EDF renforce sa position sur le marché des services énergétiques chinois

EDF renforce sa position sur le marché des services énergétiques chinois

edf-chine-services-energetiques

Déjà très présent en Chine dans les secteurs nucléaire, thermique et hydraulique, le groupe français EDF entend poursuivre dans cette voie et investit massivement sur les marchés des énergies renouvelables et des services énergétiques. Présent mardi 9 janvier 2018 à Pékin aux côtés du Président de la République Emmanuel Macron, le PDG d’EDF Jean-Bernard Lévy, a annoncé à cette occasion avoir signé deux nouveaux contrats d’envergure renforçant ainsi la position de son groupe sur un marché chinois toujours plus prometteur.

L’énergie au cœur des relations commerciales franco-chinoises

Accompagné d’une délégation de grands patrons français, le Président de la République s’est rendu en Chine mardi 9 janvier 2018 pour une visite officielle à forte dimension économique. Si plusieurs sujets étaient au programme comme l’agriculture ou le crédit à la consommation, l’énergie a occupé une large part des négociations et nombreux accords ont été signés.

Dans le nucléaire tout d’abord, New Areva (recentré sur les activités d’extraction et de traitement du combustible), a officialisé la signature avec le géant chinois CNNC d’un protocole d’accord très prometteur pour la construction d’un centre de retraitement des combustibles nucléaires usés en Chine. On parle ici d’un contrat potentiel de plus de 10 milliards d’euros qui pourrait relancer le géant industriel français dans un contexte international toujours tendu depuis 2011 et l’accident de Fukushima au Japon. Framatome (ex-Areva NP passé aux mains d’EDF) a quant à lui renouvelé un contrat avec une filiale de CNNC afin de lui fournir des composants pour la fabrication de combustible.

Présents également, les groupes Engie et EDF ont eux aussi profité de cette visite pour renforcer les liens existants avec leurs homologues chinois et tisser de nouveaux partenariats. Engie a conclu un « accord stratégique de coopération » avec Linyang Energy, groupe spécialisé dans les compteurs intelligents pour l’énergie, les services énergétiques ou le solaire, tandis qu’EDF signait deux nouveaux contrats dans les services énergétiques.

Deux nouveaux contrats “bas carbone” pour EDF

Le premier contrat porte sur la construction et l’exploitation pendant 30 ans, avec un partenaire local, le groupe Changfeng Energy, d’un réseau de production d’eau froide (climatisation) et d’eau chaude sanitaire dans la ville de Sanya, dans le sud du pays. Ce réseau alimentera une zone touristique en cours de développement, composée d’une vingtaine d’hôtels, de centres commerciaux et d’un hôpital, représentant au total 3,4 millions de mètres carrés de surface. « Grâce à des équipements hautement performants, intégrant l’énergie solaire et assortis d’un système de pilotage intelligent, le réseau permettra de réduire les émissions de CO2 de 20% par rapport à l’utilisation des systèmes individuels, soit jusqu’à 70 000 tonnes de CO2 en moins par an », explique le groupe français dans un communiqué.

En parallèle, EDF a également décroché auprès de la ville de Lingbao (750 000 habitants dans la province du Henan dans le centre du pays), un contrat pour construire et exploiter pendant 30 ans une centrale de cogénération biomasse de 35 MW. L’installation fournira de l’électricité et du chauffage à environ 25 000 foyers de la ville. Prévue pour être mise en service dès 2019, cette nouvelle installation permettra à la population de ne plus recourir aux chaudières à charbon individuelles, et évitera ainsi l’émission de 150 000 tonnes de CO2 par an. La centrale sera alimentée par des résidus des cultures arboricoles, dont la fourniture sera source d’un revenu complémentaire pour les agriculteurs de la région, précise l’énergéticien public.

« Un marché à fort potentiel pour les services énergétiques »

« Avec l’objectif de réduire son intensité énergétique de 15% avant 2020, la Chine représente un marché à fort potentiel pour les services énergétiques. Les deux nouveaux contrats confortent la position du Groupe en Chine et s’inscrivent pleinement dans notre stratégie CAP 2030 qui prévoit de tripler l’activité d’EDF à l’international dans les pays à forte croissance à l’horizon 2030 », a déclaré cette occasion Jean-Bernard Lévy, Président Directeur Général du groupe EDF.

