Marché européen de l’électricité : une exception pour l’Espagne et le Portugal - L'EnerGeek

Marché européen de l’électricité : une exception pour l’Espagne et le Portugal

marche europeen electricite exception espagne portugal - L'Energeek

Ce vendredi 13 mai 2022, le gouvernement espagnol a approuvé la limitation du prix du gaz dans la production électrique, afin de réduire la facture électrique de 30 % pour les ménages et l’industrie. Cette décision est une conséquence directe de l’autorisation qu’ont obtenu l’Espagne et le Portugal de déroger aux règles du marché européen de l’électricité, compte tenu de leur faible interconnexion avec leurs voisins.

L’Espagne et le Portugal vont pouvoir déroger au marché européen de l’électricité

Est-ce un prélude à une refonte en profondeur du marché européen de l’électricité, réclamée par les pays du Sud de l’Union européenne, France en tête, ou ne sera-ce qu’une exception temporaire et circonscrite ?

L’avenir le dira. Mais, pour l’heure, l’Espagne et le Portugal ont décidé de profiter, ce 13 mai 2022, de la dérogation aux règles européennes sur le tarif de l’électricité que leur a accordé l’Union européenne .

Le gouvernement espagnol a en effet signé un décret limitant les prix du gaz qui entre dans la production électrique, pour réduire les factures d’électricité des ménages comme des industries. « Pour une fois, ce ne sera pas les mêmes qui paieront », s’est félicité la ministre de la Transition écologique, Teresa Ribera.

Cette décision est une conséquence directe de la reconnaissance, par la Commission européenne, d’une « exception ibérique », due à la faible interconnexion de la péninsule avec la France (entre 3 et 5 % de la capacité électrique espagnole), et donc avec le réseau européen.

Un plafonnement du tarif du gaz pour la production électrique, qui devrait faire baisser les factures de 25 à 30 %

Cet isolement interdit à la péninsule ibérique de profiter des renouvelables du Nord de l’Europe, la faisant fonctionner, en partie, comme une île. Dans le détail, ce décret, qui s’appliquera tant à l’Espagne qu’au Portugal, limite le tarif du gaz s’il est utilisé pour une centrale au gaz.

L’État va verser aux fournisseurs de gaz la différence avec le prix de marché, en finançant cette compensation par une taxe sur les bénéfices extraordinaires réalisés par les compagnies électriques grâce à la hausse des prix.

Le prix du gaz sera ainsi plafonné à 40 euros le MWh durant six mois, avant de monter progressivement pour atteindre une moyenne de 50 euros le MWh sur l’année. Le gouvernement vise une réduction de la note électrique de 25 à 30 % pour les ménages, PME et industrie, avec un MWh à 130 euros au lieu de 210 euros ces derniers mois.

Bruxelles autorise Espagne et Portugal à décrocher du marché européen de l’électricité pour douze mois minimum. C’est une victoire pour l’Espagne et en particulier Teresa Ribera qui se bat depuis près d’une année pour obtenir une réforme de ce marché. Reste à savoir si une réforme plus structurelle sera engagée par l’Union européenne ou pas.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 30 Juin 2021
Enedis l'a récemment annoncé : la France vient de passer la barre des 100 000 foyers en autoconsommation. Le chiffre est hautement symbolique. Mais il traduit bien l'intérêt des ménages français pour les alternatives énergétiques. L'électricité reste un poste de…
jeu 3 Juil 2014
Le groupe industriel français Areva, l’Ademe et la société SMART Energies ont annoncé récemment la création conjointe de la coentreprise Areva H2-Gen. Un projet d'avenir dont l'objectif est avant tout la fabrication et la commercialisation d'électrolyseurs par membrane à échange…
lun 1 Déc 2014
Confrontée à de graves problèmes de production d’électricité depuis l’arrêt de trois de ses réacteurs nucléaires, la Belgique doit se tourner vers l’étranger pour subvenir à ses besoins en électricité : au mois de septembre 2014, le plat pays a importé 32,9%…
ven 28 Juil 2017
Début juillet 2017, le médiateur de l’énergie a organisé un débat sur les conséquences de la libéralisation du secteur de l’énergie. Au moment où le Conseil d’Etat enterre les tarifs réglementés pour le gaz, les experts s’interrogent sur l’avenir de…

COMMENTAIRES

  • Nous on voudrait bien aussi, mais on ne peut pas car on est trop tributaire de l’Allemagne.

    Répondre
  • Je relève ds le texte: “…reconnaissance, par la Commission européenne, d’une « exception ibérique », due à la FAIBLE INTERCONNEXION de la péninsule avec la France (entre 3 et 5 % de la capacité électrique espagnole), et donc avec le réseau européen.” !!!!????
    Pourquoi une a

    Répondre
  • Désolé, fausse manip ds post précédent:

    Je relève ds le texte: “…reconnaissance, par la Commission européenne, d’une « exception ibérique », due à la FAIBLE INTERCONNEXION de la péninsule avec la France (entre 3 et 5 % de la capacité électrique espagnole), et donc avec le réseau européen.” !!!!????
    Pourquoi une a
    Pourquoi une aussi faible interconnexion ???? Quel gâchis ! Dommage !
    Ceci empêche de fournir des MWh de l’UE vers Espagne ET Portugal qd en excès ds le Nord,
    ET ceci empêche de recevoir des MWh d’Espagne ET du MAGREHB qd de grds champs PV et éoliens installés là-bas !!!!
    Il y a pourtant des solutions:
    1) câble pour élec en HV-DC ds les tunnels de passage des trains, comme avec Eurostar pour la connexion France – GB
    2) câble HV-(DC ensouillé en mer coté Atlantique, connectant Pays Basque F à Pays Basque E
    3) c âble HV-DC ensouillé en mer côté Méditerranée, connectant France et Espagne du côté de Colioure
    Voilà qui mériterait d’être corrigé ASAP pour permettre la circulation N-S des MWh selon les besoins…
    YA+KA
    Slts
    Guydegif(91)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.