Royaume-Uni : une aide publique pour les factures d’énergie - L'EnerGeek

Royaume-Uni : une aide publique pour les factures d’énergie

royaume-uni aide publique pour factures energie - L'Energeek

Au Royaume-Uni, le gouvernement de la nouvelle Première ministre Liz Truss vient de compléter ses mesures de soutien face à l’explosion des factures d’énergie (électricité et gaz), ce 21 septembre, d’une aide aux entreprises et établissements publics, après une mesure similaire annoncée pour les particuliers.

Le gouvernement britannique détaille son aide aux entreprises pour les factures d’énergie

Moins d’impôts, des riches plus riches, et des aides massives de l’État pour réduire les factures de gaz et d’électricité. C’est, résumé à gros traits, le programme économique de la nouvelle Première ministre britannique Liz Truss.

A son intronisation, le 6 septembre, elle avait annoncé qu’elle gèlerait les prix de l’énergie. Dans le détail, il s’agira plutôt d’une aide d’État à hauteur d’environ la moitié des factures. Le ministère de l’Energie et des Entreprises a ainsi détaillé, dans un communiqué, ce 21 septembre 2022, les contours du soutien aux entreprises, établissements publics et ONG.

Le gouvernement va ainsi fixer « un prix de gros subventionné », qui s’établira à « moins de la moitié des prix de gros prévus cet hiver ». Selon le communiqué, ce soutien « sera équivalent » à celui déjà annoncé pour les particuliers.

Ce dernier va plafonner pour deux ans les prix de l’énergie à 2 500 livres par an et par ménage moyen, soir environ 1 000 euros de moins que les prix de gros prévu à partir d’octobre. Cette baisse inclut la suppression de certains prélèvements écologiques.

Une aide financée par l’emprunt public

Pour les entreprises, le montant de l’aide dépendra de la situation et du contrat en cours, mais devrait atteindre entre le tiers et la moitié de la facture. Pour un pub ou un école, le soutien public offrira une ristourne de 40 %.

Le but de l’exécutif est de stopper net l’inflation (qui atteint 9,9 % sur un an) en limitant l’explosion des prix de l’énergie, puis relancer la croissance par de fortes réductions d’impôt.

Ces aides seront financées par de l’emprunt, et leur coût pourrait atteindre 100 milliards de livres sur deux ans. Comme, dans le même temps, le gouvernement a décidé de baisser massivement les impôts sur les sociétés et sur les plus riches, les recettes fiscales devraient fortement baisser. De quoi faire craindre des coupes franches dans les services publics du Royaume-Uni, vue l’idéologie libérale qui anime Liz Truss.

« Nous sommes intervenus pour empêcher les entreprises de s’effondrer, protéger les emplois et limiter l’inflation », défend dans le communiqué le nouveau ministre des Finances (et ex-ministre de l’Energie), Kwasi Kwarteng.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 17 Août 2015
Le projet Midi-Provence de RTE prévoit une nouvelle liaison électrique de 210 km entre les postes de La Gaudière, dans l’Aude, et de Ponteau, dans les Bouches-du-Rhône. Il permettra une sécurisation du réseau électrique d'une zone sensible au risque de blackout en renforçant…
mer 7 Août 2019
Le 30 juillet 2019, la ville de Paris a mis en place des règles plus strictes pour l’utilisation de trottinettes électriques. Parallèlement, une étude américaine publié le 2 août 2019, montre que ce moyen de transport engendre aussi de la…
mer 20 Sep 2017
Le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot a présenté lundi 18 septembre 2017, les premières mesures de son plan climat visant à améliorer le quotidien des Français. Au total, quatre mesures phares regroupées au sein d’un paquet…
ven 7 Déc 2018
Juste avant la présentation de la nouvelle PPE par le gouvernement français, l'Agence Internationale de l'Energie (AIE) a publié son rapport annuel sur le développement du marché mondial de l'énergie. Dans ce document, l'agence a notamment souligné la forte croissance…

COMMENTAIRES

  • Le consortium V-FAST “Vertical Farms and Storage Technologies” (fermes verticales et technologies de stockage) en cours de déploiement au Royaume-Uni couple agriculture locale verticale, énergies renouvelable et stockage hydraulique haute densité pour bien moins d’impacts sur l’environnement, bien moins besoin de surfaces au sol, bien moins besoin de ressources en eau, des prix de l’énergie les plus bas et constants etc

    Il vise dans un premier temps à nourrir 60 % des Écossais en plus de leur apporter l’énergie locale.

    Les barrages et donc stations de pompage turbinage (Step) ont été principalement construites pour équilibrer la puissance de base des centrales au charbon et nucléaires au cours du siècle dernier

    Ils ont eut pour défauts le besoin de centaines de mètres d’altitude, des caractéristiques géographiques spécifiques, des destructions de l’environnement, souvent des rejets de méthane, des blocages de sédiments, des pertes d’eau etc

    La solution de RheEnergise (UK) consiste à utiliser un fluide haute densité sans impact sur l’environnement et en boucle fermée.