De manière générale, le groupe EDF est présent en Chine depuis plus de trente ans maintenant et a mis en place une véritable stratégie d’intégration via des partenariats de long terme. L’énergéticien français avait notamment signé début 2015, des accords de partenariat avec le groupe Huadian, un des premiers électriciens chinois, ouvrant la voie à de futures collaborations sur des projets communs en Chine et à l’international. Trois domaines étaient particulièrement mis à l’étude en plus de la filière nucléaire : les centrales à cycle combiné gaz, les centrales hydrauliques et les énergies renouvelables… auxquels on peut ajouter désormais les services énergétiques.

Crédits photo : Emmanuel Macron (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
ven 7 Juil 2017
A la suite de l’acquisition de la société française Futuren, très présente en Allemagne, le groupe français EDF EN, filiale d’EDF spécialisée dans les énergies vertes, poursuit ses investissements outre-Rhin. Antoine Cahuzac, directeur général d'EDF EN, a en effet annoncé…
lun 23 Avr 2018
Si la filière éolienne offshore se développe rapidement en Europe et promet à terme, une capacité de production non négligeable, elle sera également très vite confrontée à de nombreuses difficultés comme la raréfaction des sites d'accueil, l'augmentation des coûts, ou…
mer 26 Fév 2014
90%, 70%, 30%, 20%, 10%, 1%, plus de batterie… Ce scénario se répète inlassablement tout les jours. L’autonomie des batteries est le nouveau grand chantier des constructeurs de smartphone. Ces petites merveilles de technologie nécessitent d’être rechargées chaque jour. On…
jeu 8 Fév 2018
Avec plus de 600 millions de personnes sans électricité et des besoins croissants, l'Afrique reste confrontée aujourd'hui à de nombreux problèmes d'approvisionnement énergétique, alors même qu'elle dispose de ressources renouvelables abondantes. L'exploitation de ces énergies propres et le développement de…

COMMENTAIRES

  • “Il est devenu clair que les énergies renouvelables sont la technologie énergétique dominante des décennies à venir. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) confirme que les énergies renouvelables recevront la majorité des investissements énergétiques à venir.”

    “La Chine s’impose comme un chef de file technologique mondial. L’Inde suit maintenant son exemple en ajoutant son poids économique pour accélérer encore plus les déploiements mondiaux d’énergies renouvelables dans des économies d’échelle de plus en plus grandes, entraînant une accélération de la baisse des prix.”

    La Chine a continué d’être la force dominante mondiale dans la construction et le financement de technologies énergétiques propres à l’échelle mondiale en 2017, selon un rapport publié le 9.01.18 par l’Institute for Energy Economics and Financial Analysis (IEEFA).

    Le rapport voit les énergies renouvelables dominer les ajouts de capacités énergétiques mondiales pour au moins les deux prochaines décennies et la Chine se prépare à diriger ce nouveau monde de l’énergie.

    Bien qu’elle n’ait pas nécessairement l’intention de combler le vide climatique laissé par le retrait des Etats-Unis des accords de Paris, elle sera certainement très à l’aise de fournir un leadership technologique et une capacité financière pour dominer des secteurs à forte croissance comme l’énergie solaire, les véhicules électriques et les batteries.

    Sa domination croissante est menée par l’initiative Belt and Road Initiative (BRI) qui stimule les investissements dans les infrastructures le long des anciennes routes commerciales; 2017 a vu l’IRB gagner du terrain. Malgré les vents contraires de l’année 2017, elle reste un élément central de la politique étrangère et économique chinoise.

    Le total des grands projets (évalués chacun à 1 milliard de dollars américains ou plus) en 2017 dépasse 44 milliards de dollars. Cela se compare aux 32 milliards de dollars américains identifiés en 2016, année record pour les investissements chinois dans le secteur à faibles émissions à l’étranger.

    L’activité chinoise de fusions et acquisitions dans les pays qui font partie de l’initiative Belt and Road Initiative (BRI) a explosé en 2017. Durant toute l’année 2016, les acquisitions liées au Belt and Road ont totalisé 31 milliards de dollars US.

    Les fabricants chinois de cellules solaires représentent environ 60 % de la production mondiale de cellules, et le leadership chinois dans la fabrication de cellules solaires a été renforcé en 2017.

