Concessions hydrauliques : EDF plaide pour une ouverture "équitable"

Concessions hydrauliques : EDF plaide pour une ouverture à la concurrence “équitable”

concessions-hydrauliques-EDF

Toujours en cours de négociations entre l’Etat français et Bruxelles, les conditions d’ouverture à la concurrence des concessions hydrauliques françaises continuent de faire polémique. Après les salariés et les élus locaux, qui n’ont eu de cesse de manifester leur désaccord ces derniers mois, le groupe EDF s’est lui aussi exprimé sur le sujet, par le biais de son directeur de l’hydraulique Yves Giraud. Interrogé par la presse vendredi 15 juin 2017, ce dernier a plaidé pour une ouverture à la concurrence « équitable » qui tienne compte des missions de service public rendues par EDF autour des usages de l’eau.

Mise en demeure par la Commission européenne d’ouvrir à la concurrence ses barrages, aujourd’hui essentiellement concédés par l’Etat à EDF et à Engie, via ses participations dans la Compagnie nationale du Rhône (CNR) et la Société hydroélectrique du Midi (Shem), le gouvernement négocie depuis plusieurs mois avec la Commission européenne pour obtenir les conditions les plus favorables et garantir ainsi la pérennité de la filière hydroélectrique française. Plusieurs demandes, jugées déterminantes, ont été réitérées par Nicolas Hulot, auprès de l’UE en début d’année, comme le regroupement des concessions « indispensable à la cohérence des vallées », « le refus de toute exclusion d’EDF du processus de mise en concurrence », ou encore « une mise en concurrence limitée aux concessions échues ».

Les “spécificités de l’hydraulique” et le multi-usage de l’eau

Autant d’efforts salués par le groupe EDF qui s’inquiète de son côté des conditions de mise en œuvre de cette ouverture à la concurrence, et réclame un processus juste et équitable . « Cette mise en concurrence, qui serait la première mise en concurrence de barrages existant en Europe et dans le monde, nous demandons à ce qu’elle soit équitable. EDF souhaite pouvoir candidater au renouvellement de l’ensemble de ses concessions et pouvoir les gagner le cas échéant », a déclaré à des journalistes Yves Giraud, directeur de l’hydraulique chez EDF. Le groupe français, qui participe via sa gestion des barrages à la préservation des quantités et de la qualité des ressources utilisées, souhaite également que soient prises en compte « les spécificités de l’hydraulique ». « Parce qu’un barrage, ça n’est pas seulement de la production d’électricité, c’est la sûreté du barrage, la gestion des crues, la gestion de l’eau et (…) l’aménagement du territoire », poursuit Yves Giraud.

En favorisant une exploitation raisonnée et partagée des lacs, des cours d’eau et des rivières, les exploitants hydrauliques participent en effet au dynamisme du tissu économique régional et à l’animation touristique des territoires. Ce multi-usage de l’eau est particulièrement visible en France où le groupe EDF travaille depuis plusieurs années déjà avec les acteurs locaux au partage et au bon usage des ressources. Gérant plus de 75% des eaux de surface en France métropolitaine, il stocke plus de 7,5 milliards de m3 d’eau dans ses barrages, dédiés dans un premier temps à l’alimentation des centrales hydrauliques, mais également au refroidissement des centrales thermiques ou nucléaires. Outre l’aspect énergétique, ces ressources sont aussi partagées et redistribuées pour l’eau potable des villes, la protection des écosystèmes aquatiques, l’irrigation des terres agricoles ou la pratique des sports d’eau vive lors des saisons touristiques.

Crédits photo : EDF Pays de Savoie

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 11 Avr 2014
Les énergies marines renouvelables ne permettent pas encore de produire de l’électricité en France, mais elles y sont promises à un bel avenir. Les côtes françaises offrent un potentiel très intéressant pour l’éolien offshore et l’hydrolien, les deux filières les…
mer 11 Sep 2019
Le 12 septembre 2019, l'Irlande accueillera la onzième édition du forum citoyen de l'énergie. Un rendez-vous démocratique, au moment où la transition énergétique peine encore à se concrétiser dans de nombreux pays. La finance verte semble être un levier crucial,…
lun 17 Nov 2014
C'est à Dunkerque, commune du nord de la France idéalement située aux abords de la mer du Nord, que se dessine un des projets d'une filière naissance, celle de l'éolien offshore français. Le chaudronnier CMP Dunkerque, spécialiste de la soudure haute technicité,…
lun 17 Fév 2014
C’est à Bouguenais, dans le pays nantais, qu’EDF Energies Nouvelles  a décidé d’implanter la base qui lui permettra de superviser ses chantiers de parcs éoliens offshore menés en France.   Cette base, où seront employées de 50 à 60 personnes,…

COMMENTAIRES

  • IL est assez paradoxal (mais finalement rassurant) que le ministre Hulot appuie les positions d’EDF sur l’hydraulique. Il est par contre inquiétant que la mouvance “bien-pensante” qui dénonce les dangers des énergies classiques ne s’alarme pas du danger que peut faire naître une exploitation hydraulique fragmentée entre des sociétés dont certaines n’ont jamais apporté la preuve de leur compétence et guidées uniquement par le profit à court terme.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.