JC Colas-Roy : "soyons plus ambitieux sur la maîtrise de nos consommations d'énergie"

Jean-Charles Colas-Roy : “soyons plus ambitieux sur la maîtrise de nos consommations d’énergie”

Nouvellement désigné responsable national de la transition écologique pour le mouvement La République En Marche, avec sa collègue Bérangère Abba, Jean-Charles Colas-Roy a accepté de décrypter la stratégie de la majorité et le projet de loi Énergie Climat pour l’EnerGeek. Avec l’Accord de Paris en ligne de mire, et la transition écologique à appliquer, le mix énergétique français devra s’appuyer sur ses points forts pour réussir sa transformation…

  • Avec la loi Énergie Climat, la neutralité carbone en 2050 remplace l’objectif du “facteur 4”, cela sera-t-il suffisant pour se remettre sur la trajectoire de décarbonation prévu par l’Accord de Paris ?

La « petite loi énergie », est une loi technique pour permettre l’application et le déploiement de la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). La PPE sera présentée sous la forme d’un décret, mais elle nécessite au préalable quelques adaptations législatives. Après avoir présenté une première version du texte au Conseil Économique Social et Environnemental, le gouvernement va prendre le temps de tenir compte des retours de plusieurs consultations en cours. C’est pourquoi, il est désormais envisagé de remettre à avril 2019 l’examen du projet de loi en conseil des ministres.

En effet, le président de la République a réaffirmé son ambition de réduction de la consommation d’énergie. Emmanuel Macron veut réintroduire la baisse de 20% de notre consommation d’énergie. Pour inscrire cet objectif à l’horizon 2030, comme prévu, de nouvelles mesures doivent néanmoins être identifiées. Au demeurant, cette volonté de bien faire de l’exécutif ne bouleverse en rien le calendrier parlementaire. Ainsi, cette « petite loi énergie » doit toujours être examinée à partir de juin ou juillet 2019. Son adoption est quant à elle attendue dans le courant de l’été ou au début de l’automne. La Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) sera donc probablement publiée dans le courant du deuxième semestre 2019.

Nous sommes attentifs aux symboles, et pour répondre à la polémique autour de la notion de « neutralité carbone », la majorité a souhaité souligner qu’il s’agissait d’une disposition visant à se montrer plus ambitieux que l’objectif actuel du « facteur 4 ». À La République En Marche, nous croyons au progrès technique ; et si de nouvelles capacités à stocker le carbone, ou si d’autres technologies de rupture venaient à se présenter d’ici 2050, nous aurions parfaitement raison d’être optimistes !

Donc pour être très clairs, nous visons la neutralité carbone à l’horizon 2050 et à cela vient s’ajouter à l’objectif de « facteur 4 » qui devra être atteint, voire rehaussé.

  • Avec la révision à la hausse de l’objectif pour les énergies fossiles (-40% en 2030), diriez-vous que la priorité de la transition énergétique nouvelle version est de mettre fin à notre dépendance au carbone ?

Ce qu’il faut bien comprendre, c’est que s’il a été envisagé de revenir sur la baisse de nos consommations d’énergie, c’est bien parce que, depuis 5 ans, du retard a été pris. Nous avons finalement décidé de nous montrer volontariste, pour compenser ce retard. Par ailleurs, en raison de l’urgence environnementale notre majorité a d’abord donné la priorité à la sortie des énergies fossiles, avec une diminution de 40% à l’horizon 2030.

Effectivement, notre priorité consiste à réduire la place des énergies fossiles dans le mix énergétique. Et cela passe par un ensemble de mesures qu’il va falloir mettre en œuvre concomitamment. Preuve de notre détermination, nous avons commencé par préparer la sortie du charbon ; mais nous amorçons aussi la conversion des chaudières au fioul chez les particuliers, tandis que nous développons les primes à la conversion pour réduire les émissions du parc automobile.

Quand on parle de neutralité carbone, on parle concrètement de la réduction de notre dépendance aux fossiles. Il faut donc en même temps tenir le cap de la réduction des émissions carbone, sans pour autant s’interdire de chercher de nouvelles solutions pour rendre les techniques de production plus soutenables. C’est le sens du Make Our Planet Great Again : inviter en France les chercheurs du monde entier à innover pour notre planète…

  • L’examen du texte en Conseil de ministres a été reporté pour rendre le projet de loi encore “plus ambitieux”, quels moyens supplémentaires pourrait-on envisager ?

Je suis absolument persuadé que nous pouvons nous montrer encore beaucoup plus ambitieux sur la maîtrise de nos consommations d’énergie. Avec la rénovation thermique des bâtiments, nous disposons d’un véritable gisement d’économie d’énergie. A ce niveau, la commande publique est souvent motrice, en impulsant le mouvement avec des programmes pour les bâtiments de l’État (Universités, hôpitaux, …) , on peut entraîner le secteur privé.

