Quelles différences entre le chauffage au gaz et à l’électricité ?

Quelles différences entre le chauffage au gaz et le chauffage à l’électricité ?

chauffage-gaz-electricite

Le chauffage de son logement constitue un foyer de dépense important pour les particuliers. Il représente en moyenne 60 % de la facture énergétique d’un ménage. Bien choisir sont mode de chauffage est donc essentiel, mais le choix n’est pas toujours possible et les arbitrages sont parfois contradictoires. Entre l’électricité et le gaz, les Français hésitent toujours, mais la montée en puissance de la transition énergétique pourrait bien donner un avantage définitif à l’électricité. Explications…

Deux modes de chauffage équivalents ?

Avec des épisodes climatiques de plus en plus extrêmes et réguliers, rafraîchir son logement en été ou le chauffer en hiver peut rapidement grever un budget. Le gaz et l’électricité ont prouvé leur aptitude à bien chauffer une maison ou un appartement lorsque les températures deviennent trop basses. Toutefois, les réglementations successives dans le secteur du bâtiment donnent un avantage au gaz, lequel permet de chauffer les pièces de manière homogène et en seulement quelques minutes. L’électricité est aussi rapide, mais l’air à tendance à être plus sec avec ce type de chauffage. Quoiqu’il en soit, les deux systèmes permettent de ne pas laisser les radiateurs allumés toute la journée pour ne pas avoir froid lorsqu’on revient chez soi le soir. Quelques minutes de patience suffisent et jouent beaucoup sur le montant final de la facture.

Là où les deux types de chauffage vont pouvoir se départager, c’est sur leur coût d’installation. L’avantage revient sans conteste à l’électricité puisque les différentes études comparatives montrent qu’il est environ deux fois moins cher d’installer un système électrique plutôt que gazier. Pour un studio de 30 m2, l’installation d’un système électrique revient à 1 700 euros contre 3 500 euros pour le gaz. La différence de prix tend à se réduire à mesure que le logement est grand. Ainsi, une maison de 150 m2 nécessitera une installation électrique d’un coût d’environ 6 000 euros contre 8 000 euros pour le gaz. Le coût fixe d’une chaudière au gaz contribue en grande partie à la facture plus onéreuse en ce qui concerne l’installation. L’électrique est moins cher et cela tombe bien puisque le gaz n’est pas disponible dans toutes les communes.

En effet, près d’un quart des communes de France ne sont pas raccordables au réseau de gaz. Un logement qui n’est pas raccordé au gaz peut l’être après les démarches nécessaires effectuées auprès de GRDF. Après avis favorable, le raccordement peut-être fait, mais cela entraîne un coût supplémentaire sur la première facture. Il est possible de demander un crédit d’impôt dans le cas de l’installation d’une chaudière très performante sur le plan environnemental, mais le coût global reste élevé. Un système électrique est beaucoup plus simple et rapide (donc moins chère) puisqu’il suffit de brancher les radiateurs sur une prise secteur pour profiter tout de suite d’un chauffage de qualité. A ce stade, l’avantage est nettement en faveur de l’électricité, mais une autre donnée vient complexifier l’équation : le prix respectif de ces énergies.

Un gaz moins cher, mais beaucoup plus polluant

Sans surprise, les consommateurs regardent les tarifs du gaz et de l’électricité avant de faire leur choix. Une comparaison qui va dans le sens du gaz en raison de son prix environ deux fois moins élevé que celui de l’électricité. Le prix du kWh de gaz fait de cette énergie la moins chère à l’usage. La facture est moins élevée avec le gaz, mais cette logique ne vaut que pour les logements de grande taille dont les besoins énergétiques sont importants. Pour un studio de 30 m2 l’électrique restera la solution privilégiée, car les coûts d’installation du gaz demeurent rédhibitoires pour une si petite surface.

L’arbitrage entre les deux types de chauffage est donc une affaire de m2 et de performance énergétique du logement. Le propriétaire d’un logement destiné au marché locatif aura plus intérêt à privilégier l’électrique en raison de son coût plus faible. La facture mensuelle – plus élevée que pour le gaz – sera quant à elle réglée par le locataire. Le choix entre gaz et électricité relève donc de différents facteurs qu’il convient de jauger parfaitement. Une entreprise d’autant plus difficile aujourd’hui que les offres tarifaires se multiplient et rendent le choix plus compliqué. Ceux qui souhaitent se simplifier la vie opteront pour l’électricité afin de n’avoir qu’une seule facture.

Ceux qui sont sensibles aux enjeux environnementaux seront convaincus une bonne fois pour toutes par le chauffage électrique. En effet, l’électricité produite en France est très peu carbonée en raison de l’hégémonie de la production nucléaire et de la montée en puissance des énergies renouvelables. Le gaz naturel émet quant à lui beaucoup plus de CO2, ce qui en fait une énergie moins propre que l’électricité même s’il est plus écologique que le fioul. La transition énergétique devrait ainsi naturellement trancher en faveur de l’électricité, ce qui pourrait aboutir, à terme, à des taxes supplémentaires sur le gaz naturel afin d’éloigner de cette énergie les consommateurs encore peu sensibles à cet aspect.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 31 Août 2017
S’il est bien difficile de s’en passer une fois la nuit tombée, les éclairages artificiels et la lumière des lampes électriques représentent aujourd'hui un coût énergétique moyen par foyer compris entre 325 et 450 kWh par an. Un poste élevé…
jeu 2 Juin 2016
Le récent mouvement de panique lié à une éventuelle pénurie de carburant confirme le choix judicieux de la France de se tourner sérieusement vers la mobilité électrique. S'il faut s'attendre à ce que l'approvisionnement en électricité augmente dans les années à venir, pour les besoins…
sam 3 Juin 2017
Remis au goût du jour par la loi de transition énergétique pour une croissance verte, le concept d'économie circulaire entend encourager le développement des filières industrielles de recyclage à la fois prometteuses économiquement et indispensables au regard des enjeux environnementaux…
mer 17 Avr 2013
L’entreprise ERDF, chargée de la gestion du réseau de distribution d'électricité en France, a signé un contrat cadre de partenariat avec la société Steria, afin de développer et commercialiser des services informatiques. Le projet Tamaris, porté par ERDF, a comme…

COMMENTAIRES

  • En France, l’électricité a pour source majoritaire le nucléaire et, pour les énergies renouvelables, surtout l’hydraulique. Le solaire et l’éolien constituent des sources très minoritaires, voire anecdotiques.

    Répondre
  • Bonsoir,
    Il est vrai que les énergies se comparent. Nous les comparons en €.Reste que le gaz vendu depuis des années avec le terme (naturel) bien vendeur mais pour le moins fossile. pourquoi ne pas avoir pas appelé le pétrole naturel. L’URGENCE est l’abaissement CARBONE , pétrole, gaz au plus vite les réduire. Économiquement pour le gaz moins cher pas de soucis .
    Cà va aller.. Nous sommes propres pas de production de gaz de Schistes chez nous en France et Trump nous en vend à plein bateau. Le premier polluant c’est le FRIC et nos fleurons EDF Engie, Enedis Total vendent tous de l’électricité , du gaz.si il y a de l’argent a faire dans les brosses à dents ils en vendront. la planète et les générations futures rien à faire.
    Triste spectacle. Les scientifiques le crient partout mais les marchands de Carbone qui vont le chercher chez TRUMP ou POUTINE de grands bienfaiteurs . Encourager la production de CO2 ,ne pas l combattre est tout simplement un Crime Contre l’humanité

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.