Besson : un "village en pleine transition énergétique"

Besson : un « village en pleine transition énergétique »

Besson-Allier

La transition énergétique est l’affaire de tous, y compris des petits villages. Ils sont de plus en plus nombreux, dans toute la France, à investir dans de nouvelles stratégies énergétiques, n’hésitant pas à inventer un nouveau modèle énergétique locavore. C’est le cas de Besson, un village modeste de l’Allier, qui a lancé une véritable révolution énergétique pour faire baisser son empreinte carbone tout en faisant des économies sur la facture d’énergie des bâtiments publics. Une initiative qui a séduit les habitants du village et servi d’impulsion à des démarches énergétiques menées cette fois par les particuliers eux-mêmes.

Besson et la transition énergétique

Contrairement aux grandes villes qui sont souvent très bien encadrées dans leurs projets de transition énergétique, les petites communes françaises situées en province ont souvent le sentiment d’être isolées. Pourtant, le dynamisme énergétique ne manque pas dans les campagnes françaises, et il est le plus souvent soutenu par quelques initiatives locales. A Besson, en plein coeur du département de l’Allier, la stratégie énergétique repose entièrement sur les épaules de l’équipe municipale, et plus particulièrement du maire, Frédéric Verdier. Heureusement pour les 744 habitants de Besson, monsieur le maire, chauffagiste de profession, s’intéresse de prêt aux énergies renouvelables. En 2016, lorsque la commune doit envisager les travaux de rénovation énergétique de la salle socio-culturelle, le maire en profite pour soulever la question du réseau de chauffage des bâtiments publics. A l’époque, ces bâtiments pourtant proches les uns des autres sont encore chauffés grâce à des chaudières à fioul ou à propane. Des installations anciennes, peu performantes, énergivores et donc très coûteuses pour les finances de la mairie.

Une chaufferie au bois alimentée par une filière locale

Pour mettre sur pied leur projet de rénovation énergétique groupée, les élus de Besson font appel au Syndicat De l’Energie de l’Allier (le SDE03), une structure à même de trouver des subventions pour ce type de projets locaux. En 2017, les travaux ont été lancés afin de regrouper les différents bâtiments publics de Besson au sein d’un même réseau de chaleur biomasse centralisé. Pour ce faire, il a fallu installer une nouvelle interconnexion, revoir l’isolation des bâtiments pour éviter la déperdition énergétique, et raccorder les bâtiments au nouveau réseau de chauffage. La chaufferie biomasse à plaquettes a été inaugurée en septembre 2017, et elle alimente désormais la salle des fêtes, la mairie, la caserne des pompiers, l’école, la cantine ainsi que deux logements de la commune.

Et pour alimenter cette chaudière biomasse, la mairie dispose d’un atout considérable : la filière bois implantée dans l’Allier. Avec 22% de son territoire couvert par la forêt, le département est l’un des plus dynamiques en matière de filière du bois. La Cuma Bourbonnaise de drainage, l’une des entreprises du département, s’est spécialisée dans la récupération des déchets verts des exploitations agricoles de la région. Elle récupère le bois pour le déchiqueter et ainsi le vendre comme matière première pour les chaudières à biomasse. C’est cette filière locale qui alimente le nouveau réseau de chauffage de Besson.
D’un point de vue financier, le village de Besson a opté pour l’accompagnement du SDE03 pour limiter le poids de l’investissement sur les comptes de la commune. Le SDE03 a pris à sa charge tous les coûts des travaux, et la mairie dispose de plusieurs années devant elle pour rembourser la somme.

Un projet de méthanisation pensé par les agriculteurs

Moins d’une année après l’inauguration de la chaufferie biomasse, Besson compte désormais investir dans l’énergie solaire. Le petit village envisage de construire un champ photovoltaïque à l’emplacement d’une ancienne carrière, qui servait dé décharge publique jusqu’à récemment. D’après une étude préliminaire commandée par la municipalité, les panneaux solaires installés sur le terrain pourraient couvrir les besoins électriques de tout le village.

Comble du succès, l’autre projet d’énergie renouvelable actuellement à l’étude n’a pas été lancé par l’équipe municipale… mais par les agriculteurs de la commune. Plusieurs exploitants se sont regroupés pour réfléchir à la mise en service d’une station de méthanisation en coopérative. Elle fonctionnerait grâce aux déchets agricoles des exploitations de la commune et permettrait de fabriquer un biogaz qui serait ensuite injecté dans le réseau de gaz de Besson. Là encore, le projet privé compte bien utiliser toutes les ressources locales pour inventer un nouveau modèle énergétique.

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mer 7 Jan 2015
C'est le 11 décembre dernier que s'est déroulé dans les locaux de la CCI des Hautes-Pyrénées, à Tarbes, la seconde édition de l'Hydromeeting. Cette journée de rencontres consacrée l’hydroélectricité a réuni plus de 200 professionnels de ce secteur énergétique pilier…
mar 24 Juin 2014
Cinq entreprises japonaises ont validé les conditions d'une collaboration dans le cadre d'un projet de développement d’une centrale solaire de 430 mégawatts. Situé sur Ukujima, une île au large des côtes de Nagasaki, au Japon, ce projet exceptionnel prévoit notamment…
lun 28 Nov 2016
Des chercheurs allemands et finlandais ont mis au point un réacteur solaire innovant valorisant le C02 ambiant en biocarburant de haute qualité. Baptisé "Soletair", ce projet inédit prend la forme d'une usine compacte conçue pour transformer l'énergie solaire et le dioxyde de carbone de l'air en carburant…
mar 20 Déc 2016
Selon une enquête réalisée par le cabinet de conseil Arabella Advisors pour l'association DivestInvest et publiée la semaine dernière, les investisseurs internationaux seraient aujourd'hui plus enclin à financer le développement des énergies vertes. Un nombre grandissant d'institutions financières tourneraient même…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *