La Smart City d’aujourd’hui est-elle Future Ready ?

La Smart City d’aujourd’hui est-elle Future Ready ?

smart city

Le salon Smart City + Smart Grid rassemble tous les ans les professionnels de la ville de demain. Parmi eux, Fernando Chaves Pozo, de Schneider Electric, Pascal Jardin d’OpenDataSoft et Constance Becquart, qui travaille pour la start-up Havr, ont accepté d’évoquer sur l’EnerGeek leur métier, ainsi que leurs enjeux spécifiques… Des échanges éclairants, en attendant le prochain forum qui aura lieu le 2 et 3 octobre 2019. 

  • Comment expliqueriez-vous le concept de Smart City ?

Fernando Chaves Pozo (Schneider Electric) : La ville est intelligente lorsqu’elle peut s’adapter aux usages demandés par la population. C’est dans cette perspective qu’il faut observer la totalité de la chaîne : le réseau, la ville et les bâtiments.

Aujourd’hui, notre mode de vie n’est pas soutenable. Tout le monde le sait désormais, ou presque…  C’est pourquoi nous souhaitons faire de la ville un levier d’efficacité énergétique, avec notamment les bâtiments intelligents. Nous croyons au progrès technologique, et nous le démontrons avec l’efficacité énergétique active. Sur notre siège social par exemple, nous sommes parvenus à diminuer la consommation de Kilowatts par mètre carré par an. Mais nous croyons aussi possible des gains d’efficacité pour la maintenance prédictive et préventive. Tout cela permet de rendre service à la planète, tout en réduisant sa facture. Avec les technologies actuellement disponibles, il est possible d’améliorer son confort, d’accroître sa performance environnementale et de connaître en temps-réel la consommation d’un bâtiment en fonction de son occupation.

Par ailleurs, dès leur conception, il faut que nos constructions soient « Futur Ready ». Grâce à la multiplication des Objets Connectés et l’apparition de l’Internet des Objets (IoT), une quantité quasi-illimitée d’alternatives s’offre à nous. L’objectif est simple, nous cherchons à préparer l’avenir afin d’être en mesure de s’interfacer avec des objets connectés qui ne sont pas fabriqués par Schneider Electric. Pour cela nous utilisons des protocoles qui favorisent une architecture ouverte. Ainsi, nos technologies répondent parfaitement aux problématiques de nombreux secteurs d’activité, comme l’hôtellerie ou la mobilité entre autres.

Pascal Jardin (OpenDataSoft) : Quand on parle de Smart City, il s’agit en réalité d’interpréter et de traiter des données, associées à un ou plusieurs métiers spécifiques d’une collectivité. Concrètement, cela peut aussi bien concerner le réseau d’eau, que le suivi de la production et de la collecte des déchets, que le réseau électrique évidemment, ou encore la coordination des différents modes de transport. C’est pourquoi la grande difficulté de ces projets réside souvent dans la coordination d’acteurs multiples, aux horizons d’attente parfois extrêmement différents.

Constance Becquart (Havr) : Une Smart City, c’est une ville connectée qui peut répondre aux cas d’usage du plus de gens possible, afin de faciliter leur vie quotidienne. De nombreux volets sont ainsi envisageables, par exemple dans le secteur des transports, de l’énergie, ou encore dans le domaine du contrôle des accès. C’est dans ce dernier secteur que notre société intervient. Mais pour résumer de manière très schématique, pour créer une Smart City il faut trouver un ou plusieurs moyens de mettre la technologie au service de la population !

  • Avez-vous des exemples à donner en lien avec l’activité de votre société ?

Fernando Chaves Pozo :  Chez Schneider Electric, on sait gérer les différentes interractions qu’entretiennent les bâtiments avec les réseaux énergétiques. Il est par exemple extrêmement facile pour nous de réaliser le délestage de toute une partie d’un bâtiment. Un savoir-faire utile, à l’heure où on parle de plus en plus des effacements de consommation, tant pour les industriels, que pour les particuliers. Qui plus est, avec l’exemple de Rennes Grid, Schneider Electric développe un microgrid dédié aux services énergétiques. Ce faisant, l’entreprise se place en précurseur de l’autoconsommation collective à l’échelle d’une zone d’activité tertiaire.

Pascal Jardin : Actuellement, nos équipes travaillent principalement avec deux acteurs incontournables des Smart Grids. D’abord avec Smarteo Water, on facilite la surveillance des réseaux d’eau, grâce à des capteurs capables de mesurer la qualité de l’eau. Cette société utilise opendatasoft pour démontrer la facilité d’interprétation des données brutes qu’elle collecte au travers de leurs capteurs. L’objectif in fine, c’est de permettre à une collectivité d’optimiser la gestion de son réseau d’eau.