    Les grandes sociétés chinoises d’énergie éolienne, y compris le plus grand promoteur mondial d’énergie éolienne, ont continué de croître outre-mer.

    Trois groupes chinois (China Energy Investment Corporation, Xinjiang Goldwind et China Three Gorges) figurent dans le top 10 des développeurs éoliens, et dans le solaire les industriels chinois règnent en maîtres depuis plusieurs années.

    D’ici 2022, la part de la Chine sur le marché mondial en termes de capacité installée atteindra 42% dans le solaire, 35% dans l’hydroélectricité et 40% dans l’éolien terrestre

    Les grandes sociétés hydroélectriques chinoises ont continué d’acquérir ou de décrocher des contrats pour la construction d’importants projets hydroélectriques.

    L’Amérique latine, l’Afrique et l’Asie continuent d’être des zones de concentration pour les sociétés hydroélectriques chinoises.

    State Grid Corporation, la plus grande compagnie d’électricité au monde, est le chef de file des investissements internationaux de la Chine dans les réseaux électriques.

    La Chine fait mieux que d’autres économies pour assurer l’approvisionnement en nouveaux produits énergétiques.

    Les entreprises du pays se sont mises en position de dominer le marché du cobalt, la majeure partie de l’offre revenant en Chine. On s’attend à ce que les mineurs chinois soient responsables de 62 % de l’offre mondiale en 2017.

    L’obtention de nouveaux produits énergétiques permettra à la Chine de dominer la fabrication des batteries et des VE.

    Les constructeurs chinois de véhicules électriques (EV) développent rapidement leurs capacités nationales. Gagner une telle avance dans le secteur des VE au niveau national est un prélude à une poussée vers les marchés internationaux. Les fabricants chinois comme BYD ont l’ambition de vendre plus de VE à l’étranger qu’au niveau national dans le futur.

    http://ieefa.org/ieefa-report-china-continues-position-global-clean-energy-dominance-2017/

    Répondre
    • Je suis étonné que vous incluiez dans les énergies renouvelables l’hydraulique si décrié par les écolos bobos au nom de la sauvegarde des espaces naturels et de la reproduction du saumon.

      Répondre
      • @ Malpensant : l’hydraulique est bien “renouvelable”.

        Je suis scientifique donc ne sais pas ce qu’est un écolo-bobo puisque je ne m’inscris pas dans des débats binaires partisans mais regarde les réalités, ce que je ne peux que vous conseiller de faire également pour une analyse objective des différentes technologies, tous paramètres inclus et bilans des aspects positifs et négatifs.

        Il est exact que certains barrages sont très émetteurs de méthane, de retenues de sédiments etc et que d’autres ont été édifiés la plupart dans le passé sans tenir compte notamment de la faune maritime et fluviale.

        Dans la plupart des réalisations on tient de plus en plus compte de ces données et il faut également faire le bilan sur les très longues durées et les services rendus par les formes d’hydraulique, donc c’est du cas par cas.

        La plupart des réalisations actuelles tiennent compte de ces différents paramètres.

        Exemple parmi d’autres en Savoir pour Akuo Energy :

        https://www.akuocoop.com/fr/projets/fiche/aqua-bella

        Répondre
    • Voyez la part du nucléaire dans la consommation en Chine (comme par ailleurs en Inde) à droite de votre tableau et même quand le parc sera achevé par rapport au renouvelables…

      Répondre
  • Pour mémoire aussi : « Prix des Energies renouvelables (EnR) avec stockage aux Etats-Unis : 36$ (30€) par MWh pour les batteries solaires, et 21$ (17€) par MWh pour le stockage éolien »

    https://www.greenunivers.com/2018/01/enr-stockage-prix-records-colorado-a-baisse-174247/

    Point de vue de DBL Partners (l’entreprise de capital-risque qui a misé à l’origine sur Tesla, Solar City, et bien d’autres succès !)

    Meilleures perspectives pour les 3 à 5 ans à venir :

    1) Stockage d’énergie et services connexes
    2) Logiciels et matériel pour mise en forme de la charge et gestion du réseau,
    3) Sociétés d’accès à l’énergie ciblant le monde en développement avec des produits solaires et de stockage et les appareils électroménagers de prochaine génération à haut rendement énergétique

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.