La France profite du souffle de l'éolien en Chine - L'EnerGeek

La France profite du souffle de l’éolien en Chine

éolien + CHineL’énergéticien tricolore EDF vient d’annoncer l’acquisition de 80 % de la société chinoise UPC Asia Wind Management (AWM), et prouve une fois de plus que l’expertise française en matière énergétique est l’une des plus séduisante au monde.

L’arrivée d’EDF sur le marché chinois atteste de l’internationalisation de l’électricien, décidée lors de l’adoption de la stratégie CAP 2030. Cette opération en faveur du développement des énergies renouvelables, dont le montant n’a pas été dévoilé, « s’inscrit parfaitement dans (la) dynamique » de l’entreprise, précise son PDG, Jean-Bernard Lévy. Avec le fonds d’investissement américain Global Environment Fund (GEF), actionnaire à hauteur de 20 %, elle contrôle désormais les fermes éoliennes chinoises de l’UPC AWM, situées surtout au nord du pays.

Lire aussi : Energies renouvelables : l’attractivité des pays selon le cabinet EY

« Nous sommes le premier opérateur européen à s’installer en Chine, dans ce marché qui est extrêmement prometteur », souligne le directeur général d’EDF Energies Nouvelles, Antoine Cahuzac. Au total, le groupe va reprendre « 74 mégawatts de projets en opération et 130 mégawatts de projets en construction (…) et un peu plus d’un gigawatt de projets en cours de développement », indique par ailleurs le directeur général délégué d’EDF EN, Bruno Fyot.

En s’installant sur place, le groupe espère faire valoir son savoir-faire dans l’opération et la maintenance, tout en profitant des « meilleurs opportunités du territoire » dans un pays qui est à l’origine de la moitié des nouvelles capacités éoliennes autour du globe en 2015. En l’espace de seulement 5 ans, EDF va ainsi installer le double des capacités actuellement disponibles en France, soit construire environ 2 gigawatts ou 200 et 300 MW par an.

Pékin souhaite atteindre 250 GW installés en 2020, contre 145 GW fin 2015, ce marché intéresse aussi bien les groupes publics chinois (China Huadian Corporation, China Datang Corporation…) que les entreprises étrangères, telles que Siemens ou General Electric. Seul risque pour ces compagnies qui viendraient s’installer dans le Sud : « l’incapacité du réseau électrique chinois à absorber l’électricité croissante issue des énergies renouvelables » et une perte estimée en moyenne à 10 %.

        Lire aussi : Un tiers des éoliennes mondiales installé en Chine en 2012

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 6 Déc 2016
Un consortium formé du groupe de BTP français Eiffage et de la société franco-africaine Eranove a annoncé avoir signé vendredi 2 décembre dernier un accord avec le ministère de l'Énergie de Madagascar portant sur la construction et l'exploitation de la…
lun 26 Mai 2014
Si l'électricité d'origine solaire n'occupe aujourd'hui qu'une infime part du mix électrique des États-Unis (0,02%), elle n’est pas oubliée dans les récentes politiques énergétiques mises en place Outre-Atlantique. L’État de New York s'est par exemple lancé dans le développement de l'énergie solaire…
lun 2 Mai 2016
Accompagné de la ministre de l'Energie, de l'Environnement et de la Mer, Ségolène Royal, le président de la République, François Hollande, était présent les 25 et 26 avril derniers lors de la 4ème conférence environnementale du quinquennat. Le chef de…
ven 26 Août 2016
Dans un article publié dans le quotidien économique La Tribune, le directeur de la stratégie d’EDF Energies Nouvelles, Nicolas Couderc, assure que « la révolution énergétique a déjà eu lieu ». Alors que l’Agence Internationale de l’Energie (AIE) prévoit une accélération du…

COMMENTAIRES

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.