Rénovation énergétique : quels sont les travaux les plus efficaces ?

Rénovation énergétique : quels sont les travaux les plus efficaces ?

isolation-murs-renovation-energetique

Vous souhaitez optimiser les performances énergétiques de votre logement afin de réduire votre facture d’énergie mais vous ne savez pas par où commencer ? Si votre budget est limité, il vous faudra choisir, analyser la consommation de votre bien et identifier alors quelles améliorations seront les plus efficaces. La majorité des Français se tournent en premier lieu vers le remplacement des fenêtres, mais les économies d’énergie les plus intéressantes ne sont pas toujours là où l’on pense. Explications.

Analyser la consommation d’énergie de votre logement

Que ce soit pour améliorer votre confort, réduire votre facture d’énergie ou valoriser votre bien avant revente, engager des travaux de rénovation énergétique n’est jamais chose aisée. Difficile en effet de savoir par où commencer et quels travaux seront les plus efficaces dans les limites de votre budget. Si de nombreux experts et prestataires sont prêts à vous conseiller, vous seul devez décider dans quel ordre vous devez procéder, et connaître les grands principes de la rénovation énergétique vous aidera à prendre la bonne décision. Avant toute chose, il est indispensable de faire le point sur la consommation de votre logement afin de mieux cibler ses points faibles et ses déperditions d’énergie. N’oubliez pas que chaque logement est un cas à part et que la qualité énergétique (comme le montant des travaux à prévoir) sera très différente d’une maison à l’autre en fonction des époques de construction, ou de l’état de conservation par exemple.

Même si votre maison est unique, les experts de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) ont créé des modèles permettant de vérifier où se situaient les déperditions de chaleur les plus importantes. « Si on pense spontanément aux fenêtres et aux ventilations, on pense moins aux ponts thermiques ou aux planchers bas », explique le journal de défense des consommateurs Que Choisir dans son édition spéciale de juin 2017. Pour rappel, les ponts thermiques sont des points de jonction où l’isolation n’est pas continue et qui provoquent des pertes de chaleur.

Renforcer l’isolation des toits, des murs et des planchers

L’isolation de la toiture est incontestablement la première étape à réaliser. En effet, l’air chaud, plus léger, s’élève naturellement et vient en grande partie se loger sous le toit. Les solutions à envisager dépendront alors du fait que vos combles sont aménagées ou pas, et vous aurez le choix dans ce cadre entre plusieurs alternatives : l’isolation par l’intérieur, posé ou en vrac, ou l’isolation par l’extérieur (cette solution est néanmoins beaucoup plus complexe à mettre en place et nécessitera l’intervention d’un couvreur). Les murs, ensuite, sont généralement responsables de 20% des déperditions de chaleur d’un logement. Il sera donc intéressant là aussi de renforcer leur isolation. Si vous devez choisir un mur à isoler en priorité pour des problèmes de coûts et de budget par exemple, notez que les murs sont plus ou moins froids en fonction de leur position, et qu’il sera préférable d’isoler ceux situés au nord ou exposés au vent dominant.

Les planchers enfin ne doivent pas être sous-estimés, les déperditions de chaleur par le sol peuvent également être conséquentes. Il est possible d’isoler un plancher par le bas, c’est-à-dire en fixant un isolant sur la face inférieure du plancher ou par le haut (isolant posé sur le plancher et recouvert d’un revêtement pour y circuler). Attention ici à vérifier la hauteur sous-plafond car vous perdrez logiquement quelques centimètres. Dans tous les cas, qu’il s’agisse du toit, des murs ou des planchers, n’oubliez pas : l’isolant doit toujours être continu. Aucun espace vide ne doit être négligé, sous peine de réduire l’intérêt de l’isolation par la création de ponts thermiques. De la même manière, sachez qu’un isolant mouillé perd toute son efficacité, et que les fuites en toiture ou toute autre entrée d’eau doivent être réparées rapidement.

Remplacer les fenêtres

Un tiers des logements français sont encore équipés de fenêtres à simple vitrage avec une déperdition thermique importante. Mais les fabricants ont réalisé des progrès considérables dans ce domaine. PVC, bois, aluminium ou même PVC habillé de bois ou d’aluminium sont possibles. S’il peut être parfois difficile de s’y retrouver et de choisir, sachez que la performance dépendra de la nature de la menuiserie, de l’efficacité du vitrage et de la qualité de la mise en œuvre de la fenêtre. Enfin, les fermetures (volets et persiennes) joueront également un rôle important pour réduire les déperditions, particulièrement la nuit, car elles apportent une résistance thermique additionnelle à la paroi vitrée.

Prévoir une ventilation suffisante

Dernier grand principe de la rénovation énergétique : la ventilation de votre logement est tout aussi fondamentale que son isolation. La vie quotidienne de plusieurs personnes dans un même logement crée un surplus d’humidité qui doit absolument être évacué au risque d’endommager les murs et les plafonds. Pour cela, il est indispensable de prévoir des entrées d’air dans les pièces principales et de placer des grilles hautes dans les pièces les plus sensibles à l’humidité (salle de bains, cuisine, toilettes). Des lames d’air sur les montants des fenêtres doivent également être prévues.

Si vous réaliser des travaux importants, profitez-en pour installer une ventilation mécanique contrôlée. Qui permet à l’air qui pénètre dans les pièces principales, de ressortir par les bouches d’extraction situées dans les pièces de services. Ces bouches sont reliées par un système de gaines à des extracteurs en toiture.

Crédits photo : Ak upsola

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 14 Fév 2017
Si l'Union européenne souhaite atteindre les objectifs fixés dans le cadre des Accords de Paris en termes de réduction des émissions de gaz à effet de serre, elle devra avant tout fermer l'ensemble des centrales électriques au charbon encore en…
mer 17 Juin 2015
Si la production d'électricité représente à l'heure actuelle plus de 25% des émissions de gaz à effet de serre à l'échelle mondiale, les différentes sources de production d'électricité disponibles de nos jours sont loin d'être équivalentes en matière d'émissions de…
lun 2 Juin 2014
La nouvelle centrale électrique de Lucciana située en Haute-Corse et financée par le groupe EDF à hauteur de 400 millions d’euros, est entrée en phase d’activité. Si ce chantier avait suscité de nombreuses interrogations quant à la pertinence d’installations basées…
mar 1 Août 2017
Fragilisées depuis la crise de Crimée en 2014, les relations commerciales entre l'Ukraine et la Russie sont aujourd'hui réduites au stricte de minimum, et pourraient bien disparaître totalement avec l’entrée en jeu des Etats-Unis. L'Ukraine a en effet signé un…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.