L'UE affiche un objectif d'efficacité énergétique de 32,5% d'ici 2030

L’UE affiche un objectif d’efficacité énergétique de 32,5% d’ici 2030

efficacite-energetique-union-europeenne-renouvelables

Travaillant conjointement sur la révision de la législation communautaire en faveur de la transition énergétique entreprise par la Commission européenne, les négociateurs du Parlement européen et du Conseil européen ont finalement trouvé, mercredi 20 juin 2018, un accord relatif au troisième volet du paquet « Energie Propre ». Ces deux institutions, favorables à un renforcement des objectifs établis précédemment par l’UE, ont voté pour un objectif d’efficacité énergétique de 32,5% d’ici 2030, par rapport au niveau de 1990.

Les négociateurs du Parlement européen et du Conseil européen sont tombés d’accord mercredi 20 juin 2018, sur un nouvel objectif d’efficacité énergétique de 32,5% d’ici 2030, compris dans le paquet « Energie propre » proposé par la Commission européenne en novembre 2016. Cette nouvelle mesure doit permettre à l’UE de respecter les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris et de faire baisser ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030. L’UE ne disposait à l’heure actuelle que d’un objectif limité à l’horizon 2020 (20% d’économies d’énergie comparé aux estimations de consommation pour 2020) et renforce ainsi son action en faveur de la lutte contre le changement climatique.

Efficacité énergétique à 32,5 % : comment y arriver ?

« L’Europe est de loin le principal importateur d’énergie fossile dans le monde. Aujourd’hui nous mettons fin à cela. Cet accord est une impulsion majeure en faveur de l’indépendance énergétique de l’Europe », s’est félicité dans un communiqué le commissaire à l’Action pour le Climat Miguel Arias Canete. Ce nouvel objectif de 32,5% n’a toutefois pas convaincu les ONG, qui l’estiment insuffisant pour remplir les objectifs affichés à Paris, même si selon le Bureau européen des consommateurs (Beuc) l’accord est « globalement positif pour les consommateurs ».

Pour aider à la réalisation de cet objectif, l’UE a d’ores et déjà réformé sa législation sur la construction des bâtiments et les énergies renouvelables, et travaille actuellement sur une amélioration de l’efficacité énergétique des appareils électro-ménagers et chauffe-eaux. La nouvelle réglementation prévoit également de renforcer la sensibilisation et l’information des usagers sur leur consommation individuelle d’énergie, notamment pour les systèmes collectifs de chauffage, climatisation ou eau chaude.

Crédits photo : Parlement européen

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 3 Mar 2016
Les autorités britanniques continuent de faire confiance à EDF Energy Renewables pour développer leur potentiel éolien. A la fin février, l’ouverture de trois nouveaux sites a été officialisée, à Park Spring (8,5 MW), Burnhead Moss (26 MW) et Rhodders (12,3…
jeu 15 Mar 2018
Après avoir augmenté de façon constante ces dernières années, le nombre d'interventions pour impayés a baissé de 10% en 2017 par rapport à 2016, selon les données publiées mardi 13 mars 2018 par le médiateur national de l'énergie. Une bonne…
mar 8 Août 2017
Le président angolais José Eduardo dos Santos, qui doit quitter ses fonctions d'ici la fin du mois, a inauguré vendredi 4 août 2017 à Lauca, dans l’ouest du pays, le plus grand barrage hydroélectrique d’Angola. Cette installation qui comptera à…
jeu 24 Jan 2013
Le rendement des cellules solaires à couche mince vient d’atteindre un nouveau record. Les chercheurs de l’Empa (laboratoire fédéral suisse d’essai des matériaux et de recherche) affirment avoir atteint un taux de conversion de 20,4% pour des cellules solaires de…

COMMENTAIRES

  • Les 2 secteurs à la traîne : bâtiment et mobilité

    Parmi les méthodes rapides et efficaces :

    – Le solaire hybride devrait être obligatoire en neuf et rénovation vus ses apports très importants (environ 70% de l’eau chaude, souvent plus de 50% du chauffage, majeure part de l’électricité
    dont la mobilité)

    – Et tout comme des programmes comme EnergieSprong de rénovation énergétique et isolation, des programmes coordonnés d’installation de pompes à chaleur dont bi ou tri-sources quand c’est plus pertinent pour les bâtiments et quartiers (sol, air, solaire)

    Ce type d’approche permet d’avoir des résultats massifs et d’optimiser les coûts et savoir-faire.

    Si l’on reste dans le ponctuel on n’y arrivera pas comme les tendances le montrent, mais c’est sans doute le but pour préserver les rentes de certaines entreprises en place.

    On constate que les vendeurs de voitures évitent de proposer les véhicules électriques au profit des véhicules thermiques.

    Pour autant dans la mobilité favoriser des véhicules électriques encore trop lourds et pas assez aérodynamiques n’a pas de sens alors que de nombreux véhicules électro-solaires optimisés ont démontré que l’on pouvait réaliser des véhicules 4/5 places électro-solaires avec une large autonomie de jour comme de nuit et seulement 60 kg de batterie et beaucoup moins de bornes de recharge à financer mais en plus apport à l’habitat comme au réseau.

    Idem pour la place des petits véhicules hybrides entre vélo et voiture où il y a pédalier + solaire + électrique et grande sécurité avec des autonomie souvent de plus de 100 km pour 2 places et qui correspondent à une majorité de déplacements. En plus çà a des effets bénéfiques sur la santé, l’exercice, çà ne pollue pas et prend 4 fois moins de place qu’une voiture !

    Et si une part importante de ces véhicules électro-solaires sont en autopartage, l’efficacité énergétique est très rapidement maximale (mais les ventes de véhicules thermiques et de pétrole s’effondrent !)

    – Exemple en véhicules électro-solaires : Lightyear One

    – et en petits véhicules hybrides la liste est longue mais par exemple Veemo qui est aussi proposé en autopartage au Canada :

    https://www.velometro.com/veemo/

    .

    Répondre
  • @ Dan : c’est sûr que pour ce qui est de réfléchir et de proposer des solutions efficaces, avec vous nous avons un champion toutes catégories lol !

    Puisque vous n’avez pas remarqué, je faisais allusion à la zone européenne, sujet de l’article plus haut et sans évidemment évoquer l’ensemble de solutions puisque le sujet est vaste, mais des choses vraiment très simples et rapidement efficaces..

    Vous avez mal compris le paramètre de Jevons que vous ressortez à toutes les sauces et qui ne s’applique pas dans les thèmes que j’évoquais, si vous réfléchissiez un minimum avant d’écrire comme trop souvent des âneries.

    Enfin vous voulez que l’on se situe au plan mondial mais ne citez que le cas bien connu de la Chine qui traite les problèmes soulignés.

    Et pour ce qui est de la Chine vous auriez dû mieux lire votre lien qui précise notamment :

    “Une analyse plus fine des résultats montre que le taux de substitution s’élève lorsque la part des renouvelables dépasse 10 % dans un réseau électrique donné”

    De même les problèmes sont liés non aux renouvelables mais à :

    Quelques facteurs techniques locaux auxquels des solutions sont trouvées , mais surtout (je cite) “à des facteurs pratiques, économiques et politiques”.

    Vous m’avez dit avoir aisément réussi à baisser la consommation d’énergie chez vous :

    – Etait-ce donc si impossible que celà ou bien avez vous “rêvé” ?

    – Est-ce que vous êtes pour autant impacté par le paramètre de Jevons ?

    – Pourquoi ce qu’il est possible de faire chez vous ne l’est pas à l’échelle européenne ou mondiale ?

    On sait très bien pourquoi les choses n’avancent pas assez par exemple en efficacité énergétique, ç a fait ‘lobjet d’études et la cause est principalement le BAU (business as usual) qui est en cause.

    Vous devriez savoir qu’il existe énormément de solutions très efficaces rapidement dans tous les domaines mais qu’il y a toujours en face un lobbying forcené pour ne pas réduire les consommations polluantes et les substituer à d’autres.

    Pour ce qui est du C02 vous devriez également savoir que le nucléaire seul que vous préconisez n’y suffirait pas et qu’en aidant à régler une partie d’un problème de centaines d’années (le CO2) il en crée de bien plus risqués pour des centaines de milliers d’année (la quantité de déchets à haut risques qui vont se multplier), en plus de tous ses sinconvénients “nets” et risques élevés. La belle affaire.

    Surtout que les technologies renouvelables n’arrétent pas de progresser et d’apporter plein de solutions.

    Répondre
  • Je crois que vous n’avez pas bien compris ce paradoxe. L’effet rebond de l’efficacité énergétique peut ou non, selon l’individu conscient ou non de ce phénomène, se concrétiser par une consommation de biens ou de services engendrant une nouvelle consommation d’énergie neutralisant, partiellement ou totalement, l’économie réalisée au départ.

    Pour ma part, je prends soin de ne pas compenser les grosses économies que je peux réaliser dans mon mode de vie par des voyages lointains en avion ou en véhicule à moteur thermique, ou par l’achat de biens de consommation hight tech, gros consommateurs d’énergie fossile à l’autre bout du monde. http://lecentiemesinge.blog.lemonde.fr/2015/06/19/le-paradoxe-de-jevons/

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.