L’Union européenne tâtonne sur son indépendance énergétique

L’Union européenne tâtonne sur son indépendance énergétique

union européenne nucléaire indépendance énergétique - Energeek

Le chancelier allemand Olaf Scholz a douché les faibles espoirs ukrainiens en rappelant lundi 7 mars que les importations de gaz russe restent, à l’heure actuelle, « essentielles pour l’Europe ». Un désaveu pour l’Union européenne qui, en pleine guerre russo-ukrainienne, cherche à renforcer son indépendance énergétique pour accélérer l’isolement économique de Moscou.

Une dépendance marquée, différenciée selon les pays

L’International Energy Agency, dans un rapport publié le 3 mars, a rendu publiques dix mesures jugées absolument nécessaires à mettre en œuvre pour réduire, de l’ordre d’un tiers et à court-terme, les importations de gaz venues de Russie. Et sortir d’une dépendance qui reste, pour le Kremlin, un vecteur majeur de pression sur l’Union européenne. Pour les Etats membres, le défi est immense, tant le volume importé chaque année est colossal. Ainsi en 2021, l’Union européenne a importé en moyenne 380 millions de mètres cubes par jour en provenance de Russie, pour un total de 140 milliards de mètres cubes annuel, ce qui représente environ 45 % des importations de gaz du continent. Le 8 mars, les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont annoncé un embargo sur leurs importations de pétrole et de gaz russe. Une décision qui, a priori, ne devrait que faiblement les affecter.

Les pays européens sont dans une situation de dépendance inégale par rapport à la Russie. Selon les données d’un rapport du Sénat, la Slovaquie et les trois pays baltes reposent entièrement sur la Russie pour leurs importations en gaz. Un taux qui s’élève à 80 % pour la Pologne, 65 % pour l’Autriche, 37 % pour l’Allemagne et l’Italie. La France, qui fait exception à la règle, reste relativement à l’abri et ne dépend, pour ses importations en gaz, qu’à 25 % de la Russie.

Nucléaire, renouvelables, diversification et sobriété énergétique

Parmi les mesures envisagées, l’IEA mise à court-terme sur la diversification des approvisionnements en gaz, notamment à partir de la Norvège et de l’Azerbaïdjan et sur une augmentation, à très court terme, de ses importations en Gaz naturel liquéfie (GNL), avec de nombreux exportateurs asiatiques potentiels, pouvant pallier le manque à gagner d’un arrêt des échanges avec la Russie.

L’IAE prône aussi une accélération du déploiement des projets éoliens et solaires, en simplifiant notamment les obtentions des permis de construire et les démarches administratives préalables à leur déploiement. Des projets de grande ampleur auxquels ont vocation à s’ajouter un déploiement massif de panneaux solaires sur les toits des habitations, soutenu par un puissant système de subventions gouvernementales aux particuliers. Au niveau européen, un volontarisme politique concerté dans ce domaine devrait permettre de fournir, chaque année, 20 TWh supplémentaires au continent.

Enfin, l’IAE plaide pour une maximisation des capacités nucléaires de l’Union européenne. En ce sens, l’agence réclame la mise en service du réacteur d’Olkiluoto en Finlande et, surtout, le report de la fermeture prévue de cinq réacteurs entre 2022 et 2023 en Europe. Une manière, pour l’Union, de réduire la demande de gaz de 1 milliard de mètres cubes par mois. Un recours plus prononcé à la bioénergie est aussi envisagé, en renforçant les capacités de production. Enfin, sur le long-terme, l’IAE encourage les gouvernements à s’engager massivement vers des travaux de sobriété énergétique, d’isolation des bâtiments et de remplacement des chaudières à gaz par des pompes à chaleur.

Le nucléaire revient en force sur les agendas politiques européens

Dans ce contexte tendu marqué par les incertitudes et un renchérissement attendu des prix de l’énergie, la question du nucléaire, présentée par L’IEA, comme « la plus grande source d’électricité à faibles émissions dans l’Union européenne », revient très logiquement sur les agendas politiques. L’Allemagne, qui avait fait de la sortie du nucléaire une priorité nationale, semble -presque- rétropédaler. Le ministre fédéral de l’Économie et du Climat, Robert Habeck, s’est ainsi engagé à ne pas s’opposer « idéologiquement » à un recours au nucléaire dans l’avenir et serait même prêt à reporter l’arrêt de ses trois derniers réacteurs, à Emslad, Isar et Neckarwestheim, supposés théoriquement ne plus fonctionner cette année. Plusieurs personnalités politiques de premier plan, comme le Ministre-président du Land de Saxe, Michael Kretschmer (CDU), réclament ainsi au gouvernement une réflexion approfondie sur un éventuel retour de l’atome.

La Belgique aussi pourrait faire machine arrière, alors que la sortie du nucléaire, sans cesse repoussée, semblait désormais actée pour 2025. Même les écologistes belges, farouchement opposés au nucléaire, se sont à demi-mots rangés à l’unanimité politique qui se construit et se disent disposés à « (réétudier) la question ». De son côté, Alexander de Croo, Premier ministre, reconnaît être en train de « réévaluer sa stratégie ». Du côté des pays de l’Est, Bulgarie et Pologne se sont, avant le conflit, engagés à renforcer leurs infrastructures nucléaires, tandis que la Roumanie accélère les rénovations sur l’unique centrale du pays et s’intéresse aux petits réacteurs modulaires (SMR) comme alternative au gaz russe. La Grèce, farouchement opposée au nucléaire, refuse toujours la présence de réacteurs sur son sol mais mène actuellement des négociations pour recevoir de l’électricité nucléaire de la Bulgarie voisine.

