La domotique : quels sont les enjeux sur le bâtiment bas carbone ?

La domotique : quels sont les enjeux sur le bâtiment bas carbone ?

domotique

La domotique est un terme encore assez obscur pour beaucoup de Français. La transition énergétique aidant, sa définition devrait devenir plus familière à une vaste majorité de concitoyens désireux de s’investir dans la protection concrète de la planète. Le Larousse définit la domotique comme l’« ensemble des techniques visant à intégrer à l’habitat tous les automatismes en matière de sécurité, de gestion de l’énergie, de communication, etc. ». Des techniques de plus en plus perfectionnées qui s’invitent à juste titre dans les bâtiments bas carbone. Pour quels enjeux et quels résultats ?

Des objectifs climatiques ambitieux pour le secteur du bâtiment ? 

Souvent dans l’ombre des transports, le bâtiment représente 44 % de la consommation énergétique en France et 25 % des émissions de CO2. Les pouvoirs publics ont pris la mesure de l’enjeu et renforcent la réglementation notamment via la Réglementation environnementale 2020 (RE2020). Les règles pour le bâti neuf sont de plus en plus drastiques avec pour double objectif affiché d’arriver à un parc de bâtiments zéro à la « neutralité carbone » de manière plus globale. Cela passe donc par un recours plus grand aux énergies renouvelables, mais aussi par une domotique toujours plus intelligente et donc moins énergivore.

Pour parvenir à un parc zéro carbone, il est en effet essentiel de faire plus appel aux énergies renouvelables bas carbone (électricité, photovoltaïque, bois…)  et de faire fructifier leurs atouts en les couplant à des technologies intelligentes. Les chiffres sont plutôt édifiants. Une habitation munie de panneaux photovoltaïques peut engendrer environ 20 % d’économies sur la facture électrique. En les associant à une domotique efficace, les économies peuvent grimper jusqu’à 50 %. La promesse est belle pour le consommateur, mais la crainte de voir le rêve se transformer en cauchemar rebute de nombreux Français.

Quelle domotique pour les bâtiments d’aujourd’hui et de demain ?

C’est pourquoi, il est indispensable de s’équiper auprès d’un professionnel reconnu qui installera de manière optimale les équipements. Il est à souligner que ces derniers ne doivent pas forcément être très nombreux pour avoir un impact important sur la facture. Les industriels travaillent à des systèmes performants à l’image du radiateur intelligent. Plus cher que le convecteur électrique classique, mais bien plus efficace, il est l’exemple typique d’une habitation rendue beaucoup moins énergivore et qui s’inscrit dans l’objectif zéro carbone.

Doté d’un capteur, le radiateur intelligent perçoit la présence humaine dans la pièce. Cela permet d’augmenter la température de la pièce automatiquement en cas de présence humaine et de baisser si personne n’y séjourne. D’autres paramètres utiles sont également captés :

– Une fenêtre ou une porte qui laisse passer de l’air
– La tombée de la nuit qui entraîne une chute des températures
– Un refroidissement soudain de l’air ambiant

C’est pourquoi ce radiateur de nouvelle génération mérite bien d’être appelé « intelligent ». Il permet de chauffer automatiquement au mieux sans avoir à se soucier de baisser ou augmenter à plusieurs reprises la température de la pièce. Ce type de dispositif n’a rien d’un gadget puisqu’il peut faire économiser jusqu’à 45 % sur la facture électrique. Une fois paramétré, le radiateur peut s’auto-programmer en fonction notamment de la superficie de la pièce. Ces réglages peuvent tous être effectués depuis un smartphone si besoin. Le seul inconvénient reste le prix – entre 500 et 1.000 euros hors frais d’installation – pour un radiateur intelligent de qualité. Cet investissement sera amorti au bout de cinq ans, voire même avant si la gestion de l’énergie était loin d’être optimale avant.

D’autres appareils peuvent élire domicile chez les particuliers et les professionnels. Les compteurs électriques et de gaz Linky et Gazpar sont en pleine phase de déploiement sur l’ensemble du territoire. Une bonne nouvelle, car ils permettent de contrôler au plus près sa consommation et de la rationnaliser. Ils forment ainsi la première vague d’une série qui doit amener à des économies d’énergie substantielles. La place des smartgrids est appelée à progresser de manière exponentielle. Il est toutefois indispensable que les pouvoirs publics ne relâchent en rien l’attention portée, car les objectifs ne seront atteints que si les citoyens utilisent ces nouveaux outils. Et chaque nouveauté entraîne son lot de défiance – cela est d’autant plus vrai pour les produits technologiques. Rappeler le fonctionnement et l’absence de tout danger est donc un enjeu pour tous afin de ne pas retarder un déploiement bénéfique à l’abaissement de la facture et à la sauvegarde de la planète.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 14 Fév 2017
Outre le séisme politique déclenché par le décret dit du "Muslim ban", les premières décisions du président américain Donald Trump relatives à la politique énergétique et environnementale des Etats-Unis, ont elles aussi suscité de nombreuses réactions aussi bien dans l'opposition…
lun 27 Mai 2013
Dans le but d’améliorer la gestion de l’énergie dans les régions insulaires, le groupe EDF a mis au point une opération-pilote du nom de Millener (Mille Installation de Gestion Energétiques dans les îles françaises). Un projet qui concerne 1.500 clients entre…
jeu 14 Juin 2018
En tant que région la plus riche et la plus densément peuplée de France, l'Île-de-France est particulièrement scrutée en matière de stratégie énergique. A l'heure de la transition énergétique, le territoire va devoir s'adapter et revoir son approvisionnement s'il veut…
dim 13 Déc 2015
Après le tonnerre d’applaudissements, samedi 12 décembre, venu clore la conférence sur le climat de Paris, que restera-t-il de cette COP21 ? Si les 195 participants ont signé l’accord final proposé par Laurent Fabius, il doit encore être ratifié dans chaque pays. De…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.