Le Japon investit dans le projet du plus grand parc éolien offshore d’Europe

Le Japon investit dans le projet du plus grand parc éolien offshore d’Europe

eolien-offshore-europe-japon

Si le désistement de son coactionnaire (le norvégien Statkraft) a un temps fait croire à son abandon, le projet britannique de parc éolien offshore Triton Knoll devrait finalement se concrétiser. Le porteur du projet, l’Allemand Innogy, a annoncé lundi 13 août 2018 avoir cédé deux parts de 25% et 16% aux groupes nippons Electric Power Development et Kansai Electric Power, pour un montant total approchant les 900 millions de dollars.

Annoncé comme le plus grand parc éolien marin d’Europe, le projet Triton Knoll sera situé en mer du Nord, et doté d’une capacité totale de 860 mégawatts (MW) fournie par 90 éoliennes. Il devrait entrer en opération commerciale dès 2021 et bénéficiera alors du mécanisme d’aide d’Etat « Contract for Difference (CfD) » mis en place par le gouvernement britannique pour soutenir le développement des énergies décarbonées.

Renforcer l’expertise japonaise dans l’éolien offshore

Propriétaire à 100% depuis le retrait de Statkraft, Innogy Renewable UK sera désormais accompagné dans ce projet par le groupe basé à Tokyo, Electric Power Development, plus connu sous le nom J-Power, et la société de la région d’Osaka, Kansai Electric Power, qui viennent d’acquérir respectivement 25% et 16% de l’entreprise créée, et participeront au financement des quelques 2 milliards de livres (2,3 milliards d’euros) d’investissements nécessaires. Cette opération, rendue public lundi 13 août, permet au groupe énergétique allemand d’assurer l’avenir du projet, un temps menacé par l’abandon de son coactionnaire norvégien.

De leur côté, les groupes japonais espèrent acquérir un savoir-faire qui leur fait défaut jusqu’à présent malgré un potentiel éolien offshore parmi les plus élevés au monde. Le Japon s’est concentré sur le développement de l’énergie photovoltaïque suite à l’accident nucléaire de Fukushima de mars 2011, mais commence peu à peu à s’intéresser à la technologie éolien offshore pour laquelle il nourrit de grandes ambitions (plus de 4000 MW de capacité seraient en projet selon le quotidien Nikkei). Les entreprises nippones ont donc beaucoup à apprendre en la matière de l’Europe, où est concentrée « 90% de la capacité éolienne offshore du monde », explique J-Power.

Crédits photo : Gemini

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 19 Oct 2017
Transformer les milliers de kilomètres de route qui jalonnent le territoire français en autant de centrales de production de chaleur, c'est l'ambition de la société Eurovia, filiale du groupe Vinci, qui teste depuis le mois de juillet 2017 sa technologie…
mer 31 Août 2016
Le 1er septembre, une éclipse va occasionner une forte baisse de la production photovoltaïque sur l’île de la Réunion. Malgré le risque de déséquilibre sur le réseau, l’exploitant EDF assure être en mesure de garantir la sécurité d’approvisionnement. (suite…)
lun 19 Sep 2016
D'après les chercheurs du CNRS Daniel Lincot et Pere Roca i Cabarrocas, l’ouverture de l’Institut Photovoltaïque d’Ile-de-France (IPVF) va grandement contribuer à la transition énergétique au cours de la prochaine décennie. (suite…)
jeu 27 Mar 2014
Le chantier de la future usine de méthanisation Méthalandes a débuté récemment dans la commune d’Hagetmau dans les Landes. Conçue pour être la plus grande unité de méthanisation du territoire français, cette installation aura pour mission de produire de l’énergie…

COMMENTAIRES

  • Les japonais ont vu juste et les scientifiques confirment !

    Des chercheurs d’Irlande, de Suisse et du Royaume-Uni ont montré comment les régimes climatiques à long terme influent sur les technologies d’énergie éolienne et solaire renouvelable dans toute l’Europe.

    En se basant sur 30 ans de données météorologiques, les scientifiques ont examiné et modélisé l’impact des énergies renouvelables sur le secteur de l’électricité jusqu’en 2030. Les travaux suggèrent qu’en dépit de la nature imprévisible de l’énergie éolienne et solaire, le système électrique européen peut produire confortablement au moins 35 % de son électricité en utilisant ces seules énergies renouvelables sans impact majeur sur les prix ou la stabilité du système.

    Les scientifiques estiment que leurs modèles et leurs données pourraient être utilisés afin de décrire une variété de scénarios possibles pour aider les décideurs à mieux comprendre la fiabilité et l’impact de l’énergie renouvelable, y compris les impacts d’un passage à des systèmes d’électricité 100 % renouvelable.

    En rendant leurs modèles et leurs données accessibles à tous, les chercheurs espèrent également que les travaux futurs démontreront une plus grande sensibilisation à ces modèles météorologiques à long terme afin de décrire avec précision un monde plus dépendant de l’énergie renouvelable.

    https://www.sciencedaily.com/releases/2018/07/180726161255.htm

    .

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.