Chauffage : les Français plébiscitent le gaz au détriment du fioul

Chauffage : les Français plébiscitent le gaz au détriment du fioul

GRDF, le gestionnaire du réseau de distribution du gaz en France peut se réjouir. Un nombre croissant de foyers opte pour le gaz naturel afin de se chauffer. Le fioul est la première victime de ce renouveau en faveur du gaz. En pleine transition énergétique, cette énergie s’impose de plus en plus comme un allié de l’électricité chez les particuliers. Ainsi, le 19 mars 2019, Edouard Sauvage a présenté son nouveau projet d’entreprise.

Le gaz séduit toujours plus de Français 

L’année 2018 a une nouvelle fois été positive pour le secteur du gaz. Selon les chiffres communiqués par GRDF, environ 30 000 abonnés supplémentaires ont été recensés. Ce sont au total 27,5 millions de personnes qui se chauffent au gaz en France, soit 11 millions de foyers. 2018 est donc plus favorable encore que les deux années précédentes puisque 21 250 abonnés en plus avaient été comptés en 2017 et 16 550 en 2016. Ce retour en grâce s’explique en partie par le recul du chauffage au fioul. Cette énergie a tendance à être plus chère et est peu compatible avec la prise de conscience écologique.

Le fioul est aujourd’hui considéré comme une énergie du passé. Ainsi, Emmanuel Macron vise le renouvellement de toutes les chaudières au fioul au cours des 10 prochaines années. Sur les quatre millions de logements chauffés au fioul en France, environ un million d’entre eux sont situés à proximité du réseau gazier souligne Edouard Sauvage, directeur général de GRDF. Une excellente nouvelle pour GRDF qui entend profiter des dispositifs d’aides des pouvoir publics, pour atteindre un « objectif ambitieux » en 2019 : encore 30 000 clients supplémentaires. Aujourd’hui, déjà un Français sur trois est raccordé au réseau, « la preuve que le gaz est une énergie appréciée des Français » estime Edouard Sauvage.

Un secteur très concurrentiel qui se verdise

L’avenir du gaz semble dégagé, à l’heure où le 3 millionième compteur communicant vient d’être posé. Les professionnels du gaz se voient d’ailleurs comme un allié indispensable de l’électricité notamment pour faire face à la période hivernale gourmande en énergie. Ces mêmes professionnels estiment par ailleurs que la concurrence très forte (il y a treize fournisseurs alternatifs qui représentent 30 % des parts de marché) attire également des abonnés en quête d’un chauffage au meilleur prix.

Les clients cherchent à se chauffer au meilleur coût et peuvent compter sur le développement du « gaz vert » pour aller jusqu’au bout de la logique pro-environnementale. En effet, « mi-mars 2019, plus de 73 sites injectent du gaz vert dans le réseau exploité par GRDF ». Selon l’énergéticien, « depuis début 2017, la capacité d’injection a quasiment doublé pour atteindre 1 320 GWh/an de capacité ». C’est pourquoi, selon GRDF, il faut que la dynamique du biométhane doit se poursuivre, tandis que la Programmation pluriannuelle de l’énergie manque d’ambition. L’objectif de 7% de biogaz constitue effectivement une petite déception pour la filière, qui tablait sur 10 % conformément à la loi sur la transition énergétique de 2015.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 1 Déc 2016
Les tarifs réglementés du gaz vont une nouvelle fois augmenter au mois de décembre a annoncé mardi 29 novembre la Commission de régulation de l'Energie (CRE). Cette hausse répercutera l'augmentation des coûts d'approvisionnement du fournisseurs Engie, et devrait se situer…
mer 8 Nov 2017
Encore peu développée dans l'Hexagone du fait d’un manque de compétitivité certain, la mobilité à l’hydrogène constitue pourtant une alternative propre et durable aux énergies fossiles et s’avère particulièrement bien adaptée au transport maritime de petite capacité. Exemple à La…
ven 10 Août 2018
Désireuse de réduire sa trop grande dépendance au gaz russe, l’Union européenne pourrait désormais s’approvisionner davantage aux Etats-Unis. Le GNL américain, dont le Président Donald Trump fait la promotion avec vigueur depuis quelques semaines, est effectivement envisagé par Bruxelles comme…
ven 4 Nov 2016
D’après une étude d’opinion réalisée par la maison de sondage SOM, la population du Québec serait hostile à l’exploitation des hydrocarbures. En effet, 66 % des 1 020 Québécois interrogés affirment être contre l'exploitation du pétrole et du gaz de…