En plus de générer de la croissance et des emplois sur les territoires, non délocalisables, de telles dépenses pourraient également avoir pour conséquence de réduire le phénomène de précarité énergétique. Sur la question des logements, j’aimerais par exemple que l’on puisse inscrire dans la loi une interdiction, à terme, de la location pour les passoires énergétiques. Pour se montrer plus volontariste à l’horizon 2030, il faudrait inciter progressivement puis contraindre les bailleurs à améliorer les performances énergétiques des logements, en particulier dans les zones tendues. C’est une question de justice sociale, puisque dans notre pays ce sont les concitoyens les plus modestes qui payent le plus cher leur facture énergétique !

  • Justement, quels enseignements pouvons-nous déjà tirer du Grand débat national sur ces enjeux énergétiques ?

Une des principales conclusions du Grand débat national me semble-t-il, c’est qu’on ne peut pas remettre une taxe carbone sans l’accompagnement social qui va avec pour les plus modestes. À mes yeux, l’instauration d’une taxe carbone doit aussi être l’occasion d’initier un véritable fléchage des nouvelles recettes en direction des moyens nécessaires pour la transition énergétique.

La fiscalité du carbone est sans aucun doute un outil intéressant pour amorcer une transition du fossile vers les énergies décarbonées. Cependant, les conditions de sa mise en place doivent être repensées, soit dans le cadre d’une réforme d’ensemble de la fiscalité, soit par des mécanismes de redistribution. Tous nos concitoyens n’ont malheureusement pas les moyens d’investir dans un nouveau véhicule, ou dans leur logement ; il faut pouvoir les y aider.

Seulement, l’équilibre n’est pas simple. Car nos concitoyens nous demandent plus d’écologie, plus de préservation de la biodiversité, et en même temps moins de taxes.  Il ne faut plus aborder les questions de l’écologie uniquement par le prisme de la fiscalité carbone, il s’agit au contraire de conduire une réflexion beaucoup plus globale, avec des mesures incitatives pour transformer notre société.

On pourrait simplement commencer par donner l’information au public de l’intensité carbone des produits que nous consommons. Il y a le bilan carbone lié à notre consommation énergétique, mais il y a aussi les émissions liées aux importations des produits que nous utilisons au quotidien. Attention cependant, ne nous trompons pas d’objectif, pour endiguer le réchauffement climatique nous devons informer pour responsabiliser les citoyens, sans les culpabiliser. L’Ecologie est avant tout une formidable opportunité pour construire ensemble une société plus juste et plus respectueuse de la Nature.

Rédigé par : Jean-Charles Colas-Roy

Jean-Charles Colas-Roy
Jean-Charles Colas-Roy est député de l'Isère. Il participe aux groupes d'études sur les énergies vertes et sur les enjeux économiques de la filière industrielle énergétique. Par ailleurs, il est désormais co-responsable national de la transition écologique pour le mouvement La République En Marche.
sam 2 Juil 2016
Tandis que, pendant 5 jours, EDF présente la smartflower au Jardin des Plantes, l’électricien propose du 2 au 6 juillet trois ateliers ludiques afin de permettre aux visiteurs de mieux comprendre le fonctionnement de l’énergie photovoltaïque. (suite…)
lun 10 Juil 2017
Les énergies renouvelables éolienne et photovoltaïque connaissent depuis plusieurs années maintenant une progression constante, et avec elles, se développent logiquement de nouveaux savoir-faire et compétences associés dans la gestion et la maintenance de ces installations. Un secteur d'activité dans lequel…
jeu 10 Sep 2015
Le département de la Drôme compte un nouveau parc photovoltaïque. Inauguré lundi dernier par le maire de Saint-Restitut et la Compagnie Nationale du Rhône (CNR), ce parc est le premier de la Drôme provençale. Situé dans la zone artisanale du village,…
mer 15 Fév 2017
Dans une note publiée en 2016, le Conseil Français de l’Énergie propose des solutions pour se diriger vers une économie bas-carbone. L’organisation affirme que la réduction des mesures non tarifaires permettrait de stimuler les investissements nécessaires à un développement durable.…

COMMENTAIRES

  • Transition Energétique : des progrès en trompe-l’oeil selon la dernière étude Edram

    “Une amélioration de l’efficience énergétique au cours des trente dernières années, mais un mix énergétique qui stagne”

    Pour limiter le réchauffement climatique à 1.5 degrés, il faudra réduire les émissions de CO2 de 45% d’ici 2030 selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat

    “Deux moteurs d’action seront indispensables pour y parvenir : une augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique et une amélioration de l’efficience énergétique”

    Si depuis 1990, des progrès sont visibles en matière d’efficience, celle-ci ayant augmenté de 48% dans le monde et de 167% en Chine. La progression du mix énergétique mondial est toutefois décevante. En 1990, 86.7% de la consommation d’énergie provenait des énergies fossiles. En 2017, ce taux s’établit encore à 85.1%

