Baromètre Observ’ER : les EnR progressent mais trop lentement

Baromètre Observ’ER : les EnR progressent mais trop lentement

enr barometre ademe fnccr

Le 9e baromètre Observ’ER, publié ce jeudi 10 janvier 2019, confirme la progression des énergies renouvelables dans le mix électrique français. Les EnR sont en retard sur les ambitions fixées pour 2023 et 2028. Les énergies renouvelables représentent 18,4 % de la production d’électricité en France. Sans surprise, l’hydroélectricité, le solaire et l’éolien sont beaucoup plus développés que la géothermie et la méthanisation.

Des EnR en progression… 

L’Ademe, Observ’ER et la FNCCR ont publié le 9e baromètre des énergies renouvelables électriques. La puissance raccordée a augmenté de 2,4 gigawatts, pour atteindre 51 gigawatts de capacités installées fin 2018. «Il va falloir augmenter de façon conséquente le rythme d’installation » selon Raphaël Gerson, chef adjoint du service Réseaux et Energies renouvelables à l’Ademe. L’objectif fixé par la précédente Programmation pluriannuelle de l’énergie est donc complété à 97 %. Ce bon chiffre en cache d’autres encourageants comme ceux du chiffre d’affaires du secteur des EnR (15,7 milliards d’euros) et du nombre d’emplois directs (47 000).

Pour ce qui est des aspects moins positifs, Frédéric Tuille, responsable des études chez Observ’ER, annonce que « pour l’étape 2023, le contrat n’est rempli qu’à 69 % ». L’Hexagone souhaite disposer de 73 GW de capacités renouvelables installées en 2023 et jusqu’à 113 GW en 2028. Pour atteindre ces objectifs, il est donc impératif d’augmenter la vitesse de développement des EnR. L’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque doivent croître de 2 GW chacun tous les ans. En 2018, le premier n’a atteint que +1,6 MW. Fin septembre 2018, l’éolien terrestre avait une capacité totale d’environ 14,2 GW contre 8,7 GW pour le solaire photovoltaïque. L’hydroélectricité occupe la première marche des énergies renouvelables les plus développées avec une capacité de 25,8 GW.

…mais des difficultés persistantes

Le biogaz représente 450 MW de capacités installées (dont 40 MW de puissances nouvelles), la biomasse solide ne décolle pas avec près de 592 MW et « la géothermie est en phase de développement intéressante avec 40 à 50 MW en chantier » selon Frédéric Tuille. Il apparaît donc que les trois principales énergies renouvelables – hydroélectricité, éolien terrestre et solaire photovoltaïque – ont encore une avance énorme sur les autres sources d’énergie. Une avance qui tend même à se creuser avec un éolien terrestre et un solaire qui constituent pas moins de 95 % des nouvelles puissances installées.

Les choix politiques et techniques se dessinent au détriment de certaines énergies au fort potentiel comme l’éolien marin. La nouvelle Programmation pluriannuelle de l’énergie a des ambitions très limitées pour l’éolien marin avec des capacités de l’ordre de 2,4 GW en 2023 et 5,2 GW en 2028. Il est toutefois à noter que les pouvoirs publics s’attaquent aux problèmes que posent le millefeuille administratif et les nombreux recours qui rendent difficile le développement de projets marin. A ce titre, le « permis enveloppe » devrait changer la donne en réduisant de moitié le temps nécessaire à la mise en œuvre d’un parc offshore.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 10 Avr 2017
A la suite du projet Solar Impulse qui a vu un avion exclusivement alimenté à l'énergie solaire boucler le tour du monde, c'est au tour du transport maritime de faire preuve d'audace et d'innovation en matière énergétique. Le projet Energy…
mer 30 Nov 2016
Programmé tous les deux ans et axé sur les services à l'environnement (eau, déchets, pollution, énergie), le salon Pollutec a ouvert ses portes mardi 29 novembre à Lyon. Il rassemble cette année jusqu'au 2 décembre plus de 2.200 exposants, dont…
jeu 17 Août 2017
Mêlant à la fois détente, pédagogie et écologie, le tourisme industriel version hydroélectricité a le vent en poupe. Démocratisée lors des Journées de l'industrie électrique (organisées annuellement par EDF depuis plus de 10 ans maintenant) et reconduite à l'occasion des…
jeu 6 Juin 2013
La centrale Shams 1 ("shams" signifie soleil en arabe) a ouvert en mars 2013 aux Émirats Arabes Unis (EAU). Elle se situe dans une région désertique, à 120 km au sud-ouest de la capitale Abou Dhabi. Elle s’étend sur une…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.