La Chine veut plus d'énergies renouvelables - L'EnerGeek

La Chine veut plus d’énergies renouvelables

La Chine veut plus d'énergies renouvelables

Le 16 mars dernier, la Chine organisait son sixième Forum sur le développement et l’innovation énergétiques. A cette occasion, Pékin a annoncé son intention de verdir son mix énergétique. La Chine souhaite augmenter la part d’énergies renouvelables sur son territoire. Un défi de taille pour le pays qui reste le premier pollueur au monde.

Les énergies renouvelables ont-elles le vent en poupe en Chine ? Il semblerait bien que oui. Depuis la fin d’année 2020, le gouvernement chinois multiplie les annonces en faveur d’un verdissement du mix énergétique national. La Chine, régulièrement pointée du doigt comme le plus gros pollueur du monde, doit faire face à une problématique complexe. Non seulement le pays veut combler les besoins énergétiques croissants de son industrie, mais il veut également profiter des marchés verts qui émergent avec l’économie des ENR.

A l’occasion du Forum chinois sur le développement et l’innovation énergétiques, Ren Yuhzi, l’un des responsables de l’énergie du gouvernement chinois, s’est prononcé en faveur des énergies renouvelables. Il a affirmé que le gouvernement chinois comptait encourager la production et l’utilisation des énergies renouvelables sur le territoire.

Non seulement Pékin veut promouvoir faire augmenter la part des énergies renouvelables, mais le gouvernement souhaite aussi faire baisser les coûts de production liés aux ENR. Cet engagement doit se traduire dans le projet du prochain plan quinquennal du gouvernement chinois. Cette feuille de route concernera la période 2021 à 2025. Et elle doit prendre en compte les nouveaux objectifs décidés par Pékin. La Chine espère atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2060. Mais cet objectif ne pourra pas être atteint à moins que Pékin relève fortement ses objectifs de réduction des émissions de CO2. Des objectifs qui restent encore flous. Aucun chiffre précis n’a pour l’instant été annoncé par Pékin.

Chine : cap vers les énergies renouvelables

L’engagement de la Chine en faveur des énergies renouvelables a beau être encore imprécis, il fait tout de même écho à un engagement avéré. Depuis un an déjà, la Chine multiplie les annonces et les décisions en faveur des énergies renouvelables. En septembre 2020, Xi Jinping avait profité de sa tribune à l’assemblée générale de l’ONU pour donner le ton. Il avait alors évoqué ” des mesures plus rigoureuses pour atteindre le pic des émissions de CO2 avant 2030 ». Le dirigeant chinois affirmait aussi que son pays allait s’efforcer « de réaliser la neutralité carbone d’ici 2060 ». Un effet d’annonce accompagné d’une mesure concrète avec la mise en place d’un marché du carbone en Chine. Le pays demande désormais aux centrales thermiques de respecter un plafond d’émissions de gaz à effet de serre.

Pékin n’hésite d’ailleurs pas à solliciter les sociétés pétrolières nationales. Le gouvernement les encourage à diversifier leurs activités pour investir dans la production d’énergies renouvelables en Chine. Ainsi en 2019, la China National Offshore Oil Corp (CNOOC) a inauguré sa nouvelle branche : CNOOC Renewable Energy Co Ltd. La nouvelle entreprise spécialisée dans les énergies renouvelables veut développer l’activité éolienne offshore au large des côtes chinoises. Son premier parc éolien en mer est même déjà opérationnel. Installé au large de la province de Jiangsu, il affichait une production annuelle de 860 GWh en 2020.

Match annoncé entre charbon et ENR

Evidemment, la Chine est surtout connue pour son engagement en faveur du charbon. En 2017 encore, le charbon représentait 62% de la consommation finale d’énergie primaire en Chine. La même année, le charbon pesait pour 64,7% dans le mix électrique chinois. Pour atteindre son objectif de neutralité carbone en 2060, la Chine devrait déjà baisser la part du charbon dans son mix énergétique à moins de 50%. Et le pays en est encore loin.

La montée en puissance des énergies renouvelables sera-t-elle suffisante pour que la Chine tienne son pari ? Pour réussir, la Chine devrait doubler sa part d’énergies renouvelables tous les cinq ans pour y parvenir. Pékin espère que son coup d’accélérateur sera suffisant pour atteindre l’objectif. Et il est vrai que les énergies renouvelables bénéficient d’un élan important en Chine. L’année 2020 a été particulièrement favorable aux investissements dans les ENR. Pour le premier semestre 2020, la Banque Populaire de Chine a annoncé que les prêts verts ont totalisé 1 580 milliards de dollars en Chine. Soit une hausse de 10,8% par rapport au premier semestre 2019. Ce sont autant de capitaux qui devraient favoriser le développement de nouveaux projets d’énergies renouvelables en Chine.

