Royaume-Uni : les opposants à la centrale nucléaire de Sizewell C vers une action en justice - L'EnerGeek

Royaume-Uni : les opposants à la centrale nucléaire de Sizewell C vers une action en justice

royaume-uni opposants centrale nucleaire sizewell c vers action justice - L'Energeek

Validée le 20 juillet par le ministre de l’énergie britannique, la centrale nucléaire EPR de Sizewell C, menée par EDF, est contestée par un groupe d’opposants qui pourraient porter l’affaire en justice. Ils estiment que la question de l’approvisionnement en eau n’étant pas réglé, l’autorisation de développement n’aurait jamais du être accordée.

Le gouvernement britannique a accordé l’autorisation de développement de la centrale EPR de Sizewell C

Ce 20 juillet 2022, le ministre britannique de l’Energie, Kwasi Kwarteng, a accordé une autorisation de développement à la centrale nucléaire de Sizewell C, dans le Suffolk. D’un budget estimé à 20 milliards de livres sterling, ce projet comporte deux réacteurs EPR, pour un total de 3,2 GW de puissance installée. EDF détient 80 % du consortium chargé de sa construction, les 20 % restant étant entre les mains du chinois CGN.

A l’époque, un organe chargé d’évaluer le projet pour le gouvernement avait réclamé le report de cette autorisation, car certaines questions-clés n’étaient pas réglées, notamment celle de la stratégie de l’approvisionnement en eau nécessaire au refroidissement du réacteur.

En pleine crise énergétique provoquée notamment par la guerre en Ukraine, et au coeur d’une vague de chaleur sans précédent, Kwasi Kwarteng avait estimé que “le besoin très important et urgent” de cette centrale nucléaire “l’emporte sur les dommages”, et que l’autorisation devait être accordée.

Le Royaume-Uni a décidé d’accorder une place de choix dans l’énergie nucléaire pour atteindre son objectif de neutralité carbone en 2050, alors que la majorité de ses 15 réacteurs nucléaires sont en fin de vie.

Un groupe d’opposants prêts à aller en justice

Mais, ce 9 août 2022, un groupe d’opposants à la centrale, l’organisation Together Against Sizewell C (TASC, ensemble contre Sizewell C), a contesté cette décision de Kwasi Kwarteng, notamment en regard de l’approvisionnement en eau, dans une lettre envoyée au gouvernement.

TASC estime que le ministre de l’Energie n’a pas obtenu “d’informations environnementales complètes sur les effets de la construction proposée”, et réclame en conséquence “l’annulation de la décision accordant l’autorisation de développement”, intimant au gouvernement de répondre avant le 16 août 2022.

“Si la réponse n’est pas satisfaisante, la prochaine étape est de déposer une plainte auprès du tribunal” chargé des questions d’aménagement à la Haute Cour de justice, a précisé à l’AFP Rowan Smith, avocat de TASC dans cette procédure.

Il est à noter que TASC est opposé depuis le début à la construction de Sizewell C, au-delà de cette question de l’approvisionnement en eau. Les défenseurs britanniques du nucléaire voient dans cette question un pur prétexte, d’autant que la centrale est située au bord de la mer, ne rendant a priori pas particulièrement problématique son refroidissement.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 4 Juil 2022
Ce vendredi 1er juillet, le Conseil européen a donné son accord tacite à l’inclusion du gaz naturel et du nucléaire dans la taxonomie verte de l’Union européenne, malgré l’opposition de l’Allemagne. Le texte doit être examiné ce mercredi 6 juillet…
lun 15 Fév 2016
La fusion nucléaire ne cesse de progresser. Après la France, les Etats-Unis et l'Allemagne, la Chine, dans le cadre du programme EAST de l’Académie Chinoise des Sciences, a réussi à maintenir un plasma d'hydrogène à 50 millions de degrés durant plus…
jeu 19 Juin 2014
L'Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) a rendu public le 12 juin dernier son rapport concernant le deuxième examen de sûreté du réacteur 1 de la centrale nucléaire de Penly. Considérant que "le niveau de sûreté du réacteur 1 de la…
ven 13 Nov 2015
Plusieurs laboratoires de recherche se sont associés dans le cadre du programme Genesis, afin d’étudier le vieillissement des centrales nucléaires. Au total, 27,3 millions d’euros vont servir à « développer l'analyse expérimentale à l'échelle nanométrique des matériaux irradiés ». (suite…)

COMMENTAIRES

  • “Le besoin très important et urgent” de cette centrale nucléaire “l’emporte sur les dommages”

    Il y a de quoi se rouler par terre de rire avec cet argument précipitant les choses… précipitant tout sauf la date de mise en service…….. DANS 15 ANS ! Il faut espérer que l’urgence aura été satisfaite par d’autres moyens ! !! !!!

    Répondre
  • @ Rochain,

    Pour quoi ne dites vous pas clairement que vous avez des intérêts personnels dans l’éolien et que vous y avez investi votre propre argent ?

    Les gens comprendraient mieux pourquoi vous passez votre temps à cracher sur le nucléaire de manière viscérale sur tous les forums, vous ne croyez pas ?????

    Répondre
  • “A l’époque, un organe chargé d’évaluer le projet pour le gouvernement avait réclamé le report de cette autorisation, car certaines questions-clés n’étaient pas réglées, notamment celle de la stratégie de l’approvisionnement en eau nécessaire au refroidissement du réacteur.”

    J’ai été voir sur google map.
    Apparemment Sizewell est au bord de la mer donc je ne comprend pas cette histoire sur le problème d’approvisionnement en eau de la centrale.
    Ces centrales n’auront pas besoin de tour de refroidissement comme on le voit su la photo d’illustration.

    Bref, encore des délires d’écolo-débiles…..

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.