Nous travaillons aussi avec Enedis sur les Smart Grids. Avec les données que l’on récupère à l’aide du Compteur Linky sur les bâtiments publics de certaines métropoles (Nantes, Toulouse, Brest…), nous sommes capables de produire des cartographies, retraçant la courbe de charge associée à la consommation électrique des édifices. Il revient ensuite à a métropole de décider si elle souhaite partager ces informations en opendata.

Constance Becquart : Notre société propose une serrure connectée, que l’on peut verrouiller ou déverrouiller à l’aide d’une application mobile. Celle-ci génère un code lumineux grâce au flash de l’appareil photo, un peu comme du morse. A chaque utilisation de la serrure, le code lumineux est modifié. Évidemment, il est toujours possible d’utiliser la serrure de façon manuelle, à l’aide d’une clé. A l’avenir, notre technologie pourra être déployée afin de répondre à de multiples cas d’usage différents, aussi bien pour la sécurisation de sites sensibles que pour des espaces de coworking ou encore pour le secteur de l’hôtellerie.

  • Quelles sont les opportunités ou les freins identifiés par votre entreprise pour le développement de la Smart City ?

Fernando Chaves Pozo : Avec le développement de la Smart City, le risque de cybersécurité est vraiment fort. C’est pourquoi, nous sommes particulièrement attentifs à la certification de nos produits. Il y a de surcroît des normes internationales que nous respectons évidemment, tout comme les recommandations de l’Agence Nationale de Sécurité des Systèmes d’Information (ANSSI). Par ailleurs, nous tentons également de diffuser les bonnes pratiques auprès des utilisateurs de nos solutions.

Pascal Jardin : Il me semble qu’à présent toutes les technologies utiles aux Smart Grid ou aux Smart Cities sont disponibles. Nous avons tous les éléments entre nos mains pour réussir ce challenge. Pour autant, la véritable difficulté de ces projets, me semble-t-il, réside davantage au niveau de la gouvernance, qu’au niveau technologique. A ma connaissance, le projet du Grand Dijon est celui qui est le plus avancé en matière de Smart City. Au sein du consortium qui a remporté le chantier, beaucoup d’acteurs sont présent aux côtés d’OpenDataSoft, et il est parfois difficile de les faire d’interagir tous ensemble, tout en délimitant précisément le périmètre fonctionnel des différentes entités. A plus long terme, l’intelligence artificielle permettra sans doute d’améliorer les systèmes que nous mettons aujourd’hui en place.

Constance Becquart : En 2018, nous avons été primés au Consumer Electronic Show (CES) car notre produit apporte une réponse plutôt efficace pour réduire le risque informatique.  En effet, contrairement aux serrures connectées qui fonctionnent par Bluetooth, notre signal lumineux ne peut pas être intercepté. Toutefois, il me semble qu’il reste un véritable frein psychologique à lever, avant de pouvoir généraliser ce type de solutions. Lors de nos diverses présentations, nous rencontrons effectivement beaucoup de personnes qui s’interrogent sur la pertinence de partager des informations aussi privées que le code de sa porte d’entrée. Pourtant, on partage déjà sur internet, ou dans la vie réelle, de multiples données sensibles, sans que cela ne pose de problème particulier. C’est pourquoi, il nous semble que l’enjeu principal pour les années à venir va consister à sensibiliser la population sur ces enjeux…

Rédigé par : Schneider Electric / Havr / Opendatasoft

Schneider Electric / Havr / Opendatasoft
Entreprises de référence sur la question des Smart City.
jeu 3 Jan 2019
On l'annonçait depuis quelques années : le prix du stockage de l'électricité amorce sa descente. La baisse généralisée intervient alors que les batteries pour particuliers sont désormais disponibles à l'achat et que l'électricien EDF a lancé son plan Stockage Électrique.…
mer 8 Avr 2015
Pour réaliser des économies d’énergie dans son domicile, il est préférable de bien connaître ses habitudes de consommation : c’est ce que propose gratuitement EDF à travers son nouveau service « e.quilibre ». Il consiste, pour les clients qui le souhaitent, à recueillir…
jeu 31 Août 2017
S’il est bien difficile de s’en passer une fois la nuit tombée, les éclairages artificiels et la lumière des lampes électriques représentent aujourd'hui un coût énergétique moyen par foyer compris entre 325 et 450 kWh par an. Un poste élevé…
mar 5 Fév 2013
Le Superbowl, la finale du championnat de football américain qui se déroulait dimanche, a été marqué par une coupure d’électricité de 34 minutes. C’est la première fois dans l’histoire du Superbowl qu’un  match est interrompu par une coupure d’électricité. La…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.