Chauffage de demain : les Français favorables à un mix plus vert

Chauffage de demain : les Français favorables à un mix plus vert

chauffage-pollution-air-interieur

Si près de 60% des foyers en France sont toujours équipés de systèmes de chauffage thermiques (au fioul, au gaz ou au bois), les Français seraient pourtant largement favorables à un mix énergétique plus vert pour leur approvisionnement en chaleur. Selon un sondage publié mardi 6 février 2018 par Via Sèva et l’Ademe, une majorité des Français interrogés se sentent aujourd’hui concernés par leur mode de chauffage et leur empreinte carbone, et 45% d’entre eux se disent prêts à changer pour un réseau de chaleur plus durable.

Largement mises en avant pour la production d’électricité, les énergies renouvelables ont aussi un rôle à jouer dans la transition vers une production de chaleur plus respectueuse de l’environnement. Les projets de production de chaleur à partir d’énergies propres et de récupération d’énergie (EnR&R) se sont multipliés ces dernières années et les Français y semblent globalement favorables. D’après un baromètre sur « le chauffage de demain » réalisé par Ipsos pour le compte de l’Association de promotion des réseaux de chaleur Via Séva et l’Ademe, 64% de Français interrogés, estiment que les énergies renouvelables et de récupération devraient représenter les deux tiers de l’énergie de chauffage (contre seulement 3% aujourd’hui).

Les Français de plus en plus sensibles au caractère écologique de leur chauffage

« Force est de constater [que les Français] se révèlent plus mobilisés que jamais autour des énergies renouvelables et de la réduction de l’empreinte carbone de leur chauffage », soulignent Via Sèva et l’Ademe en marge de cette enquête. Près de 70% des sondés se déclarent en effet sensibles au caractère écologique de leur chauffage, et 45% des interrogés seraient même prêts à changer de moyen de chauffage pour un réseau de chaleur. « Au-delà de leur aspect écologique, qui est un atout pour 84 % d’entre eux, c’est avant tout l’idée d’une baisse de leur facture de chauffage qui, pour 9 personnes sur 10, est une excellente raison de se renseigner », poursuit Via Sèva.

Enfin, si l’on en croit ce sondage, le bouquet énergétique idéal pour les Français, serait composé à 27% de solaire, 19% d’électricité, 14% de géothermie, 14% de gaz, 13% de récupération de chaleur, 6% de bois, 4% de biogaz, 2% de fioul et 1% de charbon. A ce jour, le mix énergétique du chauffage est dominé par le gaz à hauteur de 42%, suivi de l’électricité à 38%, des autres combustibles (fioul et bois) pour environ 17%, et des énergies renouvelables et de récupération pour 3%.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 15 Fév 2016
Sur le site du barrage du Chastang, EDF a présenté le bilan 2015 pour les 58 barrages et 28 centrales de la vallée de la Dordogne. Malgré une pluviométrie défavorable au cours des douze derniers mois, l’énergéticien a souhaité souligner…
mer 24 Mai 2017
Dans un communiqué officiel publié dimanche 21 mai 2017 par le Conseil d’Etat, le gouvernement chinois a dévoilé de nouvelles mesures destinées à redynamiser la production d’hydrocarbures à l’échelle nationale. Confrontée à une baisse de la production en contradiction avec…
lun 4 Juin 2018
Considéré comme une alternative propre et durable aux énergies fossiles malgré des coûts de production toujours élevés, l’hydrogène pourrait devenir dans les années à venir une pièce maîtresse de la transition énergétique française. Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et…
ven 7 Mar 2014
Trois centrales au fioul exploitées par EDF vont être mises à l'arrêt à partir d’avril  et ce jusqu’au mois d’octobre. Si ces fermetures estivales n’auront aucune conséquence sur la sécurité d’approvisionnement en France, elles illustrent bien la crise de surcapacité…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.