Le ministère de la transition écologique dévoile son projet pour la PPE

Le ministère de la transition écologique dévoile son projet pour la PPE

Le ministère de la transition écologique et solidaire a publié, mardi 5 mars 2019, le projet de décret relatif à la PPE. Le document reprend les grandes lignes déjà présentées par Emmanuel Macron le 27 novembre 2018. Il comporte toutefois des précisions supplémentaires, notamment en ce qui concerne les créations d’emplois, les objectifs pour les ENR ou le développement de l’éco-mobilité…

La transition énergétique pourrait créer 416 000 emplois à l’horizon 2028

Depuis le 5 mars 2019, on en sait un peu plus sur le projet de Programmation Pluriannuelle de l’Energie (PPE) du gouvernement. En effet, le texte a finalement été publié sur le site du ministère de la transition écologique et solidaire, en charge du dossier. Logiquement, il reprend les grandes lignes tracées par le président de la République en novembre 2018. Concrètement, il s’agit de la feuille de route pour la transition énergétique française de 2019 à 2028.

Avec ces arbitrages, l’exécutif s’attend à la création de 246 000 emplois en 2023, et de 416 000 emplois en 2028. Parallèlement, la transition énergétique pourrait générer une “hausse de 1,3 point de PIB en 2023 par rapport au scénario tendanciel, et de 1,9 point en 2028“.

Plusieurs scénarios pour les énergies renouvelables

Le détail de la PPE était notamment très attendu par les acteurs des filières renouvelables. A présent deux scénarios sont fixés pour les objectifs de production des ENR : une option basse et une option haute. Première bénéficiaire de la PPE, la filière solaire devra passer de 10,2 GW à 20,6 GW de capacités installées en 2023, puis 44,5 GW en 2028. Un objectif qui devrait être atteint notamment grâce à l’initiative Place au Soleil. De son côté, la Commission de Régulation de l’énergie (CRE) indique « le coût des investissements qui représentent 80 % des coûts de production ont baissé de 32 % en trois ans ».

Les ambitions de l’éolien en mer et l’hydroélectricité sont au en revanche plutôt modestes. En effet, malgré le fort potentiel de l’éolien offshore en France, le projet n’envisage que 2,4 GW d’ici 2023 et 5,2 GW d’ici 2028, pour le scénario le plus optimiste. Par ailleurs, la houille blanche étant déjà très développée en France, les capacités de production ne vont augmenter que de 1,2 GW en l’espace de 10 ans. Enfin, les objectifs pour le biogaz ont été revus à la baisse, notamment en raison du coût des technologies disponibles.

Mobilité : un secteur clé pour la transition énergétique

De plus, la mobilité propre figure également en bonne place dans le projet de décret relatif à la PPE. Les ambitions concernent à la fois le renouvellement du parc automobile et le déploiement d’infrastructures adaptées aux véhicules propres. Et pour cause, la vente des véhicules neufs émettant des gaz à effet de serre devrait être interdite en 2040. Ainsi, la PPE ambitionne d’atteindre la mise en circulation de 660 000 véhicules électriques d’ici 2023, et d’atteindre la barre symbolique des 3 millions à l’horizon 2028.

Le projet vise aussi l’augmentation du nombre de véhicules hybrides pour les particuliers : 500 000 en circulation en 2023, et 1,8 million d’ici 2028. Enfin, les objectifs pour les poids lourds sont plus modestes : 21 000 véhicules lourds à faibles émissions (GNV & Hydrogène) d’ici 2023, et 65 000 d’ici 2028.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
sam 29 Oct 2016
Dans les nombreux chantiers qui visent à rendre le secteur électrique français encore plus vertueux, figure un projet avant-gardiste faisant même office de grande première mondiale : la construction d'une route solaire capable de produire et d'injecter de l'électricité sur…
ven 3 Août 2018
Réduction de l’empreinte carbone et autonomie énergétique sont actuellement au cœur de la nouvelle stratégie de la SNCF, qui investit de plus en plus dans l’énergie solaire. Pour l’entreprise du rail, l’heure est à la modernisation de ses infrastructures ;…
ven 12 Mai 2017
Alors que le catamaran français Energy Observer, autonome en énergie, propulsé à l'hydrogène et aux énergies renouvelables, se lançait de Saint-Malo le 14 avril 2017, la Norvège voit elle beaucoup plus grand en matière de transport maritime électrique. Plusieurs promoteurs…
mar 17 Jan 2017
La société nationale des chemins de fer néerlandaise (NS) a dévoilé le 10 janvier dernier un nouvel accord d'approvisionnement électrique lui permettant d'alimenter l'ensemble de ses locomotives en énergie d'origine éolienne. Cette spécificité fait du réseau ferré national des Pays-Bas, le…

COMMENTAIRES

  • Les énergies renouvelables éoliennes et solaire sont censées se substituer au nucléaire. Mais elles sont subventionnées, ce qui diminue notre pouvoir d’achat par les taxes (CSPE ou taxe carbone). Et le nucléaire étant affecté par cette production aléatoire dont il va falloir compenser les fluctuations, sera moins rentable : le kWh d’EDF va augmenter, ce qui diminuera encore notre pouvoir d’achat.
    Comme dans ce cas afficher 1.3 % supplémentaires en PIB ???

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.