Lancement d’une campagne élargie de prévention des risques nucléaires

Lancement d’une campagne élargie de prévention des risques nucléaires

Ce lundi 3 juin 2019, une campagne d’information relative à la protection des personnes autour des centrales nucléaires a débuté. Un exercice habituel pour les autorités, mais à l’ampleur inédite puisque le rayon concerné est passé de 10 kilomètres à 20 kilomètres autour des centrales. Au total, 2,2 millions de personnes sont donc concernées, qui vise à une meilleure compréhension des dispositifs de protection par la population résidant autour des 19 centrales nucléaires françaises, avec in fine la distribution de pastilles d’iode.

Une campagne auprès de 2,2 millions de Français

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a annoncé, ce lundi 3 juin 2019, le début de la campagne d’information à destination des personnes habitants à proximité des centrales. Malgré les mesures toujours plus drastiques mises en œuvre afin d’éviter tout incident (grave), les autorités s’intéressent depuis des années aux plans de secours à établir « pour faire face aux risques particuliers liés à l’existence ou au fonctionnement d’ouvrages ou d’installations dont l’emprise est localisée et fixe ». Le Plan particulier d’intervention (PPI) est défini par l’Etat et « fait partie du dispositif d’organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC) départemental » comme le rappelle l’ASN.

C’est ainsi qu’en 2016, le gouvernement a décidé d’élargir le rayon autour des centrales nucléaires françaises. Le passage de 10 km à 20 km augmente mécaniquement le nombre de personnes concernées. Elles sont 2,2 millions réparties sur 1 063 communes. Les établissements recevant du public sont également concernés et sont au nombre de 200 000. Il s’agit donc d’une vaste campagne qui se fait dans un premier temps par courrier indiquant aux habitants des communes ciblées qu’ils vivent dans le rayon pris en compte par le PPI. Une fois le courrier nominatif reçu, les personnes concernées pourront faire valoir le bon de retrait en pharmacie, pour obtenir des pastilles d’iode.

Des risques nucléaires qui demeurent inchangés

Si le périmètre du PPI est désormais plus large, les risques liés au nucléaire n’ont, eux, pas augmenté. L’ASN affirme que « l’accident nucléaire de Fukushima en 2011 au Japon a conduit les pouvoirs publics à réviser les actions de protection des populations, en cohérence avec les pratiques internationales et les recommandations des autorités européennes de sûreté nucléaire et de radioprotection ». Pour cela les maires ont bénéficié de réunions d’information spécifiques avec des dépliants et des affiches destinées à leurs administrés. Les professionnels de santé sont également mis dans la boucle.

Le succès de cette campagne sera aisément quantifiable grâce au taux de retrait des comprimés d’iode en pharmacie. Ce taux permettra de se faire une idée plus juste du succès des deux autres objectifs : le développement d’une culture de radioprotection chez les citoyens et la sensibilisation des particuliers et établissements recevant du public à retirer les comprimés. Pour rappel, liode de potassium protège la tyroïde des effets des rejets d’iode radioactif présent dans l’air en cas d’accident nucléaire.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 3 Août 2017
Engagée dans un vaste programme de développement du nucléaire civil afin de répondre à l'augmentation de sa demande nationale en énergie ainsi qu'aux nouveaux enjeux de lutte contre le changement climatique, l’Inde a multiplié ces dernières années les accords de…
ven 17 Avr 2015
L'exploitation des centrales nucléaires en France est régie par des règles très strictes en matière environnementale. La protection de l'environnement, des population avoisinantes et la maîtrise des événements susceptibles d'impacter durablement les écosystèmes reposent sur une application quotidienne des règles…
lun 30 Sep 2013
Alors que le Japon vient de rentrer dans une nouvelle période zéro nucléaire, l’opérateur Tepco (Tokyo Electric Power, l’exploitant de la centrale de Fukushima) vient d’obtenir, auprès des autorités locales de la préfecture de Niigata, l’autorisation  de demander la relance de…
jeu 8 Déc 2016
Les compagnies Kazatomprom et China General Nuclear Power Corporation (CGNPC) ont lancé mardi 6 décembre dernier la construction d'une usine de fabrication de combustible nucléaire au Kazakhstan. Un projet commun innovant dans lequel le groupe français Areva NP jouera un…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.