Le gouvernement italien veut accueillir la mega-usine de batteries de Stellantis - L'EnerGeek

Le gouvernement italien veut accueillir la mega-usine de batteries de Stellantis

gouvernement italien veut mega usine batteries stellantis - L'Energeek

Stellantis, le groupe automobile né de la fusion de PSA et de Fiat-Chrysler, veut largement développer ses capacités de production de batteries pour ses véhicules électriques. Déjà partenaire de l’Airbus des batteries européen, le groupe entend disposer aussi de sa propre méga-usine de batteries. Si Stellantis n’a pas encore communiqué ses intentions en termes de localisation, le gouvernement italien vient, ce 17 juin 2021, de faire un appel du pied prononcé pour que cette mega-usine de batteries soit implantée en Italie.

Stellantis veut devenir un leader de la mobilité électrique, notamment en terme d’autonomie

Stellantis entend accélérer sur la mobilité électrique. Le constructeur, né de la fusion de Peugeot-Citroën et de Fiat-Chrysler, a annoncé en avril 2021 de hautes ambitions en la matière, notamment sur le volet de l’autonomie. Le groupe entend ainsi proposer dès 2023 une autonomie de 500 à 800 kilomètres, et veut pour cela s’appuyer sur ses propres lignes de production.

Stellantis fait partie des entreprises partenaires du projet européen d’Airbus des batteries, qui devraient conduire à la prochaine création d’une co-entreprise avec Daimler, Renault et Total, afin d’implanter plusieurs méga-usines de batteries en France et en Allemagne. Cette alliance européenne des batteries veut notamment produire les batteries les plus vertes du monde.

Mais Stellantis souhaite également développer ses propres moyens de production pour atteindre, au total, une capacité de 130 gigawattheures (GWh) de batteries par an d’ici à 2025, et 250 GWh d’ici à 2030. D’après le directeur général du groupe, Carlos Tavares, les deux usines de Stellantis à Douvrin, dans le nord de la France, et à Kaiserslautern en Allemagne, devraient permettre de fournir les 50 premiers GWh à court terme. Mais le groupe entend implanter rapidement une première méga-usine de batteries, avant d’en construire d’autre.

Le gouvernement italien veut que Stellantis implante sa mega-usine de batteries en Italie

Ce 17 juin 2021, le gouvernement italien s’est positionné pour que cette première usine soit installé dans le sud de l’Italie, où Stellantis dispose d’une usine, à Melfi, qui produira à partir de 2024 quatre nouveaux modèles de voitures électriques.

Au lendemain d’une table ronde réunissant des représentants du gouvernement, des syndicats et du constructeur automobile, le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti a ainsi annoncé avoir demandé à Stellantis d’installer en Italie sa « giga-factory » pour la production de voiture électrique.

«Nous nous attendons à ce qu’elle soit implantée en Italie, et nous sommes en attente d’une décision de l’entreprise», a précisé Giancarlo Giorgetti. Interrogé par l’AFP, Stellantis n’a pas souhaité commenter cette information.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 20 Mai 2021
La mise en service de la centrale électrique du Larivot, qui répond à la nécessité de sécuriser l’approvisionnement électrique de la Guyane, département français où la demande énergétique devrait croître à une cadence d’environ 3 % par an dans les…
lun 9 Oct 2023
En France, les risques de chute occupent la deuxième place du classement des nombreux risques présents sur les lieux de travail. Électriciens, techniciens de réseaux de télécoms, agents d’entretien, techniciens de maintenance, ce sont là quelques catégories de professionnels exposés…
ven 28 Avr 2023
Face aux fluctuations des prix de l'énergie, il est essentiel de bien comprendre les différentes offres d'électricité proposées par EDF pour les particuliers et les petites entreprises. En 2023, les prix edf comparés révèlent plusieurs types d'offres, dont certaines sont…
mar 17 Jan 2023
Les particuliers sont protégés depuis déjà des mois grâce au bouclier tarifaire, les TPE, artisans, boulangers, restaurateurs, sont en train de l’être, les copropriétés également... Et les ETI ? Pour l’instant, rien, ou presque,  n’est prévu pour elles. Une sur…

COMMENTAIRES

  • Vous avez aimé la série “les mensonges sur l’éolien”
    Vous allez adorez la série “les mensonges sur le photovoltaique”

    Bonne lecture !!!

