Rosneft et la Russie : des partenaires privilégiés au Venezuela

Rosneft et la Russie : des partenaires privilégiés du Venezuela

Hydrocarbures et politique internationale demeurent indissociables. La Russie et le Venezuela le démontrent encore aujourd’hui, avec la décision des autorités vénézuéliennes d’exempter d’impôts le géant russe Rosneft. Le 9 août 2019, Boursorama révèle que l’entreprise russe pourra exploiter deux gisements de gaz de schiste au large des côtes vénézuéliennes, sans avoir à s’acquitter de toute forme d’imposition. Un régime d’exception qui illustre les excellentes relations entre Vladimir Poutine et Nicolas Maduro.

Pas d’impôts pour Rosneft 

Déjà assurée de l’exploitation des gisements de gaz de schiste de Patao et Majillon, Rosneft est aujourd’hui certaine d’avoir accroché un marché lucratif. En effet, un amendement a été adopté par le Venezuela, lequel exempte l’entreprise russe de tout impôt. Un cadeau qui ne s’arrête pas là puisque ces « conditions favorables » concernent également tous les partenaires et sous-traitants travaillant sur ces deux champs offshore. Des accords de ce type existent ailleurs afin d’attirer les investisseurs étrangers, mais il est évident que ces facilités accordées à Rosneft s’inscrivent dans la relation étroite qui lie les autorités vénézuéliennes et russes.

La Russie constitue l’un des derniers soutiens d’un régime vénézuélien contesté par une partie de sa population, mais surtout par de nombreux pays, à commencer par les Etats-Unis et la France. Ainsi, le Financial Times soulignait le 7 août 2019, que Rosneft reste la dernière major pétrolière présente à Caracas. Plus largement, la relation russo-vénézuélienne se traduit par des échanges commerciaux, notamment formalisés par un protocole de « coopération dans la mise en œuvre de projets stratégiques communs » mis en place en 2009. Généralement, Moscou consent à une aide financière envers Caracas en échange d’hydrocarbures. Un soutien très politique alors que les deux pays regorgent de gaz et de pétrole.

La Chine entre aussi dans la danse 

L’annonce de cet accord favorable à Rosneft intervient dans un contexte politique très tendu avec la suspension du dialogue entre l’exécutif vénézuélien et l’opposition. Le pouvoir vénézuélien est même critiqué par Emmanuel Macron qui estime que « Les Vénézuéliens ont le droit de s’exprimer librement et démocratiquement ». Une déclaration qui s’est accompagnée d’un soutien à Juan Guaidó, et qui a forcément refroidi les relations entre les deux pays. Pourtant, « Total a formé beaucoup d’ingénieurs et de techniciens dans le pétrole au Venezuela », indique l’ancienne présidente de la Maison de l’Amérique latine, Élisabeth Burgos.

Dans ce contexte, le Vénézuela cherche des alliés. Plus discrète, la Chine peut être comptée comme telle et bénéficie elle aussi de conditions favorables en matière commerciale. La société Wison Engineering Services Co, basée à Shanghai va réparer les raffineries vénézuéliennes et sera payée en pétrole par Caracas. Cet accord doit permettre au pays de se redonner les moyens d’exploiter plus efficacement ses ressources , et donc d’optimiser la rente pétrolière. Une alliance qui semble presque presque naturelle ! En effet, alors que Nicolas Maduro est frappé par un régime de sanctions mis en place par Washington, la Chine est en guerre commerciale ouverte avec Donald Trump.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 10 Nov 2014
Alors qu'un récent rapport de l'Organisation des Nations Unies (ONU) invite vivement toute la planète à réduire drastiquement les émissions de gaz à effet de serre et qu'un accord a été conclu pour maintenir le réchauffement climatique à moins de…
mar 22 Jan 2019
Le géant de l’énergie, Engie, serait en passe de céder ses 4 dernières centrales à charbon en Europe. L’information a d'abord été annoncée par Bloomberg et confirmée le 21 janvier 2019 par les Echos. La cession de trois centrales en…
ven 5 Jan 2018
Le gestionnaire du réseau de transport de gaz GRTgaz a officialisé, jeudi 4 janvier 2017, le raccordement de deux nouveaux sites d'injection de biométhane. Situés à Noyen-sur-Seine en Seine-et-Marne, et aux Essarts-en-Bocage en Vendée, ces deux nouvelles installations produiront dès…
lun 17 Oct 2016
En 2015, la croissance du PIB mondial n’a pas été synonyme de hausse de l’intensité énergétique. Dans son dernier rapport, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) explique en effet que la croissance économique mondiale a eu besoin de moins d’énergie pour…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.