Fourniture d'électricité : EDF plutôt « confiant » pour l'hiver 2020-2021 - L'EnerGeek

Fourniture d’électricité : EDF plutôt « confiant » pour l’hiver 2020-2021

fourniture electricite edf confiant hiver 2020-2021 - L'Energeek

La situation du parc nucléaire français, notamment suite au gel des opérations de maintenance pendant le confinement, questionne sur la capacité de la France à répondre à la demande électrique en cas d’hiver 2020-2021 particulièrement froid. Après avoir revu à la hausse ses prévisions de production électrique d’origine nucléaire pour l’année 2020, EDF a annoncé, ce jeudi 15 octobre 2020, être « confiant » dans sa capacité à « passer » sans encombre le prochain hiver.

EDF revoit à la hausse ses prédictions de production nucléaire pour 2020

L’hiver de tous les dangers. Par un effet domino, la crise sanitaire et notamment le confinement font peser un risque sur la fourniture électrique en France pour l’hiver 2020-2021. En effet, le confinement a imposé un décalage des arrêts de réacteurs nucléaires pour entretien, dans le cadre du grand carénage.

En réponse, EDF a fermé plusieurs réacteurs dès cet été, a économisé du combustible en prévision de l’hiver, et a appelé à augmenter les capacités d’effacement industriel. Début septembre 2020, RTE déclarait toutefois qu’en cas d’hiver particulièrement froid, des risques pesaient toujours sur l’approvisionnement électrique.

Mais, ce 14 octobre 2020, l’énergéticien annonçait une nouvelle hausse de sa prévision de production nucléaire pour l’année 2020, « à la fourchette 325 TWh-335 TWh », contre 300 TWh annoncés en avril, au cœur du confinement. Fin 2019, EDF prévoyait produire entre 375 et 390 TWh d’électricité nucléaire cette année.

Hiver 2020-2021 : « à ce stade, nous sommes relativement confiants », annonce EDF

Dans la foulée de cette bonne nouvelle, Cédric Lewandowski, directeur du parc thermique et nucléaire d’EDF, a déclaré, ce 15 octobre 2020, lors d’une conférence de presse : « A ce stade, nous sommes relativement confiants. Sans pour autant nous mentir, nous serons dans une situation relativement tendue à partir du mois de novembre. Pour autant, nous continuons à enregistrer des retours de réacteurs de manière très satisfaisante ».

Il détaille ensuite les raisons de ce relatif optimisme : « Aujourd’hui, 38 réacteurs tournent, notre objectif c’est bien sûr d’augmenter ce niveau-là et d’approcher (…) de 42 ou 43 réacteurs au mois de novembre, c’est-à-dire au moment des premiers froids. Et nous serions alors dans une moyenne assez classique du fonctionnement du parc nucléaire ces dernières années ».

Tous les regards se tournent notamment vers la Manche. Les deux réacteurs actuellement en service dans la centrale de Flamanville sont pour l’instant à l’arrêt : le premier est en cours de visite décennale, et devrait redémarrer en novembre 2020 ; le second souffre de soucis techniques, qui devraient être résolus pour décembre 2020. EDF reconnaissait d’ailleurs : « le retour des réacteurs nucléaires de Flamanville sera particulièrement suivi, à la fois pour l’équilibre national et local dans le grand Ouest ».

Ce jeudi 15 octobre, EDF a également précisé le second volet de son plan Excell de restructuration de la filière de construction de réacteurs nucléaire.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 7 Mai 2013
Lancé le 1er mai 2013, ce programme subventionne des systèmes de stockage d’énergie photovoltaïque. Avec un tel système, l’Allemagne souhaite s’imposer comme le pionnier du secteur. Avec l’essor des énergies renouvelables, le stockage de l’électricité devient un enjeu de plus…
jeu 29 Jan 2015
La zone d'aménagement concerté (ZAC) de Ker Lann, située sur la commune de Bruz dans l'agglomération de Rennes, pourrait prochainement être dotée d'un réseau électrique intelligent, autrement appelé «smart grid». La faisabilité du projet, baptisé « RennesGrid », est à l'étude. En…
mer 5 Avr 2017
La transition énergétique et l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix électrique français ne sont pas sans poser des problèmes. Contrairement à d’autres pays, la France n’a pas encore entamé les grands changements structurels pour améliorer son…
lun 16 Sep 2013
Les meilleurs endroits pour pécher sont parfois placés près de lignes électriques. On aurait tendance à penser que l'unique menace soit que le fil de la canne à pêche atteigne la ligne électrique. Pourtant, il existe un autre danger : il…

COMMENTAIRES

  • D’autant plus que le nucléaire est la moins fiable des solutions de production d’énergie et la plus imprévisible

    Répondre
  • Le nucléaire est la seule filière pour une pour une électricité de base moins émettrice de CO2, disponible 24h/24h, sans dépendre du soleil ou du vent.

    Répondre
  • 24 heures/ 24 sauf quand la moitié du parc est arrêté pour une raison ou pour une autre et le plus souvent sans que l’on sache pourquoi et quand on le sait on ne maitrise pas pour autant la situation. Pannes accidentelle, Maintenance qui se prolonge, tout comme les temps de rechargement de combustible, problème météorologique ave l’impossibilité de refroidir…. bref, c’est fiable, mais moins prévisible que les ENR. La preuve semble vous échapper :
    Au moment où on a besoin d’aligner 50GW de puissance, ce qui ne devrait pas poser de problème avec une puissance installée de 61,5 GW le parc nucléaire en entier n’a pas été capable de fournir plus de 28GW durant plusieurs jours et heureusement que l’Allemagne était là avec ses électrons éoliens honnis pour sauver la mise.
    Alors devant ce navrant constat, l’autosatisfecit ventant les qualités infinies du nucléaire ne sont que la manifestation religieuse du dogmatisme.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.