    Plus récemment, l’année 2017 a été décevante en matière de transition énergétique. La croissance de la consommation d’énergie mondiale et de charbon a accéléré et les émissions de CO2 ont augmenté principalement en raison de l’accélération de la croissance économique mondiale de 3.3% en 2016 à 3.7% en 2017, générée par le redémarrage du cycle industriel

    Quels pays sont les plus avancés dans la transition énergétique :

    Indicateur de transition énergétique basé sur 4 composantes principales :

    – consommation d’énergie par personne,
    – émissions de CO2 par personne,
    – part de la consommation d’énergies fossiles dans la consommation d’énergie totale
    – efficience énergétique

    Pays les plus avancés :

    Suisse, Colombie et Suède

    Suisse : Malgré une consommation d’énergie primaire par personne élevée, la Suisse ne consomme que 50.5% d’énergies fossiles et se dote d’une efficience énergétique (PIB généré par unité d’énergie utilisée) parmi les plus élevées au monde

    Colombie : La Colombie doit sa deuxième place à une consommation d’énergie primaire par personne bien inférieure à la moyenne mondiale et à la forte présence d’hydroélectricité, 30.4%, dans son mix énergétique

    Suède : La Suède a été un des pays pionniers dans la transition énergétique. En 2017, les énergies fossiles ne représentaient plus que 32.6% de la consommation d’énergie primaire. Des réglementations innovantes et inclusives ont permis ces résultats

    La France arrive en 7e position, l’Allemagne en 28e, la Chine 41e et les États-Unis en 48e position.

    Cette étude a analysé les données de ces pays depuis 1980.

    https://www.geo.fr/environnement/transition-energetique-la-suisse-la-colombie-et-la-suede-meilleurs-eleves-195075

    .

    Répondre
  • Solution de généralisation de la géothermie à haut rendement :

    La société canadienne Eavor Technologies a signé un accord avec Shell International Exploration and Production, dans le cadre du développement et de la commercialisation de sa nouvelle solution d’énergie géothermique Eavor-Loop, de conduction thermique en boucle fermée.

    Le système de canalisations enterrées agit comme radiateur ou échangeur de chaleur. Il consiste à relier deux puits verticaux de plusieurs kilomètres de profondeur (généralement 2,4 km ce qui correspond à plus de 100°C en moyenne en France) à de nombreux puits multilatéraux horizontaux de plusieurs kilomètres de long. Comme ces puits de forage sont scellés, un fluide de travail bénin et respectueux de l’environnement est ajouté à la boucle fermée.

    Il circule naturellement sans pompe externe grâce à l’effet thermosiphon d’un fluide chaud qui monte dans le puits de sortie et d’un fluide froid qui tombe dans celui d’entrée.

    L’énergie thermique ramenée naturellement à la surface (donc sans perte énergétique de circulation) est récoltée pour être utilisée dans une application de chaleur directe ou convertie en électricité avec un module de production d’énergie.

    En tant que système en circuit fermé, il n’y a pas de fracturation, pas d’émissions de GES, pas de risque de tremblement de terre, pas d’utilisation d’eau, pas de production de saumure ou de solides, pas de contamination d’aquifère.

    Contrairement aux pompes à chaleur qui convertissent l’électricité en chaleur à partir de puits très peu profonds, Eavor-Loop produit de l’électricité à l’échelle industrielle ou produit assez de chaleur pour l’équivalent de 16 000 foyers avec une seule installation.

    Un projet a démarré dans l’Alberta au Canada et un autre aux Pays-Bas. Shell a dressé la liste des dix principaux obstacles à l’énergie géothermique puis a sélectionné Eavor Technologies comme étant, selon le groupe anglo-néerlandais, la plus pertinente.

    https://eavor.com/technology/

    .

    Répondre
  • “nous croyons au progrès technique ; et si de nouvelles capacités à stocker le carbone, ou si d’autres technologies de rupture venaient à se présenter d’ici 2050, nous aurions parfaitement raison d’être optimistes !”
    Les scientifiques savent que les ruptures technologiques ne se décrètent pas, elles sont le fruit du hasard des recherches. C’est pourquoi notre gouvernement et totalement inconscient quand il prend des engagements (la neutralité carbone notamment) qui font des paris sur des ruptures technologiques (le captage du carbone par ex).
    Nos écolos au pouvoir (de Rugy en tête) sont avant tout antinucléaires, ils sont donc focalisés sur l’électricité et pensent qu’il est possible de remplacer le nucléaire par de l’éolien et du solaire. Or, les panneaux sont fabriqués essentiellement en Chine, avec une électricité très carbonée !
    Enfin, nos dirigeants élus (au mieux) pour 5 ans peuvent toujours prendre des engagements ambitieux pour dans 10 ou 15 ans : ils pourront toujours dire que ce sont leurs successeurs qui n’ont pas été capables de les tenir !!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.