Tarifs réglementés du gaz : nouvelle baisse de 1,1% au mois d’avril 2018

Tarifs réglementés du gaz : nouvelle baisse de 1,1% au mois d’avril 2018

tarifs_reglementes_gaz_evolution

En attendant leur suppression progressive prévue par le gouvernement à l’horizon 2023 (pour les particuliers ayant déjà souscrit), les tarifs réglementés du gaz continuent d’être révisés mensuellement par le gendarme de l’énergie afin de suivre au plus près l’évolution des coûts d’approvisionnement du fournisseur Engie. Ils devraient dans ce cadre subir une nouvelle baisse de 1,1% le 1er avril 2018 compte tenu de la contraction des indices mensuels du prix du gaz sur le marché de gros pour le mois d’avril par rapport au mois de mars 2018.

Après une première baisse significative (depuis presque six mois) de 3% en mars, les consommateurs devraient voir leur facture de gaz diminuer une nouvelle fois au mois d’avril. Les tarifs réglementés de vente hors taxes, appliqués par Engie à environ 5,8 millions d’usagers en France, devraient en effet légèrement diminuer de 1,1% en moyenne au 1er avril par rapport au barème en vigueur en mars 2018, a-t-on appris dans une délibération de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publiée mardi 27 mars au Journal Officiel.

Des tarifs réglementés du gaz en baisse de 14,7% depuis 2015

Cette nouvelle baisse contrebalance la forte hausse du mois de janvier dernier (+6,9%) et porte la diminution totale de ces tarifs à plus de 14,7% depuis le 1er janvier 2015, reflétant au mieux le recul des cours, précise la CRE. Dans le détail, cette diminution sera de 0,4% pour ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 0,7% pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude et de 1,2% pour les foyers qui se chauffent au gaz.

Pour rappel, depuis l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, les 10,6 millions de consommateurs français abonnés au gaz ont le choix entre les tarifs réglementés de l’ancien monopole, et les prix de marché, proposés tant par Engie que par ses concurrents (EDF, Direct Energie, Eni, Lampiris, etc). Les tarifs réglementés du gaz n’incluent pas les diverses taxes, mais comprennent les coûts d’approvisionnement d’Engie, et sont révisés mensuellement par le collège de la Commission de régulation de l’énergie, selon une formule qui prend en compte notamment les prix du gaz sur le marché de gros et le cours du baril de pétrole. Ils devraient être supprimés progressivement d’ici 2023 en application d’une décision du Conseil d’Etat rendu le 19 juillet 2017 et jugeant ces tarifs contraires au droit européen.

Crédits photo : CRE

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 23 Mai 2017
Le charbon n’en finit pas d’être montré du doigt comme une énergie du passé. Les centrales à charbon font l’objet de nombreuses critiques en ce qui concerne leur taux de pollution trop élevé. Et les récentes décisions de l’Union Européenne…
ven 9 Sep 2016
Depuis la reprise du pôle énergie d’Alstom, General Electric emploie approximativement 100 000 salariés en Europe. Mais alors que l’entreprise se présente comme « une référence mondiale du management », une grève est prévue vendredi 8 septembre pour protester contre son plan de…
mar 9 Avr 2019
Le 1e avril 2019, la carte du Fossil Fuel Finance Report 2019 a été publiée. L’occasion de faire le point sur les investissements mondiaux dont bénéficient les énergies fossiles. Car même si les énergies renouvelables ont le vent en poupe,…
lun 25 Déc 2017
Peu utilisé jusqu’à présent dans le stockage de l’électricité renouvelable du fait de coûts de production trop élevés, l’hydrogène pourrait néanmoins devenir une technologie clef de la transition énergétique dans l’avenir. Le réseau de transport de gaz français GRTgaz y…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.