Comment les îles Samoa vont devenir autonomes grâce à Tesla

Comment les îles Samoa vont devenir autonomes grâce à Tesla

samoa-iles-transition-energetique

Comme tant d’autres îles, les Samoa recherchent activement des solutions pour atteindre enfin leur indépendance énergétique et faire diminuer leur facture pour la production d’électricité. Mais dans un archipel où les contraintes sont nombreuses et où le réseau électrique est réputé pour ne pas être très fiable, la transition énergétique représente un défi d’envergure. Pour le relever, les îles Samoa ont décidé de faire appel à l’expertise de l’entreprise Tesla, qui s’impose un peu plus comme l’acteur incontournable pour les projets énergétiques de grande envergure.

Les îles Samoa veulent 100% d’énergie verte

Pour les îles Samoa, la transition énergétique ne requiert pas seulement un aménagement des infrastructures énergétiques de l’archipel : il s’agit plutôt d’une refonte en profondeur qui implique un grand écart en matière de système de production et de mise en oeuvre du réseau électrique. Il y a encore peu, les îles étaient alimentées en énergie grâce à des générateurs qui fonctionnaient au diesel. Un système peu fiable, qui entraînait de nombreuses coupures électriques, mais qui se révélait également cher et très polluant. Il fallait alors compter pas moins de 95 millions de litres de diesel pour couvrir une année entière de besoins électriques. Or l’achat de diesel pesait cher sur la facture des îles Samoa et impliquait une trop grande dépendance vis-à-vis des importations de carburants.

Pour mettre fin à cette situation énergétique précaire, les îles Samoa ont décidé d’entamer une véritable révolution énergétique pour atteindre un objectif : 100% d’électricité verte distribuée grâce à un réseau smart grid qui offre plus de fiabilité.

Un nouveau modèle énergétique fondé sur les renouvelables

Pour réussir cette ambitieuse transition énergétique, les îles Samoa n’ont pas hésité à investir dans les énergies renouvelables… d’autant que la géographie de l’archipel offre de nombreuses possibilités. Pour plus de sécurité, la décision a été prise de développer plusieurs sources de production, en pariant sur la complémentarité des filières énergétiques. L’archipel s’est ainsi doté d’une centrale hydraulique ainsi que d’un parc d’éoliennes. Par ailleurs, il a déployé cinq centrales photovoltaïques. En 2016, une première centrale photovoltaïque a été inaugurée sur l’île de Ta’ù : les 5 238 panneaux solaires suffisent à couvrir tous les besoins des 800 habitants de l’île. Ce projet de grande envergure, qui avait été financé par l’Autorité de Développement Economique des Samoa américaines, a servi d’exemple et ouvert la voie à une stratégie énergétique exclusivement basée sur le développement des énergies renouvelables. Et maintenant, les îles Samoa comptent bien déployer cette même solution sur l’ensemble de l’archipel.

Tesla s’impose comme l’expert du stockage à grande échelle

Pour relever ce défi, les îles Samoa ne sont pas seules : elles peuvent compter sur l’expertise de Tesla. C’est l’entreprise américaine qui avait réalisé la ferme solaire de Ta’ù. En complément des panneaux solaires, Tesla a pensé un modèle de gestion de l’énergie qui repose sur le déploiement de 60 de ses batteries PowerPack. Il faut compter sept heures environ pour que les batteries atteignent la pleine charge ; elles offrent ensuite trois jours d’autonomie électrique à la petite île.

Pour étendre cette logique d’énergie verte, les îles Samoa ont passé un accord avec Tesla, afin que l’entreprise mette au point un réseau global capable d’intégrer toutes les sources de production d’électricité (solaire, éolien et hydraulique), les deux espaces de stockage et le réseau d’approvisionnement électrique. La solution proposée par Tesla repose sur une smart grid qui permet d’automatiser la gestion du réseau ; elle a été déployée fin juin 2018 et est actuellement en phase de test. La production des différentes centrales et la charge des batteries sont pilotées par un logiciel qui permet d’anticiper tout écart dans la production d’énergie, notamment en cas d’absence de vent ou de soleil. Les batteries prennent le relais afin d’éviter toute panne sur le réseau. A titre de sécurité, le réseau électrique est aussi raccordé à un générateur qui peut être mis en service en cas de black-out des installations renouvelables. Après un peu plus d’un mois de fonctionnement, le nouveau système remplit son office : non seulement l’approvisionnement électrique n’a rencontré aucun problème, mais il n’a pas eu recours une seule fois au générateur diesel pour combler un manque de production.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 16 Mar 2017
A la fin du mois de février 2017, la France a officialisé la création de son 3ème club dédié aux EnR. Ce dernier s’inscrit dans le cadre d’un partenariat stratégique avec l’Indonésie. Son lancement a eu lieu au moment de…
ven 19 Jan 2018
L'Europe peut-elle être la championne des énergies renouvelables ? Invité à s'exprimer sur la révision de la législation communautaire en faveur de la transition énergétique (décidée par la Commission européenne en novembre 2016), le Parlement européen s’est positionné mercredi 17…
mer 26 Juin 2013
Le stockage de l’énergie éolienne est un enjeu majeur pour le développement de cette source d’électricité. Le célèbre Institut de Technologie du Massachusetts (le MIT, aux Etats-Unis) travaille actuellement sur un projet de stockage innovant à destination des éoliennes flottantes.…
mar 28 Juin 2016
Attendue depuis de longs mois, la Programmation Pluriannuelle de l’Energie se précise, alors que le Conseil national de la transition écologique (CNTE) a reçu de nouveaux documents, le 27 juin dernier, de la part du gouvernement, décryptés par le Journal de…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.