COMMENTAIRES

  • Encore un article publicitaire pour le gaz fossile polluant et importé avec une pointe de biogaz pour tenter de faire passer des énormités !

    Le gaz fossile comme le pétrole sont des énergies dépassées et du passé à abandonner définitivement et radicalement sans le moindre scrupule, ce qui aurait dû être fait depuis les premières crises du pétrole du début des années 70.

    Il est évidemment plus intéressant de passer au solaire thermique et hybride qu’au gaz polluant, fossile et importé (49 milliards d’euros d’énergies fossiles importées l’an dernier rien qu’en France et plus encore en moyenne par an ces dernires années), compte tenu à la fois :

    – de la modification des aides plus favorables au solaire thermique et hybride qu’au gaz
    – aux évolutions technologiques
    – à la totalité des besoins que permet de couvrir le solaire thermique et hybride en plus de la chaleur (électricité et mobilité)

    Les dernières évolutions des aides d’Etat en faveur du solaire thermique sont encore plus favorables qu’avant.

    .L’éco-prêt à taux zéro est désormais accessible à tous les Français, sans condition de ressources.

    Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) encourage l’installation des chauffages solaires.

    Les primes du dispositif “coup de pouce”, dans le cadre des certificats d’économies d’énergie (CEE), se cumulent dans le cas d’un remplacement d’une chaudière au fioul.

    Ce contexte permet de rentabiliser plus vite les installations voire de faire des économies d’énergie dès la première année et pas seulement après avoir amorti l’installation.

    https://www.actu-environnement.com/ae/news/Solaire-thermique-Olivier-Godin-Enerplan-33103.php4

    .

    Répondre
  • Autre exemple :

    Solisart : son intérêt est de pouvoir se coupler à des radiateurs classiques sans changement à effectuer puisque le fluide solaire passe directement des capteurs aux radiateurs comme au ballon d’eau chaude et de stockage. Le complément peut se faire par pompe à chaleur.

    Bilan des tests réalisés par L’Ines :

    “La valorisation de l’énergie solaire par le SolisConfort est excellente : 40% de la chaleur à fournir est économisée en moyenne quand le meilleur système mesuré jusque-là l’a été à 33%”.

    “Dans le cas particulier de l’appoint PAC, ce taux d’économie est particulièrement élevé. Cela montre que le couplage solaire + PAC eau/eau par le SolisConfort peut être très performant”

    “Cette étude nous conforte dans l’idée que les chauffages solaires peuvent s’installer dans des habitations équipées de radiateurs et non pas seulement de planchers chauffants avec des économies du même ordre de grandeur, à la condition que le pilotage du chauffage se fasse à l’aide d’une « loi d’eau » et non à température de départ constante. La productivité moyenne en énergie utile économisée est de l’ordre de 400 kWh/m².an. C’est sensiblement supérieur à ce que INES constate sur les CESI (Chauffe-Eau Solaire Individuel), en moyenne plutôt 250 à 300 kWh/m².an. Cela conforte le fort intérêt des SSC : le retour sur investissement est amélioré d’autant et l’économie globale d’énergie est nettement plus importantes (deux à trois fois plus de capteurs qui produisent chacun 30 à 60% de plus). L’occasion de rappeler l’intérêt économique du chauffage solaire.”

    https://www.solisart.fr/performances/suivi-des-performances/

    .

