Corée du Sud : le nouveau président se tourne résolument vers le nucléaire, les renouvelables et le gaz - L'EnerGeek

Corée du Sud : le nouveau président se tourne résolument vers le nucléaire, les renouvelables et le gaz

coree sud nouveau president vers nucleaire renouvelables gaz - L'Energeek

Mauvais élève mondial en matière de lutte contre le changement climatique, la Corée du Sud semble enfin déterminée à accélérer ses efforts de transition énergétique : son nouveau président Yoon Suk-yeol, élu notamment contre la promesse de sortie du nucléaire de son prédécesseur Moon Jae-in, vient de livrer, ce 24 mai 2022, un vibrant plaidoyer pour un mix de nucléaire, de renouvelables et de gaz naturel pour atteindre la neutralité carbone.

La Corée du Sud, une économie encore très fortement carbonée

La Corée du Sud est l’un des pays les plus fortement émetteur de gaz à effet de serre du monde, avec 11,33 tonnes de CO2 par habitant en 2019, dont 40 % pour le seul secteur industriel.

La consommation énergétique primaire du pays s’établissait à 11 731 PJ/habitant en 2019, 2,9 fois la moyenne mondiale, 51 % de plus qu’en France. Et cette énergie primaire demeurait très fortement carbonée, avec 83,3 % de combustibles fossiles (pétrole 37,3 %, charbon 28,6 %, gaz naturel 17,4 %), 13,6 % de nucléaire et 3,2 % d’énergies renouvelables, dont 2,4 % de biomasse-déchets.

Certes, le pays a entamé un développement du photovoltaïque, mais il souffre d’un potentiel hydroélectrique quasi-nul, et d’investissements faméliques dans l’éolien. De ce point de vue, le choix de la précédente administration, menée par l’ancien président Moon Jae-in, de sortir du nucléaire semblait contre-productif avec les objectifs de neutralité carbone du pays.

Pour Yoon Suk-yeol, la Corée du Sud doit « raisonnablement mélanger nucléaire, énergies renouvelables et gaz naturel »

C’est en partie contre cette sortie du nucléaire que le nouveau président Yoon Suk-yeol, entré en fonction début mai 2022, a été élu. Au lendemain d’une rencontre avec le président américain, Joe Biden, pour renforcer les liens stratégiques, diplomatiques et économiques entre les deux pays, le président sud-coréen a lancé, en ouverture de la 28e Conférence mondiale du gaz à Daegu, ce 24 mai 2022, un plaidoyer pour un mix de nucléaire, de renouvelables et de gaz pour atteindre les objectifs climatiques du pays.

«En tant que nation leader mondiale, la Corée du Sud assumera sa responsabilité et son rôle dans les efforts internationaux visant à atteindre la neutralité carbone. Pour cela, nous devons raisonnablement mélanger nucléaire, énergies renouvelables et gaz naturel », a synthétisé Yoon Suk-yeol.

Yoon Suk-yeol a également appelé à investir dans les technologies émergentes, notamment de production d’hydrogène décarboné, afin de limiter les émissions du pays. Le président sud-coréen a par ailleurs souligné la nécessité de diversifier l’approvisionnement du pays en matières premières, face à la hausse des cours et aux incertitudes géopolitiques.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
L'augmentation des prix de l'électricité en février 2024 a secoué les budgets de nombreux Français. Selon une enquête de Rothelec, plus de la moitié des ménages prévoient de réduire encore davantage leur consommation et se tournent de plus en plus…
jeu 20 Mai 2021
La mise en service de la centrale électrique du Larivot, qui répond à la nécessité de sécuriser l’approvisionnement électrique de la Guyane, département français où la demande énergétique devrait croître à une cadence d’environ 3 % par an dans les…
ven 8 Mar 2024
En 2023, l'Allemagne a franchi le seuil symbolique des 50% d'électricité produite à partir des énergies renouvelables.       Énergies renouvelables : l'éolien en tête de liste L'année 2023 a vu l'éolien s'imposer comme le pilier de la production…
Le chèque énergie, cette aide financière gouvernementale, continue de soutenir les foyers français dans la gestion de leurs dépenses énergétiques. Après une première vague de versements au début de la première semaine du mois d'avril 2024, c'est au tour des…

COMMENTAIRES

  • Dans un mix de ces 3 producteurs ils faut que le rendez vous soit possible ! Le gaz et les renouvelables seront là dans 2 ans, mais le nucléaire 10 ans plus tard ! Il y comme un problème !!?

    Répondre
  • Et bien les coréens virent de bord pour mieux remonter face aux soucis énergétiques à venir dont la disponibilité du Gaz Naturel à des prix abordables dans les années à venir …

    Répondre
  • @Serge,

    Les coréens viennent de mettre en route “Barakah” aux Emirats… 4 tranches au total dont 1 en moins de 10 ans…
    Le Gaz dans 2 ans, Oui mais à quel prix rendu en MW.h électrique ???

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.