    —————————————————————————————————————————–

    Mensonge N°1:Le solaire décarbone l’électricité.

    Faux,Tout comme pour l’éolien, le solaire ne participe pas à décarboner l’électricité en France.
    D’abord parce que celle-ci est déja majoritairement décarbonnée à plus de 90%.
    Ensuite parce que le PV émet en moyenne 53g/KWh de CO2 contre 6g/KWh pour le nucléaire (chiffre ADEME).

    Mais même dans les pays ou l’électricité est produite par les fossiles, les ENRi en général et le solaire en particulier font très peu baisser les émissions de CO2 car elles empêchent les centrales thermiques qui pallient à leur intermittence de fonctionner sur leur point de rendement optimale.

    Enfin, le plus gros mensonge concerne les centrales solaires CSP (concentrated solar power) qui sont vendu comme des technologies ENR alors qu’elles doivent bruler du gaz tous les jours pour démarrer.
    Cela est d’ailleurs très bien montré dans le film “Planet of human” qui montre l’arrivée de gaz naturel d’une centrale CSP en californie.

    ——————————————————————————————————————————

    Mensonge N°2:Le solaire se développe sans subventions.

    Faux, de toutes les ENRi, le photovoltaique est une véritable pompe à aspirer les subventions.
    Ainsi, pour tous les contrats passés, entre 2006 et 2010 pour des installations de plus 250KWc, le MWh est racheté jusqu’à 600 euros !!
    Ces tarifs de rachats garantis 20 ans représentent une somme total de 39 milliards dont 25 restent à payer.
    Le contribuable paye encore actuellement ce tarif et paiera jusqu’en 2030.
    La CRE est d’ailleurs en train de renegocier ces contrats retro-activement pour faire baisser les tarifs de rachats.

    https://www.batirama.com/article/41157-photovoltaique-la-revision-des-tarifs-d-achat-se-concretise-deux-conceptions-s-affrontent.html

    ——————————————————————————————————————————

    Mensonge N°3: Le solaire est adapté à tous les pays y compris ceux d’europe du Nord.
    Faux, le solaire serait d’abord adapté au pays:
    – à fort ensoleillement
    – ayant leur pointe de consommation en été en journée.
    – disposant de grand espace désertiques

    Ainsi, dans un pays comme la France ou les pointes de consommation électriques sont en hiver de nuit, l’apport du solaire est quasi nul.

    ET dans les pays d’europe du nord, on en arrive à des situations complétement débiles ou:
    – les PV ne produisent parfois rien en hiver pendant plusieurs jours car ils sont recouvert de givre et de neige (Allemagne).
    – Ou à l’inverse, les PV produisent trop en été, tous les week-end d’été, il faut alors payer pour se débarasser de sa propre électricité solaire !!!

    —————————————————————————————————————————–

    Mensonge n° 4: Le solaire photovoltaique est une technologie très performante et n’a que des avantages et va s’imposer.

    Faux, le solaire a de très nombreux inconvénients:
    – Un rendement médiocre, un panneau PV convertira au mieux 20% de la puissance qu’il reçoit (Un capot de voiture récupère l’énergie solaire bien plus efficacement que des PV).
    – le plus faible facteur de charge tout technologies confondues (FC moyen de 0,15 en France) et une très forte irrégularité de ce FC sur l’année.
    – une production concentré sur le milieu de journée et en été (alors que en Europe, les pointes de consommation sont surtout en hiver sur le début et la fin de journée)
    – une forte empreinte au sol – conséquences directe du caractère diffus du solaire et son faible FC (à iso-production électrique, le solaire necessite 200 fois plus de surface que le nucléaire) –
    – Le plus mauvais EROI, toutes technologies confondues. (un panneau photovoltaïque mets plusieurs années à restituer l’énergie qui a servi à sa fabrication contre quelques jours à quelques semaines pour une centrale thermique)
    – Le plus mauvais bilan carbone de toutes les ENR (entre 45 et 56g/Kwh de CO2) contre 13g/KWh pour l’éolien et 24g/Kwh pour l’hydro (moyenne mondiale, en France l’hydro-électricité est à moins de 5g/Kwh de CO2)
    – une durée de vie faible (autour de 25 ans) comparé à des centrales thermiques.
    – une technologie très chère malgré la baisse des couts.

