Pourquoi fabrique-t-on des éoliennes de plus en plus grandes ?

Pourquoi fabrique-t-on des éoliennes de plus en plus grandes ?

éoliennes General Electric

Les plus hautes éoliennes de France ont été inaugurées fin septembre 2018 dans le Jura. Les quatre géantes reposent sur des mats de 135 mètres et culminent à 193 mètres en bout de pales. Sur ce site où les vents près du sol ne sont pas très intéressants pour l’exploitation énergétique, seules des éoliennes de très grande taille permettent d’atteindre les vents plus forts et réguliers qui soufflent en hauteur. L’implantation d’éoliennes aussi grandes n’est plus exceptionnelle, les fabricants cherchant à exploiter au mieux le potentiel d’une énergie renouvelable qui a fait ses preuves.

De plus en plus d’éoliennes “géantes”

Le projet mis en oeuvre à Chamole dans le Jura n’est pas un cas isolé. En 2017, l’exploitant Volskwind avait inauguré un parc éolien dans le Cher dont les aérogénérateurs Vestas culminent à 193 mètres en bout de pales. En Champagne-Ardenne, le futur parc du Mont des Quatre Faux devrait prochainement lui aussi accueillir des éoliennes « format XXL ».

La France ne fait pas exception en la matière. Les plus grandes éoliennes terrestres se trouvent chez le voisin allemand. Le parc de Gaildorf, inauguré en 2017, est composé de quatre éoliennes dont la plus petite mesure quand même 155 mètres de hauteur. A ses côtés, perchée sur un réservoir d’eau, se trouve la plus haute éolienne terrestre du monde, avec une hauteur de 246,50 mètres en bout de pales.

Le principal intérêt de ces éoliennes géantes est de pouvoir exploiter l’énergie du vent même dans des régions où les gisements éoliens sont relativement faibles. En effet, la puissance moyenne des vents n’est pas le seul critère retenu pour implanter une éolienne. La constance des vents est un facteur très important, et de très grandes éoliennes permettent d’atteindre une zone où les vents sont plus réguliers et moins sujets aux turbulences que près du sol. Le fabricant de la plus haute éolienne terrestre du monde, Max Bögl Wind, estime que le rendement annuel moyen d’une éolienne augmente de 0,5 à 1% pour chaque mètre supplémentaire gagné en hauteur.

Des éoliennes encore plus puissantes pour le offshore

Un autre facteur jouant en faveur des éoliennes de très grande taille est leur envergure. Plus le diamètre des pales est grand, plus la capacité de production de la turbine sera importante. L’Haliade-X, qui sera la plus grande et puissante éolienne offshore, possèdera des pales de 107 mètres de long qui couvriront 17.000 mètres carrés en mouvement.

D’une puissance unitaire de 12 MW, l’Haliade-X sera produite dans les usines françaises de Cherbourg et de Saint-Nazaire. Selon son fabricant General Electric, chacune de ces géantes atteignant 260 mètres en bout de pales sera en mesure de répondre aux besoins en électricité de 16.000 foyers. L’Haliade-X permettra de produire 45% d’énergie en plus que les modèles actuels.

L’enjeu pour les fabricants d’éoliennes offshore est donc d’être capable de concevoir et d’installer à un coût acceptable de grandes machines capables de résister à des vents puissants mais aussi à la corrosion et à l’environnement  marin (courant, vagues…). En dépit de ses contraintes supplémentaires par rapport au milieu terrestre, produire de l’énergie éolienne au large des côtes présente des avantages évidents. En effet, les vents sont plus puissants et réguliers en mer, où ils soufflent sur une surface quasiment plane.

Crédits photo : OimHeidi

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 19 Mai 2016
La ministre de l'Environnement, de l'Énergie et de la Mer s'est rendue vendredi 13 mai dernier à Brest pour inaugurer la seconde hydrolienne d'EDF et DCNS. Une « nouvelle étape », selon Ségolène Royal, alors que la France compte jouer un rôle…
lun 31 Juil 2017
Saisie par des associations anti-éoliennes, la Cour administrative d'appel de Nantes a rejeté vendredi 28 juillet 2017, le dernier recours visant à faire annuler l'autorisation d'exploiter un parc de 80 éoliennes offshore au large de Saint-Nazaire, en Loire-Atlantique. La juridiction…
mar 17 Mai 2016
Selon une étude du Laboratoire de Physique et Chimie des Nano-objets (LPCNO) de Toulouse, un nouveau procédé de catalyse à base de nanoparticules chauffées par induction magnétique permettrait de transformer de l’électricité en méthane, un gaz logiquement plus facile à…
mar 8 Jan 2013
La Ministre de l’Energie et du Développement Durable Delphine Batho vient d’annoncer les « mesures d’urgence » visant à soutenir la filière photovoltaïque qui souffre de la concurrence étrangère, et notamment chinoise (selon l’Ademe la filière photovoltaïque ne compte plus que 18.000…

COMMENTAIRES

  • Toute cette technologie pour finalement acheter cette électricité 150 € le MWh (pour un prix de gros de 35 à 45 €/MWh) et 20 milliards de subventions. Quel gâchis sur le dos des consommateurs et des contribuables ! Concernant les emplois créés, parlons plutôt d’emplois largement subventionnés.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.