873 GW contre 390 GW actuellement.

L’AIEA revoit à la hausse ses prévisions d’énergie nucléaire installée en 2050

La crise énergétique et le changement climatique renforcent l’attractivité de l’énergie nucléaire, poussant l’AIEA à relever, pour la seconde année consécutive, ses prévisions de puissance installée en 2050.

Au terme de sa conférence annuelle, à Vienne, ce 26 septembre 2022, l’AIEA a publié un communiqué indiquant que « les gouvernements repensent leurs portefeuilles en faveur de l’énergie nucléaire », pour sécuriser leur approvisionnement énergétique, alors que « la pandémie de Covi-19, les tensions géopolitiques et le conflit en Ukraine ont perturbé les flux et provoqué une flambée des prix ».

En conséquence, l’agence onusienne table désormais, dans le scénario le plus favorable, pour 873 GW de puissance nucléaire installée en 2050, contre 390 GW actuellement, soit plus d’un doublement. L’année dernière, les prévisions ne tablaient que sur 792 GW.

Relance du nucléaire, Zaporijjia et sanctions européennes contre le nucléaire russe

La catastrophe de Fukushima, en 2011, avait donné un net coup d’arrêt au développement de l’énergie atomique dans le monde, mais le fait qu’elle émette très peu de CO2 et permette une production continue d’électricité, partiellement pilotable, en fait un indéniable atout pour répondre à l’urgence climatique.

Plusieurs pays ont récemment infléchi leur politique énergétique en faveur du nucléaire – discours de Belfort d’Emmanuel Macron pour la France, décision de relancer les centrales en état de marche et volonté d’en construire de nouvelles au Japon, possible prolongation de 10 ans des centrales nucléaires en Belgique, voix s’élevant en Allemagne pour demander une prolongation jusque 2024, voire plus longtemps, des dernières centrales en activité…

Cette conférence a été aussi l’occasion, pour le directeur de l’AIEA, Rafael Grossi, d’affirmer à nouveau la nécessité de mettre en place une zone de sécurité autour de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia avec un engagement de Moscou et de Kiev à « ne pas attaquer ou bombarder la centrale ». Il compte se rendre cette semaine en Ukraine et en Russie pour prolonger les discussions avec les chefs de la diplomatie des deux pays pour obtenir un tel engagement.

Autre point fort de cette conférence : la Hongrie a profité de cette tribune pour affirmer son refus de voir l’Union européenne sanctionner le nucléaire russe, Budapest comptant sur son partenariat avec le groupe russe Rosatom pour construire deux nouveaux réacteurs nucléaires.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 26 Mai 2014
Le centre EDF de Creys-Malville a organisé ce vendredi 23 mai dans le cadre de la journée nationale des voisins, sa propre fête sur le site de la centrale nucléaire Superphénix actuellement en phase de démantèlement. Destinée avant tout à…
L’OCDE vient de publier ses « examens environnementaux », dans lesquels une partie entière est consacrée aux objectifs de la France. D’après les experts de l’organisation internationale, qui se sont intéressés aux politiques publiques appliquées au cours des dix dernières…
lun 7 Déc 2020
Jeudi 3 décembre, l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a lancé sa consultation nationale sur la prolongation des réacteurs nucléaires. Les plus anciennes centrales nucléaires françaises pourront allonger leur durée d'activité. Mais l'ASN énonce de nouvelles conditions. EDF devra les respecter…
jeu 1 Sep 2016
La Société Française de l'Energie Nucléaire (SFEN) vient de nommer un nouveau directeur de la communication et des relations institutionnelles. A 29 ans, l'ancien chargé de communication d'Areva, Boris Le Ngoc, aura la responsabilité de valoriser l'excellence scientifique de la…

COMMENTAIRES

  • Toutes les prédictions de croissances de l’AIEA faites dans le passé se sont révéllées fausses, ce qui s’est passé ensuite jusqu’à aujourd’hui a toujours été de la décroissance dans le nucléaire. Ils pratiquement clairement la méthode Coué !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.