Centrales au charbon : Gardanne devrait fermer d'ici fin 2020, Saint-Avold en 2022 - L'EnerGeek

Centrales au charbon : Gardanne devrait fermer d’ici fin 2020, Saint-Avold en 2022

centrale charbon gardanne fermer fin 2020 - L'Energeek

Ce mercredi 9 septembre 2020, une source proche du dossier a affirmé que le groupe tchèque EPH avait l’intention de fermer la centrale au charbon de Gardanne, dès la fin de l’année 2020, soit deux ans avant la date limite imposée par le gouvernement. En revanche, la centrale de Saint-Avold, également propriété du groupe tchèque, devrait poursuivre son activité jusqu’à la fin du premier semestre 2022.

Fermeture d’ici la fin de l’année pour l’unité au charbon de la centrale thermique de Gardanne

La loi Energie-Climat de 2019 a acté la fermeture des quatre centrales à charbon encore en activité en France, pour 2022 au plus tard, suivant une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.

Ce mercredi 9 septembre, une source proche du dossier a affirmé, dans les Echos, que Gazel Énergie, filiale du groupe EPH détenu par l’homme d’affaires tchèque Daniel Kretinsky, est “dans une logique de fermeture anticipée de l’unité charbon de Provence”. L’activité de la centrale de Gardanne (Bouches-du-Rhône) est en effet perturbée par un long conflit social. L’unité de charbon devrait donc fermer d’ici la fin de l’année 2020.

Pour rappel, en décembre 2018, dans la foulée de l’annonce gouvernementale de la fin du charbon pour 2022, le groupe Uniper a revendu l’ensemble de ses activités énergétiques en France à EPH. Cette vente, devenue effective courant 2019, comprenait les deux centrales à charbon de Gardanne et de Saint-Avold (Moselle), ainsi que six parc éoliens et deux parcs solaires.

Un plan social issu d’un arrangement avec l’Etat sur les pénalités liées à la biomasse ?

La centrale thermique de Gardanne dispose de deux unités actuellement en service, l’unité 5 de 595 MW fonctionnant au charbon et l’unité 4 de 150 MW fonctionnant à la biomasse. Cette unité 4 a suscité de nombreuses polémiques, notamment du fait de l’utilisation de bois non renouvelable et de l’absence de cogénération.

Le groupe EPH veut mettre en place un plan social pour réaffecter ou indemniser au mieux la centaine d’employés de l’unité au charbon. Selon le journaliste Emmanuel Grasland, toujours des Echos, Gazel aurait négocié ce plan avec l’Etat : « Petit deal de Kretinsky avec l’Etat…. En contrepartie d’un plan social validé par l’Etat, l’exécutif pourrait supprimer les pénalités pour non respect des obligations de production d’électricité à partir de biomasse sur la centrale de Gardanne ».

En revanche, Gazel est “dans une volonté d’aller le plus loin possible, tel que le permettra la loi, pour l’unité charbon Émile Huchet”, située à Saint-Avold dans le Grand Est. La centrale devrait donc fermer à la fin du premier semestre 2022. Là encore, une centaine d’emplois sont en jeu.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 27 Mai 2016
Mise en suspension depuis cinq ans, l'exploitation du gaz de schiste dans le sous-sol britannique va reprendre. Le groupe Third Energy a été autorisé à relancer ses activités en dépit de l'opposition d'une grande partie de la population. (suite…)
mar 6 Déc 2016
En visite à Abuja au Nigéria les 1er et 2 décembre derniers, le roi du Maroc Mohammed VI a signé avec son homologue le président nigérian Muhammadu Buhari, un accord de partenariat dans le cadre d'un important projet d'extension du gazoduc…
jeu 8 Déc 2016
Les nouveaux usages du gaz (gaz carburant, stockage ou production d'électricité) pourraient renforcer la filière dans les années à venir et soutenir le recours à cette énergie fossile dans le cadre de la transition énergétique. Selon une étude publiée cette…
jeu 19 Sep 2019
Dans son rapport du 5 septembre 2019, Carbon Tracker observe que les compagnies pétrolières poursuivent leurs investissements dans les hydrocarbures. Cette stratégie irait pourtant à l'encontre de l'Accord de Paris, et contribuerait au réchauffement climatique. Aussi, l'auteur de l'étude, Andrew…

COMMENTAIRES

  • Le charbon entre pour encore 1 % (300 à 500 MW, sans compter les importations très carbonées), dans notre mix électrique, surtout après la fermeture de Fessenheim. La centrale de Cordemais a encore de beaux jours devant elle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.