    Sa conception signifie que les centrales peuvent atteindre la même puissance de sortie qu’un site conventionnel, mais avec une empreinte au sol beaucoup plus petite, sans les inconvénients habituels des Step

    On peut ainsi réduire soit volumétriquement la taille de construction : avec un fluide 2,5 fois plus dense, la taille de la construction qui est principalement en enterrée est réduite de 60 % donc la vitesse de construction et le coût de construction sont nettement inférieurs

    Ou bien on peut réduire l’élévation verticale de 2,5 fois et ainsi obtenir la même capacité énergétique avec 200 mètres de dénivelé plutôt qu’avec 500 m

    Ou un compromis des 2 selon les besoins et sites.

    La réduction de l’élévation verticale augmente fortement le nombre de sites disponibles déjà élevé dans le monde comme l’ont recensé plusieurs études scientifiques. Les équipes universitaires qui ont coopéré avec RheEnergise ont ainsi identifié plus de 6 500 sites potentiels rien qu’au Royaume-Uni.

    Bien qu’il y ait peu de contraintes techniques à la taille des projets, l’entreprise vise des projets locaux allant de 10MW à 50MW, en grande partie pour remplacer le système actuel d’usines de gaz flexibles de pointe d’une échelle similaire.

    En ce qui concerne la durée de stockage, un système typique se situerait entre 6 et 20 heures, ce qui correspond à la durée la plus fréquente (80%) des cycles des énergies renouvelables dans la majeure partie du monde.

    RheEnergise compte accorder des licences aux opérateurs qui cherchent à construire leurs propres projets sur les marchés locaux, au Royaume-Uni et dans le monde.

    Lorsque l’on examine les options de stockage de long terme (le solde des 20% de stockage nécessaire restant), l’hydrogène est l’un des candidats potentiels pour remplacer une partie du travail effectué par les réseaux de gaz du Royaume-Uni qui y sont responsables de quelque 900 TWh de l’approvisionnement en énergie.

    Un consortium de quatre entreprises britanniques a réservé une série de sites entre Dumbarton et Dundee pour l’implantation de la prochaine génération de fermes verticales de plus d’un hectare en Écosse, alimentées à 100 % par des énergies renouvelables. Ces fermes fourniraient des aliments frais produits localement (salades et fruits) à plus de 60 % de la population écossaise.

    Les fermes verticales de la prochaine génération utilisent des techniques avancées de culture et empilent les cultures dans des lits et des plateaux spécialement conçus. Elles minimisent l’utilisation d’eau, d’engrais et de pesticides, ce qui est très bénéfique pour l’environnement, et elles ont recours au contrôle climatique pour obtenir les résultats souhaités.

    RheEnergise s’est récemment associé au consortium V-FAST qui comprend les groupes UK Urban AgriTech (UKUAT), Vertegrow Ltd, Light Science Technologies Ltd, LettUs Grow Ltd, IGS Limited et Sprung Structures Ltd, pour le développement de ce type d’agriculture locale qui a beaucoup moins d’impacts environnementaux négatifs et de besoins de surfaces.

    Les quatre entreprises développent des projets qui combinent l’agriculture verticale, la production d’énergie renouvelable et le stockage d’énergie High-Density Hydro de RheEnergise.

    Chaque nouvelle ferme verticale V-FAST, qui peut être implantée y compris dans des pays dont la ressource en eau est très faible, fournira des aliments de haute qualité à un coût inférieur à celui d’une ferme actuelle utilisant l’énergie du réseau local.

    Le consortium V-FAST a dans un premier temps identifié la ligne de basses collines allant de Dumbarton à Dundee (Campsies, Ochils et Sidlaws) en Ecosse comme idéale pour ses projets. Une ferme verticale d’un hectare peut fournir des produits frais de première qualité pendant un an à une ville de 10 000 foyers et un projet RheEnergise peut répondre aux besoins de stockage d’énergie d’une ville de la même taille.

    Chaque site accueillerait l’énergie éolienne, solaire, le stockage d’énergie et la ferme verticale en un seul endroit, en utilisant souvent exactement la même empreinte pour maximiser l’efficacité de l’utilisation des terres. En outre, les projets V-FAST peuvent utiliser des terres de moindre qualité qui ne sont pas idéales pour l’agriculture traditionnelle.

    Le principal défi auquel les fermes sont confrontées est le coût de l’énergie, un problème qui s’est considérablement aggravé ces derniers mois avec l’invasion de l’Ukraine par le gouvernement de Vladimir Poutine.

    L’énergie renouvelable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 est la solution au plus bas prix au problème

    Les avantages du stockage colocalisé avec une ferme verticale sont multiples :

    – même surface au sol. La ferme occupe les niveaux supérieurs et le stockage d’énergie et la part de production agricole à stocker et des équipements utilisent le sous-sol
    – même connexion au réseau, qui représente souvent un coût important pour l’agriculture
    – le stockage d’énergie fournit des services énergétiques locaux supplémentaires aux consommateurs locaux, leur permettant ainsi de bénéficier également de coûts énergétiques moins élevés et à prix constant
    – 20 à 30 fois plus d’aliments produits que ceux qui pourraient être cultivés sur un champ de la même taille.
    – chaînes d’approvisionnement raccourcies donc frais de transports réduits en plus de ceux de l’énergie et des réseaux électriques
    – résilience accrue
    – avantages environnementaux substantiels
    – emplois locaux créés et richesses conservées localement
    – approvisionnement local et fiable en aliments frais et en énergie sans carbone qui sert les communes locales

    Consortium V-Fast

    https://www.v-fast.info/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.