L’Europe se rêve en leader de la production de "batteries vertes"

L’Europe se rêve en leader de la production de “batteries vertes”

Si le chemin est encore long avant de voir émerger une filière européenne de production de batteries compétitive, tant le retard sur l’Asie ou les Etats-Unis semble important, l’Union européenne ne s’en laisse pas conter et affiche des ambitions à la hauteur des enjeux. Le vice-président de la Commission européenne Maros Sefcovic, a dévoilé à la presse mardi 20 février 2018 les dessous du projet d’ “Alliance européenne des batteries” et affirmé la volonté de différenciation de l’Europe vers une production de batteries “vertes, recyclables et réutilisables”.

Alors que le “Forum industriel de l’énergie propre” s’ouvre à Bruxelles vendredi 23 février 2018, la Commission européenne accélère la promotion de son plan stratégique pour le développement de batteries électriques. Selon son vice-président Maros Sefcovic, la Commission mise sur une explosion de la demande sur ce marché dans les années à venir, dans les transports bien sûr mais également dans l’électro-ménager et les appareils connectés. Selon ses prévisions, le marché pourrait atteindre 250 milliards d’euros d’ici 2025 et nécessiterait alors la mise en œuvre en Europe de 10 à 20 giga-entreprises, et la formation de 300.000 à 400.000 personnes pour cette production spécifique.

Se différencier dans le développement de batteries durables

Pour concurrencer le continent asiatique, déjà tout puissant sur le marché des batteries, Bruxelles compte sur la différenciation de sa production vers des produits durables et recyclables. « Nous voulons quelque chose de différent par rapport à ce qui existe actuellement sur le marché », a souligné le commissaire européen. La Commission espère pour cela que les grands industriels de l’Union s’engageront sur les 20 priorités identifiées pour développer le marché au sein de l’UE, dont « la réduction de l’empreinte carbone » tout au long de la chaîne de production et du cycle de vie du produit.

Bruxelles compte également dans ce cadre encourager « les différents acteurs engagés à travailler ensemble pour investir et partager les coûts de recherche sur un design qui faciliterait une seconde vie », ou simplifier l’obtention du feu vert et de permis pour l’exploitation minière des matières premières nécessaires à la fabrication « sans mettre en danger la protection environnementale ».

Crédits photo : Comité européen des régions

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 28 Oct 2014
Le robot « GrabIt » utilise l’électricité statique pour tenir et déplacer des objets : pour cela il est constitué d’une plaque ou de différents doigts tentaculaires recouverts d’électrodes, qui génèrent d’importantes forces attractives. Ce dispositif, qui fonctionne sur presque tous les objets…
mer 5 Oct 2016
Pendant le salon de l’automobile, la ministre de l’Energie, Ségolène Royal, a annoncé son intention de développer l’électromobilité. En effet, d’ici 2020, elle espère que plus d’un million de bornes électriques seront déployées dans tout le pays. (suite…)
mar 25 Juil 2017
A mesure que les usages et les technologies évoluent, le marché de l’énergie connait des mutations profondes. Et il est aujourd’hui certain que notre façon de consommer l’énergie va changer du tout au tout dans les années à venir. L'autoconsommation,…
ven 15 Déc 2017
Alors que le groupe américain s’apprête à licencier plusieurs milliers d’employés au niveau international dans le cadre d'un plan visant à réduire ses coûts structurels d'un milliard de dollars, les créations d’emplois promises lors du rachat de la branche énergie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.