Fin des tarifs réglementés du gaz : le médiateur demande un calendrier précis

Fin des tarifs réglementés du gaz : le médiateur demande un calendrier précis

tarifs-reglementes-gaz-mediateur-energie

Alors que les tarifs réglementés du gaz devraient une nouvelle fois augmenter de 2,1% au mois de juin (sur délibération du CRE), le médiateur national de l’énergie a appelé mardi 29 mai 2018 le gouvernement à préciser « rapidement » la manière et les délais dans lesquels il compte les supprimer. Le médiateur souhaite éviter de rencontrer des difficultés similaires à celles apparues lors de la disparition de ces tarifs pour les professionnels, en optimisant au maximum l’information des usagers.

Jean Gaubert, le Médiateur national de l’énergie, a toujours plaidé pour le maintien des tarifs réglementés du gaz qu‘il considère comme le meilleur moyen d’éviter une hausse des prix pour les consommateurs. A défaut d’avoir été suivi par le Conseil d’Etat, qui a ouvert la voie à la suppression de ce système de tarification dans une décision rendue le mercredi 19 juillet 2017, le médiateur insiste pour que cette transition vers une libéralisation totale du marché se fasse dans les meilleures conditions, et demande au gouvernement un calendrier précis.

« Il faut anticiper et informer »

En effet, bien que les autorités aient déjà évoqué une suppression définitive de ces tarifs à l’horizon 2023, rien n’a encore été acté à ce jour et les perspectives de voir une disposition sur le sujet ajoutée à la loi PACTE sur la croissance des entreprises (qui doit être présentée en conseil des ministres le 20 juin) sont aujourd’hui très incertaines. « Nous appelons le gouvernement à préciser sa position rapidement (…) Il faut anticiper et informer », a déclaré mardi 29 mai le médiateur national de l’énergie. Le médiateur craint notamment que les difficultés rencontrées en 2016 lors de la suppression de ces tarifs pour les professionnels ne se reproduisent. Le gouvernement avait dû mettre en place en urgence un mécanisme transitoire pour des milliers d’entre eux qui, faute d’information et de préparation, n’avaient pris aucune disposition pour trouver un nouveau fournisseur. Les particuliers « sont beaucoup moins informés » que les professionnels, poursuit M. Gaubert, s’appuyant ici sur de récentes études selon lesquelles 50% des usagers ne sauraient toujours pas qu’ils ont la possibilité de changer de fournisseur d’énergie.

Pour remédier à ce défaut d’information et aider les consommateurs à se préparer au changement, Jean Gaubert réclame la mise en œuvre d’une campagne de communication en amont de l’échéance, pour prévenir les particuliers concernés, et l’instauration d’un « indice de prix » du gaz, permettant aux usagers de voir rapidement « si l’offre qu’un fournisseur leur propose est raisonnable ou exagérée », une fois que les tarifs réglementés n’existeront plus.

Crédits photo : Steve pb

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
Pour le co-fondateur du Breakthrough Institute, Michael Shellenberger, la transition énergétique à l’échelle mondiale n’est pas à l’ordre du jour. En effet, il affirme que lors des dix dernières années, la part des énergies propres a diminué tandis que celle…
A l'occasion de la publication de son livre Mon journal du monde, le professeur à l'Université Paris Dauphine, Philippe Chalmin, spécialiste des matières premières, analyse le secteur de l'énergie pour le journal La Dépêche. Selon lui, alors que les énergies renouvelables ne…
lun 28 Nov 2016
Fort d'une production d'énergie d'origine renouvelable en pleine progression, le Canada intensifie ses efforts de lutte contre le réchauffement climatique et prévoit de réduire de 80% ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2050 par rapport à 2005. La ministre…
jeu 4 Mai 2017
Donald Trump poursuit son travail de "détricotage" de la politique énergétique engagée par son prédécesseur. Le président américain a affiché vendredi 28 avril 2017, sa volonté de favoriser l'exploration et l'exploitation offshore de pétrole et de gaz, en ordonnant par…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.