Le Royaume-Uni adopte une taxe temporaire sur le pétrole et le gaz

Hausse des prix de l’énergie : le Royaume-Uni adopte une taxe temporaire

Hausse des prix de l'énergie : le Royaume-Uni adopte une taxe temporaire

Le gouvernement de Boris Johnson a finalement décidé d’adopter une taxe temporaire sur les profits du pétrole et du gaz. Les énergéticiens devront s’acquitter de cette taxe dès les prochains mois. Le but ? Financer de nouvelles aides pour soutenir les ménages les plus modestes. Car le pays est frappé de plein fouet par l’inflation tandis que les bénéfices des énergéticiens s’envolent.

Le Royaume-Uni instaure la taxe à 25% pour les producteurs de pétrole et de gaz

Au Royaume-Uni, la question du pouvoir d’achat est au coeur des débats depuis maintenant plusieurs mois. Le Premier Ministre et le chancelier de l’échiquier avaient jusqu’ici rejeté toute idée d’une nouvelle taxe. Mais la hausse des prix de l’énergie n’est plus le seul problème des Britanniques. Désormais, l’inflation enregistrée par l’économie touche tous les produits de consommation, y compris l’alimentation. Face à la gronde générale, Boris Johnson et son gouvernement ont donc fait machine arrière. Et ils viennent d’annoncer la création d’une taxe temporaire pour financer des mesures d’aides exceptionnelles.

Le gouvernement compte mettre en place une taxe de 25% sur les bénéfices des producteurs de pétrole et de gaz. D’après les estimations du gouvernement britannique, la taxe devrait rapporter près de 5 milliards de livres Sterling. Le chancelier de l’échiquier, Rishi Sunak, a précisé que l’argent collecté par cette taxe extraordinaire servira à alimenter le budget du programme Cost of Living. Ce nouveau plan d’aides est destiné aux ménages modestes pour lutter contre l’inflation.

La mesure doit-elle inquiéter les énergéticiens britanniques ?

Cette nouvelle taxe n’est certainement pas une bonne nouvelle pour les producteurs de pétrole et de gaz. Mais ils profitent actuellement d’un contexte par ailleurs favorable. La hausse continue des prix de l’énergie les assure d’ores et déjà sur la croissance de leurs profits pour l’année 2022.

L’Agence Internationale de l’Energie s’est déjà prononcée le 3 mars dernier en faveur d’une surtaxe sur les profits des énergies fossiles. D’après un rapport l’Agence, les entreprises pétrolières et gazières peuvent absorber des taxes supplémentaires grâce aux revenus records qu’elles s’apprêtent à réaliser. “Les conditions actuelles du marché pourraient conduire à des bénéfices excédentaires allant jusqu’à 200 milliards d’euros dans l’Union Européenne pour le gaz, le charbon, le nucléaire et l’hydroélectricité et autres renouvelables en 2022.”

Par ailleurs, le gouvernement britannique est bien décidé à ménager les grandes entreprises du secteur énergétique touchées par cette nouvelle taxe. Rishi Sunak a annoncé la mise en place d’un crédit d’impôt pour les énergéticiens. Il concernera tous les investissements réalisés au cours de l’année 2022. Or, ce crédit d’impôt sera accordé sans restrictions ni conditions de respect des engagements climatiques.

D’autres surtaxes à venir sur le pétrole et le gaz en Europe ?

Le Royaume-Uni n’est pas le seul état européen à adopter ce type de mesure extraordinaire. L’Italie a déjà mis en place une taxe équivalente. Elle se monte à 10% et vise les bénéfices enregistrés entre octobre 2021 et mars 2022.

En Hongrie, les pouvoirs publics débattent aussi pour instaurer un dispositif de taxe temporaire pour financer leurs mesures pour le pouvoir d’achat. La commission européenne s’est également prononcée en faveur de ces surtaxes temporaires.

Mais en France, où le ministre de l’économie a déjà instauré un “bouclier énergétique”, il n’est pas question pour l’instant de suivre le même chemin.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Aperçu de la production énergétique française par filière depuis 2012 et nette prédominance du nucléaire dans le mix énergétique français. Source: https://opendata.rte-france.com
mar 28 Jan 2014
Une tendance se dégage de la dernière étude PwC sur le facteur carbone des principaux électriciens européens : alors que la production des énergéticiens  a reculé  en 2012 (-34 TWh), principalement en raison du ralentissement économique, les émissions de CO2…
ven 19 Déc 2014
GDF Suez a annoncé mardi 16 décembre avoir remporté, via sa filiale E-CL, un appel d'offre portant sur la fourniture d'énergie au Chili. Selon les termes de ce contrat, d'une valeur de 1,7 milliard de dollars, le groupe français est…
mer 11 Mar 2015
Le groupe industriel français Alstom a annoncé ce lundi 9 mars avoir remporté un nouveau contrat pour la livraison clé en main de nouvelles unités de production au lignite fonctionnant en conditions ultra-supercritiques. Une nouvelle technologie inédite sur le continent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.