Valorisation des déchets : le Français TIRU s’impose en Pologne

Valorisation des déchets : le Français TIRU s’impose en Pologne

tiru-pologne-valorisation-dechets

Le Français TIRU, filiale du groupe Dalkia (EDF) spécialisée dans la valorisation énergétique des déchets ménagers, a annoncé lundi 14 mai 2018, avoir remporté un premier gros contrat en Pologne, auprès de la ville de Gdansk dans le nord du pays. A la tête d’un consortium composé également des groupes Astaldi pour la partie génie civil et TME pour les équipements, la société hexagonale aura pour mission de construire une toute nouvelle unité de valorisation énergétique des déchets et d’en assurer l’exploitation pour les trois prochaines décennies.

Si le gouvernement conservateur de Mateusz Morawiecki, semble aujourd’hui peu enclin à renoncer au charbon pour sa production énergétique, certains territoires polonais entendent malgré tout respecter les exigences européennes en matière climatique et entament leur transition énergétique. C’est le cas notamment de la ville de Gdansk qui compte sur la valorisation énergétique de ses déchets pour produire de l’électricité et de la chaleur exploitable par le réseau local de chauffage urbain, et a choisi pour ce faire, le groupe TIRU. La commune a en effet attribué à la société française son premier gros contrat en Pologne relatif à la construction et à l’exploitation d’une unité de valorisation énergétique.

Avec TIRU, Dalkia complète son offre de solutions énergétiques en Pologne

« La ville de Gdansk a signé, le lundi 7 mai 2018, avec le groupement auquel TIRU participe, un contrat d’une durée de 29 ans pour la construction et l’exploitation d’une unité de valorisation énergétique des combustibles solides de récupération », a précisé la filiale de Dalkia (EDF) dans un communiqué. Prévue pour 2021, cette unité de valorisation affichera une capacité annuelle de 160.000 tonnes, et la chaleur issue de la combustion permettra de remplacer l’exploitation des énergies fossiles, dont une large part de charbon. Si les détails financiers de cette opération n’ont pas été précisés, ce type de prestation représente un investissement généralement compris entre 100 à 150 millions d’euros, et la société française pèse pour 80% du consortium, aux côtés des groupes Astaldi et TME, qui détiennent respectivement 10% chacun.

« L’économie circulaire est au cœur du métier de TIRU et nous sommes fiers de pouvoir accompagner la ville de Gdansk dans la valorisation des déchets. Avec ce contrat, TIRU vient compléter l’offre du groupe Dalkia en Pologne, déjà présent dans l’exploitation de réseaux de chaleur et dans l’efficacité énergétique des bâtiments », s’est félicité le Directeur Général de TIRU Pierre de Montlivault. Pour rappel, le groupe Dalkia qui possède 100% de TIRU depuis le rachat des 25% restants à Engie, est déjà très présent en Pologne. La filiale d’EDF spécialisée dans les Solutions énergétiques a multiplié les investissements depuis 2015 et possède d’ores et déjà le groupe ZEC Katowice, spécialisé dans la production et la distribution de chaleur, et la société Matex Controls, elle-même spécialisée dans la conception et la maintenance d’équipements de chaleur et de froid pour les bâtiments commerciaux ou industriels.

Crédits photo : Erwin Bauer

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
jeu 18 Jan 2018
Alors que les prix des carburants ont grimpé à la pompe en ce début d’année 2018, le gaz espère bien tirer son épingle du jeu et s’affirmer comme une option énergétique cruciale pour réussir la transition énergétique. Et tandis que…
ven 31 Mai 2019
Le gouvernement d'Afrique du Sud a annoncé, le 26 mai 2019, la mise en place d'une taxe carbone. Cette mesure vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans le pays. L'Afrique du Sud, considéré comme le…
ven 17 Nov 2017
Considérant la performance énergétique et environnementale, non pas comme un handicap, mais bien comme une opportunité de développement, l’Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) veut promouvoir les mesures d’efficacité énergétique au sein des entreprises françaises. L’Ademe…
ven 3 Fév 2017
En 2016, le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles a gagné énormément de terrain, au point d’inquiéter les entreprises pétrochimiques fragilisées financièrement. Né il y a seulement quelques années, ce mouvement mondial fait pression auprès des fonds d’investissement, des banques…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.