Retour au charbon ?

Effet délétère attendu de la chute des importations, les économies européennes se mettent sur le pied de guerre et annoncent d’ores et déjà la réouverture possible de leurs centrales à charbon. Le lundi 28 février, le gouvernement italien approuvait un panel de mesures d’urgence, incluant la possibilité de redémarrer la demi-douzaine de centrales à charbon que compte la Péninsule. En Allemagne, le vice-chancelier Robert Habeck a annoncé possible que « par précaution et afin de se préparer au pire, (le pays doive garder) les centrales à charbon en veille et peut-être même les laisser fonctionner ».

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Le gouvernement peine à donner une direction à la stratégie énergétique et climatique de la France. L'avis des Français sera une nouvelle fois demandé sur ces sujets. Gabriel Attal a annoncé une prochaine grande consultation suite à une réunion qui…
jeu 23 Nov 2023
La France se lance dans une ambitieuse transformation de l'énergie. Avec un plan dévoilé le 22 novembre 2023, le gouvernement vise une indépendance totale des énergies fossiles d'ici 2050.   La grande évasion des énergies fossiles Le gouvernement français a…
L'augmentation des prix de l'électricité en février 2024 a secoué les budgets de nombreux Français. Selon une enquête de Rothelec, plus de la moitié des ménages prévoient de réduire encore davantage leur consommation et se tournent de plus en plus…
lun 8 Jan 2024
La France s'engage dans une ambitieuse expansion de son parc nucléaire. Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, confirme que les six nouveaux réacteurs EPR ne sont qu'un début. Huit autres sont prévus ! Réacteurs EPR : Pannier-Runacher plus ambitieuse…

COMMENTAIRES

  • Les renouvelables, notre seule chance de récupérer un jour notre indépendance énergétique car personne ne peut nous prendre notre Soleil, notre vent, notre géothermie, notre agriculture et ses ressources bioénergétiques , nos forêts sources de bioénergie, nos fleuves et rivières et leurs barrages hydroélectriques, nos façades maritimes et leur foisonnement de la Méditerranée à la Baltique en passant par l’Atlantique, la Manche et la mer du Nord, leurs courants, leurs houles, et leurs marées. Nous n’avons plus de ressources intérieures moralement utilisables en regard du changement climatique, et la dernière mine d’uranium de France et d’Europe a définitivement fermée il y a 20 ans dans les Cévennes françaises. Si un enthousiasme européen s’était levé partout il y a déjà 15 ans, nous serions aujourd’hui totalement libéré des importations étrangères pour produire notre énergie, nous ne serions pas à la merci d’un dictateur ici ou là dans le monde à lui quémander les ressources que nous n’avons plus depuis déjà longtemps.

    Répondre
  • Au commentaire précédent de M. Rochain, je souhaiterais ajouter que les Panneaux PV installés en France (et en Europe) sont très très très majoritairement importés (sans le soleil c’est sur) et que penser que les fabricants de ces dits panneaux (et le(s) pays ou sont les usines de ces fabricants) sont complètement indépendants sur leur chaine complète de fabrication est une douce illusion actuellement…
    Que l’Empire du Milieu et sa garde rouge au pouvoir aient pour objectif de se servir prochainement de “l’arme” énergétique du Panneau PV est une quasi certitude… Nous pourrons alors verser des “larmes” sur cette nouvelle dépendance…
    Les ENR, Oui, dans des proportions intégrables et aussi avec des objectifs d’indépendance réel sur toute la chaine…
    Le Nucléaire (même si les mines sont fermées, mais pas vidées de toute substance) a une remarquable intégration verticale…

    Répondre
  • @Serge Rochain,
    C’est bien de rêver en écrit idyllique et sourcé (!???).
    RTE a donné les résultats de ces travaux ! Il semble plus simple et moins cher en plus d’ENR de garder une bonne Dose de Nucléaire !!!

    Faire croire qu’en 15 ans on change des pans entiers de nos sociétés est une belle illusion alors que le pas de temps complet est plus de 60 ans (avec une demi-période de 30 ans) !!! Oui les ENR vont progresser, mais pas pour remplacer tous les hydrocarbures + le Nucléaire en 15 ans !!!
    Sauf à si vous voulez faire encore mieux :
    1) Employer les méthodes des khmers rouges, les vrais ! Eux en 15 semaines, ils avaient changé la face énergétique de leur pays et pour longtemps (hélas ! et un génocide colossal à la clé) …
    2) Appliquer des récessions profondes au pays avec désindustrialisation quasi complète !!!
    3) Demander à l’Allemagne de nous envahir comme en 40 !?

    Répondre
  • Tous les grands experts indépendants du nucléaire savent que c’est la fin de l’énergie nucléaire.
    Les droits à l’environnement, à la biodiversité, à la santé, à ne pas obérer l’avenir des générations futures ne sont pas compatibles avec cette énergie dangereuse pour tout le vivant.
    Le projet CIGEO étant en passe de devenir un fiasco comme ITER. Cette caution de l’enfouissement en couche profonde des déchets nucléaires tant souhaitée par le gouvernement français est en train de tomber à l’eau. les fausses informations érigées sous forme de science deviennent une atteinte aux droits de l’homme.
    Il n’y a que Macron pour faire de la propagande nucléaire.

    Répondre
  • quelle vision simpliste! Si il y 15 ans on avait arrêté le nucléaire partout en Europe, on serait beaucoup plus dépendants aujourd’hui du gaz, car il faut bien pallier à l’intermittence du solaire et de l’éolien pour satisfaire à tout instant à la demande d’électricité … Par exemple ce jour 30 mars 2022 solaire et éolien ne sont pas au rendez-vous en France

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.