    Du fait de toutes ces limitations, le solaire photovoltaique n’a aucune chance de devenir viable sans d’importantes subventions.

    ————————————————————————————————————————————————————

    Mensonge N°5: le solaire flottant est LA solution pour limiter l’impact du solaire sur la bio-diversité (d’après énergie +)

    Faux.
    Dans son rapport de 2014, l’ADEME avait identifié que le gros gisement solaire(88%) devrait se situer sur les toitures afin:
    – D’éviter la construction de nouvelles lignes électriques
    – d’éviter les pertes sur le réseau (auto-consommation)
    – de limiter l’impact sur la bio-diversité.

    Pourtant, on voit émerger des projets qui proposent de raser des forêt entières pour y installer des parcs photovoltaiques.
    (exemple du projet de parc de 1000 hectares dans les landes vivement contesté)
    Quand on en arrive à raser des forets entières sous prétexte de l’écologie, c’est que le cynisme et la mauvaise foi n’ont plus de limite.

    Ainsi, afin de trouver de nouvelles idées pour gratter toujours plus de subventions tout en évitant la contestation, l’industrie solaire s’est converti à l’offshore flottant tout comme l’éolien.

    Sans subventions, flottant ou pas, le solaire n’a aucune chance de s’imposer à cause de toutes ses limitations intrinsèques décrites au point n°4

    De plus, le solaire flottant aurait un impact dévastateur sur la bio-diversité.
    En effet, pour pouvoir raccorder ces parcs solaires flottant au réseau,comme pour l’éolien offshore, il faudra creuser des tranchées sous marines pour y installer les lignes électriques.
    Hors, cela aura pour conséquence de ravager les fonds marin et un impact majeur sur la bio-diversité et la ressource des pécheurs.

    ———————————————————————————————————————————————————–

    Mensonge n° 6: le solaire est créateur d’emploi en France.

    Faux.
    Comme dans de nombreux secteurs industriels (textile, électronique), la concurrence chinoise a complétement laminé l’industrie solaire Européenne et aujourd’hui, les chinois fabriquent 7 panneaux solaires sur 10 dans le monde.
    En France, il ne reste plus que l’entreprise Photowatt.
    Suite à des pressions politiques des élus locaux, ils ont été sauvés par EDF en 2012, mais depuis leur rachat, ils ne sont jamais parvenu à devenir bénéficiaire et aujourd’hui EDF cherche à les larguer.

    https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/solaire-edf-cherche-a-se-defaire-du-fardeau-photowatt-1295198-

    Au final, cette industrie est en train de mourir en Europe comme en France et toutes les subventions allouées aux solaires par nos idiots de dirigeants atterissent directement dans les poches chinoises.

    ————————————————————————————————————————————————————–

    Répondre
  • Tropos Motors va proposer l’énergie solaire sur le toit et les côtés de ses véhicules électriques multifonctionnels, estimant après des tests “qu’ils pourraient fonctionner même sans électricité si nécessaire”, selon Markus Schrick, directeur général de Tropos Motors Europe.

    L’énergie solaire devrait augmenter significativement l’autonomie des véhicules, réduire leurs charges, augmenter la durée de vie des batteries et permettre l’alimentation d’équipements électriques extérieurs, sans augmenter le poids des véhicules, en remplaçant des pièces structurelles. Ces véhicules sont facilement convertibles pour diverses applications (largeur 1,40 m, longueur 3,70 m, rayon de braquage 3,96 m)

    Tropos Motors est une filiale de Tropos Technologies Inc – une société basée dans la Silicon-Valley – et du groupe Mosolf, un prestataire de services système pour l’industrie automobile en Europe.

    Il fabrique et distribue des véhicules entièrement électriques et se spécialise dans les véhicules utilitaires e-LSV et les camions. Ces véhicules sont conçus pour les entreprises, les flottes, les premiers secours, l’agriculture, la livraison du dernier kilomètre et les applications de construction. L’ABLE de Tropos Motors est une gamme complète d’eCUV (véhicules utilitaires électriques) durables, polyvalents et disponibles.

    https://www.electrive.com/2021/06/22/tropos-tests-van-with-integrated-solar-panels/

    .

    Répondre
  • La capacité de stockage en 2ème vie des batteries va devenir considérable, ouvrant droit vers une transition énergétique alliant nucléaire et EnR, la proportion entre les 2 étant le résultat d’une approche économique.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.