Finance durable: le plus grand fonds souverain se désengage du pétrole

Finance durable : le plus grand fonds souverain se désengage du pétrole

Le secteur pétrolier va-t-il entrer dans une nouvelle ère ? L’annonce du fonds souverain norvégien – le plus riche au monde – de se retirer de certaines compagnies pétrolières est peut-être un signe annonciateur. Ce fonds, créé grâce aux exportations d’hydrocarbures, tourne donc le dos à ce qui a fait sa puissance financière. La décision, annoncée le 8 mars 2019, pourrait avoir de lourdes répercussions sur le secteur pétrolier… 

Un retrait décidé sur des critères financiers 

Les pressions de toutes parts en faveur de la transition énergétique auraient-elles atteintes le Government pension fund global (GPFG) ? Le fonds souverain norvégien qui dispose de 1 000 milliards de dollars d’actifs a décidé de se retirer du secteur du pétrole non pour des raisons écologiques, mais bien en fonction de critères financiers. La ministre norvégienne des Finances, Siv Jensen, assure effectivement que « l’objectif est de réduire la vulnérabilité de notre richesse commune face à un recul permanent du prix du pétrole ». En d’autres termes, le fonds norvégien continue de s’appuyer sur les richesses du pays en hydrocarbures tout en se diversifiant.

Cette nouvelle stratégie impulsée par la direction de GPFG et soutenue par le gouvernement norvégien était dans les tuyaux depuis fin 2017. La décision est donc prise, mais ne constitue pas un choc aussi grand qu’on pourrait le croire. Et pour cause, il a été indiqué que le retrait du fonds serait progressif et qu’il ne concernerait qu’une partie des acteurs engagés dans le pétrole et le gaz. En effet, seules les entreprises spécialisées dans l’exploration et la production sont visées. Ainsi, une entreprise française comme Maurel et Prom ne pourra plus bénéficier du soutien du GPFG alors qu’un groupe comme Total qui gère des activités en amont et en aval n’est pas touché. Pour rappel, le fonds détient aujourd’hui 2,02 % du capital de Total. Concrètement, ce sont 134 entreprises sur les 300 du secteur et 7 milliards d’euros d’actifs qui sont directement concernés par cette décision.

Un retrait à effet domino ?

Si la décision de GPFG est donc à relativiser, ce retrait partiel du plus grand fonds souverain – lequel pèse à lui seul 1,4 % de la capitalisation boursière mondiale – n’est pas que symbolique. D’autres fonds et investisseurs institutionnels pourraient suivre ce mouvement. Ce fut notamment le cas en 2015, lorsque le GPFG a annoncé sa décision de ne plus investir dans les entreprises liées au charbon. Une décision, cette fois motivée par des considérations environnementales.

Toutefois, seuls les prochains mois pourront dire si ce retrait du secteur pétrolier et gazier aura un véritable impact sur les autres acteurs. Un scénario privilégié notamment par l’assureur norvégien Storeband qui explique que « quand un des plus gros fonds souverains au monde conclut qu’il peut dégager des rendements élevés sur ses investissements avec des risques modérés en réduisant son exposition au pétrole et au gaz, les investisseurs prennent bonne note ». Et si le message est bien reçu, la Norvège donnerait un sacré coup de pouce à une transition énergétique mondiale !

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 28 Nov 2016
A seulement quelques jours de la prochaine réunion de l'Opep à Vienne, les pays exportateurs de pétrole sont toujours engagés dans d'âpres négociations. Visant à obtenir une limitation de la production pétrolière, elles créent une situation instable responsable pour une large…
ven 26 Avr 2013
En 2015, la centrale thermique de Bouchain, située dans la région Nord-Pas-de-Calais, ne fonctionnera plus au charbon, mais au gaz. Jeudi 25 avril, EDF a communiqué sur la progression du chantier. Dans deux ans, le centre de production thermique de…
jeu 27 Avr 2017
A la suite d'une plainte déposée en 2015 par plusieurs associations,  la Cour d'appel d'Arnhem-Leeuwarden au Pays-Bas a ordonnée, jeudi 20 avril 2017, la conduite d'une enquête pénale sur les conditions et les risques d'exploitation du plus grand gisement gazier…
mar 18 Oct 2016
Alors que l’Allemagne a accepté de ratifier l’Accord de Paris, elle ne semble pas en mesure de réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Ainsi, en 2015, même si les énergies renouvelables atteignent des sommets, ses émissions de…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.