EDF veut réduire ses émissions de CO2 de 40% d’ici 2030

EDF veut réduire ses émissions de CO2 de 40% d’ici 2030

edf-emissions-co2-neutralite-carbone

Si les émissions mondiales de gaz carbonique dans le secteur de la production énergétique sont bel et bien reparties à la hausse en 2017 (après trois années de stagnation liée à l’utilisation croissante des énergies renouvelables et du gaz naturel au détriment du charbon), le groupe EDF peut se vanter de disposer d’un des mix électriques les moins carbonés à l’heure actuelle. L’énergéticien français a divisé par deux ses émissions de CO2 entre 1990 et 2016, et vise désormais un maximum d’émissions annuelles de 30 millions de tonnes en 2030, contre 51 millions de tonnes par an aujourd’hui, a annoncé mardi 15 mai 2018 le PDG du groupe, Jean-Bernard Lévy.

S’exprimant sur la stratégie du groupe EDF à l’occasion de l’assemblée générale des actionnaires à Paris, mardi 15 mai 2018, le Président d’EDF a détaillé ses nouvelles ambitions en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. L’énergéticien français table sur une réduction de 40% de ses émissions de CO2 à l’horizon 2030, dans le but d’atteindre 40g/Kwh, un niveau jamais atteint par « aucun grand électricien » à ce jour. « Pour être respecté, l’Accord de Paris et son objectif de limiter la hausse du réchauffement climatique à 2°C, nécessitent l’action des entreprises aux côtés des Etats. C’est le sens de l’engagement que nous prenons aujourd’hui. La réduction significative des émissions directes de CO2 du Groupe à l’horizon de 2030 conforte le leadership d’EDF dans la croissance bas carbone », a déclaré Jean-Bernard Lévy.

EDF vise un développement massif des énergies renouvelables

Pour y parvenir, le groupe compte sur la fermeture ou la reconversion de ses centrales au charbon et au fioul, et sur un développement accéléré des moyens de production renouvelables en complément de la production nucléaire et hydraulique. EDF a d’ores et déjà dévoilé depuis décembre deux plans de grande ampleur destinés au développement de l’énergie solaire et des capacités de stockage électrique. « Cet engagement ambitieux sera tenu grâce à la concrétisation de notre stratégie Cap 2030. Les lancements récents du Plan Solaire et du Plan Stockage Electrique d’EDF, démontrent la force avec laquelle le Groupe entend concrétiser cette vision d’une économie bas carbone », a poursuivi le PDG.

En tant que premier producteur français, le groupe EDF entend ainsi participer activement à l’objectif de neutralité carbone fixé pour 2050 et poursuivre ses efforts dans le sens d’une décarbonation complète de son parc de production. Rappelons que le groupe EDF permet d’ores et déjà à la France, grâce à sa production nucléaire, de présenter un bilan dans le secteur de l’énergie largement inférieur à la moyenne européenne. Le mix électrique français composé pour les deux tiers d’énergie nucléaire a permis ces dernières années de limiter les émissions de C02 à 35 grammes par Kilowattheure (KWh) contre 350 grammes par KWh pour la moyenne européenne. La France émet de ce fait seulement 5,6 tonnes de CO2 par habitant et par an contre 10 tonnes en Allemagne et 7,3 tonnes pour la moyenne européenne.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
lun 10 Fév 2014
Le CGSP (Commissariat général à la stratégie et à la prospective)  est revenu dans un récent rapport sur la crise de l'électricité dans l'Union Européenne. Trois éléments ont été souligné comme étant des limitations aux ambitions énergétiques de l'Union. Ces…
sam 8 Avr 2017
Réunis à Tel-Aviv lundi 3 avril 2017, les ministres de l'Energie israélien, italien, grec et chypriote ainsi que le commissaire européen pour l'action sur le climat et l'énergie, Miguel Arias Canete, ont réaffirmé leur ambition commune de mettre en place…
jeu 20 Avr 2017
Si la Maison Blanche n'a pas encore pris de décision officielle concernant l'adhésion des Etats-Unis à l'accord de Paris, la préférence du président Donald Trump et de ses partisans ne fait guère de doute. Interviewé vendredi 14 avril 2017 sur…
ven 18 Mai 2018
Troisième groupe français (après les groupes automobiles PSA et Renault) et premier pétrolier occidental à être revenu en Iran après la levée des sanctions en janvier 2016, le groupe Total pourrait finalement ne pas donner suite à l’accord signé avec…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.