Taxonomie verte : la Commission Européenne suspend son choix sur le nucléaire - L'EnerGeek

Taxonomie verte : la Commission Européenne suspend son choix sur le nucléaire

taxonomie verte commission europeenne suspend nucleaire - L'Energeek

Ce mercredi 21 avril, la Commission Européenne a publié sa taxonomie sur la finance verte, soit la liste des activités énergétiques concourant à l’objectif de neutralité carbone pour 2050, et donc susceptibles de recevoir des financements publics. La Commission a choisi de ne pas trancher l’épineuse question du nucléaire : son éventuelle place parmi les activités « vertes » sera décidée dans un texte ultérieur.

La Commission Européenne reporte sa décision d’inclure ou non le nucléaire dans la taxonomie verte

Au final, la Commission Européenne a décidé… de ne rien décider. Pressée par les premiers ministres de la Slovaquie, de la République tchèque, de la Bulgarie, de la Roumanie, de la Pologne, de Malte, de la Grèce et de Chypre de repousser la publication de sa taxonomie verte, la Commission a finalement tenu ses délais, mais sans se prononcer sur les questions les plus épineuses, le gaz naturel et le nucléaire.

Ce 21 avril 2021, la Commission Européenne a donc bien publié l’acte délégué relatif aux énergies pouvant être intégrées à la taxonomie européenne sur la finance verte – c’est à dire la liste des activités d’approvisionnement énergétique permettant d’atteindre la neutralité carbone en 2050, et donc éligibles à des financements publics. Ce texte va très fortement orienter les décisions d’investissements, publics mais aussi privés, pour les années à venir.

Mais la Commission n’a pas tranché le cas des deux énergies les plus problématiques, le gaz naturel et le nucléaire. Ainsi, d’après l’acte délégué, “le gaz naturel n’est ni inclus ni exclu dans la taxonomie” (alors qu’il l’était dans la première mouture) : selon la Commission, un autre texte, qui “sera adopté plus tard cette année”, couvrira le gaz et les “technologies liées”.

De même pour l’énergie nucléaire : la Commission a décidé de reporter la décision sur sa qualification comme énergie « durable ». Là encore, un nouvel acte délégué devrait statuer sur la question ultérieurement.

Pour les Républicains, « l’Europe commet un contresens historique majeur »

“Le choix pouvait être de ne rien faire tant que tout n’était pas tranché. Mais nous n’avons pas le temps”, défend Mairead McGuinness, commissaire aux services financiers, en faisant allusion à l’urgence climatique. Ce texte “couvre 80% des émissions de gaz à effet de serre, c’est déjà un grand pas en avant”, complète la commissaire.

Vu de France, ce report est un semi-échec, les négociateurs français ayant fortement défendu l’inclusion du nucléaire dans la taxonomie verte – tout comme l’Agence Internationale de l’Energie, d’ailleurs. “Il faut à tout prix que le nucléaire puisse bénéficier des financements verts”, avait d’ailleurs déclaré, à la veille de la publication, Louis Gallois, président de l’association Patrimoine Nucléaire et Climat France.

Dans la foulée de la publication de la taxonomie européenne, quatre leaders des Républicains, Christian Jacob, Damien Abad, François-Xavier Bellamy et Bruno Retailleau, ont publié une tribune dans L’Opinion défendant l’idée que « la Commission commet une faute grave en excluant le nucléaire ».

« Sans préjuger de l’avenir à long terme, l’évolution actuelle des besoins énergétiques mondiaux et l’urgence de sortir des énergies fossiles rendent absolument indispensable le recours à cette énergie décarbonée. (…) Au moment où la Chine et les Etats-Unis (sous une administration démocrate) choisissent d’investir massivement dans la filière nucléaire, l’Europe commet un contresens historique majeur », affirme notamment le texte.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 3 Mai 2024
La centrale nucléaire de Cattenom en Moselle met en pause son réacteur numéro 1 pour une durée de cent jours. Cette décision, loin d'être une conséquence d'incidents techniques, répond à une surproduction d'électricité en France. Centrale nucléaire de Cattenom :…
Le rapport du 9 avril 2024 de l’Académie des sciences s'apparente à une véritable douche froide pour les ambitions du gouvernement pour l'hydrogène vert.   Des ambitions démesurées pour l'hydrogène vert Le gouvernement français avait un plan bien ambitieux pour…
mar 13 Déc 2022
Ce n’est pas l’objectif qui avait été fixé à date, mais tout de même : la France, confrontée à des températures glaciales, peut tout de même compter sur 42 de 56 réacteurs nucléaires pour alimenter en électricité les Français. Pour…
mer 7 Déc 2022
C’est une nouvelle étape dans la longue coopération entre Orano et Kazatomprom. Les deux entreprises, liées dans la co-entreprise KATCO depuis 25 ans, renforcent leurs liens et annoncent l’ouverture d’une nouvelle mine au Kazakhstan. Plongée dans la tourmente de la…

COMMENTAIRES

  • La faute grave serait d’inscrire le nucléaire dans la taxonomie verte.
    Est vert ce qui est renouvelable….. depuis quand l’uranium est-il renouvelable ?
    Les mots ont un sens qui est fait pour se comprendre, Monsieur Gallois, retournez à l’école…. PRIMAIRE, c’est là que l’on apprend ce que les mots veulent dire.
    Serge Rochain

    Répondre
  • au moins c’est clair Mr Rochain: vous êtes un antinucléaire PRIMAIRE!! ne pas vouloir reconnaitre que le nucléaire est meilleur pour la planète que nombre d’énergie renouvelables, en raison de ses faibles émissions de CO2 sur le cycle de vie, c’est … GROTESQUE!

    Répondre
  • L’uranium est un élément fossile qui a été crée bien avant la formation du système solaire. Il est dramatique de vouloir l’utiliser alors que nous sommes baignés par l’énergie solaire. Il devrait être conservé pour les besoins des générations futures pour le contrôle des astéroïdes ou les voyages hors de la sphère d’influence du soleil lorsque les panneaux photovoltaïques ne sont plus efficaces. L’inclusion du nucléaire dans la taxinomie verte est une aberration.

    Répondre
  • La caricature ne fait pas avancer le débat.
    Pourquoi faudrait il se priver du nucléaire, énergie pilotable à faibles émissions de CO2?
    De plus, la majeure partie de l’Uranium pourrait être réutilisée ultérieurement dans des réacteurs à neutrons rapides.

    Répondre
  • Est vert ce qui ne pollue pas ou peu… 40% de l’électricité mondiale vient du charbon ! 45% en Pologne !!! Vous préférez Charbon ou Nucléaire ? Arrêtez de vous voiler la face en disant que vous êtes pour l’énergie “renouvelable” ce qui est une position bien facile qui évite de regarder le problème en face. Alors maintenant dites nous la vérité vous êtres POUR le Charbon !!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.