La France et l'Espagne plaident pour une réforme du marché de l'énergie européen - L'EnerGeek

La France et l’Espagne plaident pour une réforme du marché de l’énergie européen

france espagne plaident reforme marche energie europeen - L'Energeek.jpg

En visite à Madrid ce 2 décembre 2021, le ministre de l’Economie français Bruno Le Maire a réclamé, avec son homologue espagnole Nadia Calvino, une réforme du marché de l’énergie européen, qu’ils estiment trop fortement indexé sur le prix du gaz naturel. Trois autres pays européens (Italie, Grèce, Roumanie) défendent aussi cette position, que neuf autres membres de l’Union Européenne (dont l’Allemagne, le Danemark ou les Pays-Bas) combattent.

Union Européenne : le marché commun de l’énergie porte une responsabilité dans la hausse des prix de l’électricité

C’est une nouvelle ligne de clivage sur la question de l’avenir énergétique de l’Union Européenne. La possible inclusion du nucléaire dans la taxonomie verte oppose déjà les pays favorables à cette inclusion, France et pays de l’Est, à ceux qui y sont opposés, menés par l’Allemagne.

Deux nouvelles coalitions se sont donc constituées sur la question d’une possible réforme du marché de l’énergie européen, en particulier celui de l’électricité. Les prix de l’électricité sur le marché du gros européen sont en effet indexés sur le tarif de la dernière source injectée, qui est (presque toujours) du gaz naturel.

Or, quand les prix du gaz se mettent à flamber, ils entraînent avec eux ceux de l’électricité : c’est ce mécanisme qui a provoqué une explosion des prix de l’électricité dans l’Union Européenne cet automne, et qui continue de maintenir les tarifs à des niveaux élevés.

Face à cette situation, deux positions s’opposent : ceux qui estiment que ce soucis est structurel, provoqué notamment par les efforts de transition énergétique et les taxes carbone, qui pèsent sur le prix et la compétitivité du gaz naturel ; ceux qui estiment que le problème est conjoncturel, lié à la pandémie de Covid-19 et à des défauts mondiaux d’approvisionnement en gaz naturel, que les lois de la concurrence devraient lisser dans les mois qui viennent.

La France et l’Espagne s’étaient déjà fait les hérauts de la première position, ils ont renforcé ce leadership, ce 2 décembre 2021, pendant la visite du ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, à Madrid. Ce dernier et son homologue espagnole, Nadia Calvino, ont ainsi affirmé, durant une conférence de presse, leur volonté de réformer le marché européen de l’énergie, aux cotés de l’Italie, la Grèce et la Roumanie, via une position commune publiée ce même jour.

France, Espagne, Italie, Grèce et Roumanie veulent réformer le marché européen de l’énergie, vers plus de régulation

«Je sais que cela prendra du temps d’obtenir une réforme du marché européen de l’énergie. Mais elle est indispensable pour protéger les consommateurs et pour protéger les entreprises», a ainsi affirmé Bruno Le Maire. Il a précisé sa pensée lors d’une réunion des ministres de l’Energie de l’Union, le même jour à Bruxelles : «Il est aussi indispensable sur le long terme de renforcer l’indépendance énergétique européenne (…). On ne peut pas dépendre à 40% des livraisons de gaz de la Russie, décidées par Vladimir Poutine».

«Aujourd’hui, cinq pays – l’Espagne, la France, l’Italie, la Grèce et la Roumanie -, qui représentent plus de 45% de la population européenne, ont demandé une révision de la régulation européenne pour mieux protéger les consommateurs», a détaillé Nadia Calvino.

Le document publié conjointement par la cinq Etats s’appuie sur trois propositions :

  • créer un mécanisme de «stabilisateur automatique» du prix de l’électricité, qui «permette de transférer les gains» que peut faire un producteur, en cas de prix de marché élevé, vers le fournisseur qui les répercute ensuite vers le consommateur – ce qui revient à réguler plus fortement le marché pour lisser les prix pour le consommateur final
  • mettre en place des contrats de long terme «bas carbone» pour les entreprises, et imposer aux fournisseurs de proposer une offre à prix stable
  • effectuer des achats groupés de gaz naturel au niveau de l’Union, pour constituer une réserve permettant d’adoucir les effets des crises

Cette position commune est une réponse directe à une autre position, opposée et publiée plus tôt dans la semaine par neuf membres de l’Union, plutôt des pays du Nord (Allemagne, Autriche, Danemark, Estonie, Finlande, Irlande, Lettonie, Luxembourg, Pays-Bas) . Ces Etats refusent de remettre en cause le marché concurrentiel de l’électricité, et défendent des mesures nationales et temporaires pour faire face à la crise actuelle.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Le Vietnam a demandé, mardi 21 mai 2024, à plusieurs industriels, dont Foxconn, de réduire leur consommation d'électricité pour alléger le réseau national et éviter les coupures pendant les mois de fortes chaleurs. Le Vietnam veut alléger son réseau électrique…
lun 9 Oct 2023
En France, les risques de chute occupent la deuxième place du classement des nombreux risques présents sur les lieux de travail. Électriciens, techniciens de réseaux de télécoms, agents d’entretien, techniciens de maintenance, ce sont là quelques catégories de professionnels exposés…
lun 22 Jan 2024
La France se prépare à une importante révision tarifaire de l'électricité. Annoncée par Bruno Le Maire, ministre de l'Économie, en 2023 puis confirmée le 21 janvier 2024 sur TF1, cette hausse des tarifs, effective dès le 1er février 2024, s'inscrit…
lun 6 Mai 2024
Le secteur de l'énergie est en constante évolution, mais la récente annonce d'une hausse significative des tarifs du gaz par ENGIE a particulièrement capté l'attention, notamment après que l’information a été publiée par certains clients sur les réseaux sociaux. De…

COMMENTAIRES

  • Voila les dirigeants européens à genoux devant les dirigeants russes, qataris et algériens.
    Ils ont maintenant le pouvoir de plonger les populations dans le froid et dans le noir quand ils le veulent.

    Les européens se sont mis tous seuls dans la mouise en se rendant dépendant d’une matière première qu’aucun pays européen, hormis la Norvège, ne possède.

    En allant vers les ENRi qui ne peuvent fonctionner sans les centrales à gaz pour assurer leur back-up d’une part, et en décidant de supprimer les chaudières fioul pour les faire remplacer par des chaudières gaz à condensation d’autre part, les pays européens se sont mis une laisse autour du cou.

    Pathétique!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.