Le gaz naturel, “énergie de transition”

Pour décarboner son mix énergétique, la Chine ne compte pas que sur les énergies renouvelables. Le pays continue d’investir dans l’énergie nucléaire. Il compte aussi s’intéresser au gaz naturel, comme annoncé au Forum sur le développement et l’innovation énergétiques. Ren Yuzhi a évoqué le gaz naturel en parlant d’une “énergie de transition” appelée à jouer un rôle majeur en Chine.

Pékin souhaite encourager les acteurs du secteur énergétique à développer la production de gaz naturel pour participer à l’effort global de verdissement du mix énergétique national. Le pétrolier CNOOC a déjà annoncé qu’il comptait augmenter sa production de gaz naturel. Le gaz naturel doit représenter 35% de la production totale du groupe d’ici 2025.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 9 Avr 2018
Alors que l'essence sans-plomb contenant jusqu'à 10% d'éthanol (SP95-E10) est sur le point de devenir la première essence utilisée en France (devant le traditionnel SP95), selon le dernier bilan annuel de la Collective du bioéthanol, une nouvelle innovation du groupe…
mar 11 Sep 2018
Alors que le gouvernement fédéral des Etats-Unis continue à soutenir les énergies fossiles, plusieurs états ont pris sur eux de s’engager en faveur des énergies renouvelables. C’est le cas de la Californie. Le riche état du sud-ouest des Etats-Unis avance…
mar 27 Juin 2017
Saisie par des associations anti-éoliennes, la Cour administrative d'appel de Nantes a rejeté, mercredi 21 juin 2017, l'ensemble des recours visant à faire annuler l'autorisation d'exploiter un parc de 83 éoliennes en mer au large de Fécamp et d'Etretat (Seine-Maritime),…
lun 4 Fév 2019
Les énergies renouvelables comptent beaucoup sur les avancées technologiques pour améliorer leurs performances. Avec le photovoltaïque, le début de la production à l’échelle industrielle de panneaux appelés « pérovskites », pourrait être une étape clé. Ce nom, souvent connu des seuls scientifiques…

COMMENTAIRES

  • La Chine annonçait depuis des années, et certains y voyaient le succès de leur énergie fétiche, qu’elle disposerait d’une capacité de 58 GW nucléaire en 2020.

    Le soufflé est retombé et la réalité se limite à 47,5 GW à fin 2020.

    Une association nucléaire annonçait il y a trois ans, que la Chine aurait de 150 à 200 GW de nucléaire en 2030. Ce qui est évidemment impossible.

    Avec les 11,9 GW en construction, en principe terminés d’ici 2030, cela ferait une capacité de 59,4 GW. Pour atteindre les valeurs indiquées, il faudrait ajouter 90,6 GW ou 140,6 GW.

    En prenant une durée minimale de cinq ans pour la construction, cela demanderait de mettre en chantier 90,6 GW ou 140,6 GW avant fin 2025 pour qu’ils puissent être mis en service d’ici fin 2030.

    C’est à dire, mettre en chantier 18,1 GW ou 28,1 GW chaque année. Chose impossible comme chacun peut bien le comprendre.

    Répondre
  • En 2019, le nucléaire n’a compté que pour 4,8% de la production d’électricité chinoise avec 349 TWh sur un total de 7.329 TWh. De même en 2020, avec 366 TWh sur un total de 7.624 TWh.
    La production hydraulique est bien supérieure : 17,8% et 1.355 TWh en 2020.

    L’éolien a dépassé le nucléaire dès 2012, avec 103 TWh contre 98 TWh.

    En 2020, l’éolien dépasse nettement le nucléaire, avec 466 TWh contre 366 TWh. Le solaire, qui progresse très vite, a déjà atteint 261 TWh en 2020.

    Au rythme auquel le solaire évolue, sa production devrait dépasser celle du nucléaire avant 2025, non seulement en Chine mais aussi au niveau mondial.

    Répondre
  • Et oui, en Chine comme ailleurs, le PV va devenir l’énergie dominante du XXI ième siècle.

    Répondre
  • C’est curieux, on n’entend pas les nucléophiles sur ce coup là ?
    Ce doit être le titre de l’article qui ne les a pas inspiré, on n’y parlait pas des bienfaits du nucléaire.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.