    Répondre
  • (suite)

    La pompe à chaleur Daikin Altherma 3 ECH20 (le ballon de stockage à l’origine de l’allemand Rotex est l’un des meilleurs du genre). Le Cop est plus élevé en couplage solaire avec Dualsun (panneaux) ou Nelskamp (ardoises/tuiles pour de meilleures intégrations)

    https://www.youtube.com/embed/Z5FTpNa18_o

    .

    Répondre
  • (suite) gain Héliopac solaire hybride + pac :

    “La consommation d’énergie des appartements au compteur liée aux 5 besoins de la réglementation thermique (chauffage, rafraîchissement, ventilation, éclairage et eau chaude), est estimée à moins de la moitié de celle que l’on obtiendrait pour un même bâtiment chauffé par une chaudière gaz à condensation. Ce qui se traduit au niveau de la facture énergétique par une diminution de plus de 35 % par rapport à la même référence.”

    http://www.heliopac.fr/wp-content/uploads/2016/01/Pr%C3%A9sentation-Heliopacsystem-Les-jardins-du-Parc.pdf

    .

    Répondre
  • Chaleur solaire thermique industrielle (par exemple pour les secteurs agroalimentaire, pharmacie, cosmétiques etc) :

    Sunti (ou “Sunny time for industry”) offre aux industriels la possibilité de réduire leur utilisation d’énergies fossiles sans avoir à réaliser d’investissements.

    Le groupe assure la conception, la construction, l’exploitation et le financement des centrales, moyennant un contrat de vente de chaleur qui se situe à un prix inférieur à celui obtenu avec le gaz.

    Cette technologie, largement utilisée dans les pays nordiques, offre d’excellentes performances pour couvrir une partie élevée (environ 60%) des besoins de chaleur des process industriels.

    Les augmentations successives du prix du gaz (+31 % en 2018) créent un contexte favorable au solaire thermique.

    https://www.sunti.fr/chaleur-solaire/

    .

    Répondre
  • Rackam (Québec) solaire thermique CSP pour toutes applications (du bâtiment aux industries et réseaux de chaleur) comme pour Hélioclim, Newheat, Sunti (liens plus haut) et chaleur jusqu’à 220°C et/ou froid (jusqu’à moins 60°C), stockage inclus.

    Cop également élevé comme pour les autres précités : 79

    https://www.youtube.com/embed/wnMEvL0ZAEs

    .

    Répondre
  • SUNCNIM, filiale solaire du groupe CNIM, conçoit, construit et exploite des installations solaires avec stockage d’énergie pour la production hybride d’électricité et d’énergie thermique (et ou froid), la dessalinisation etc, en utilisant ses technologies propriétaires dans le domaine du CSP et PV.

    Les technologies développées en interne sont basées sur :

    – Pour l’énergie thermique sur le principe dit des miroirs de Fresnel qui apporte de nombreux avantages : un coût compétitif de la vapeur (286°C), une conception modulaire, robuste, un contenu local élevé et un fonctionnement automatique.

    – Pour l’électricité utilisant des panneaux photovoltaïques, des batteries et un système de gestion de l’énergie (EMS) développé par sa société sœur Bertin Technologies.

    Avantages technologie CNIM CSP Fresnel :

    – Support de miroir breveté pour une construction locale facile
    – Dimensions standard, miroirs facilement accessibles et faciles à manipuler
    – Tube récepteur de type chaudière. Manipulation et entretien faciles
    – Pas de gros travaux de génie civil, pas de béton. Réhabilitation facile après démontage
    – Motorisation commune à faible consommation électrique
    – Structure standard en acier avec réglage facile

    https://www.suncnim.com/en/solar-steam-generators

    .

    Répondre
  • Moi aussi je réfléchie à quitter le fioul pour passer au gaz ! je suis en train d’effectuer des devis. Mais en attendant je passe mes commandes de fioul chez POEMOP pour réduire mes frais grâce au commandes groupées, c’est toujours ça d’économisé !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.