En Allemagne, une église sacrifiée sur l'autel du charbon

En Allemagne, une église sacrifiée sur l’autel du charbon

allemagne_charbon_destruction_eglise

L’abandon progressif de l’énergie nucléaire en Allemagne est loin d’être sans conséquence, et si le recours croissant au charbon dans la production électrique a déjà entraîné une forte hausse des émissions de CO2, il impacte également de manière directe des communautés locales entières, parfois contraintes de plier bagages. Dernier exemple en date dans le petite village d’Immerath, coincée entre la Ruhr et les Pays-Bas et dont l’église vient d’être totalement rasée pour laisser place à l’agrandissement d’une gigantesque mine de charbon, malgré les protestations d’habitants et de militants écologistes. 

L’église d’Immerath, symbole d’un charbon tout puissant

En accord avec sa volonté de rouvrir et d’agrandir les mines de houilles et lignites existantes sur son territoire, le gouvernement d’Angela Merkel n’hésite pas à sacrifier les villages et les populations concernées. Lundi 8 janvier 2018, une église centenaire de l’ouest du pays a été détruite suite à la délocalisation du village d’Immerath. Édifice symbolique dans cette région rurale, ce lieu de culte n’aura pas résisté à la frénésie du charbon allemand qui semble tout emporter sur son passage.

Avant l’église, plusieurs milliers d’habitants de la région de Rhénanie-du-Nord-Westphalie avait dû déménager pour laisser place à une immense mine à ciel ouvert opérée par l’énergéticien RWE. Propriétaire du plus gros parc de centrales à charbon d’Europe, le groupe allemand prévoit notamment d’extraire toujours plus de combustible du site minier voisin de Garzweiler et nécessitait pour cela une extension de la surface d’exploitation. Précisons ici que le lignite, très bon marché, ne se trouve qu’en surface et impose généralement d’immenses zones d’exploitation.

Déplacés dans une commune voisine, les 900 villageois d’Immerath, ont retrouvé depuis dans leur nouveau village, Immerath-Neu, leur école, le jardin d’enfants et leur cimetière. En revanche, leur église, qui avait été « déconsacrée » après un ultime office fin 2013, était promise à la destruction, malgré une bataille juridique remontée jusqu’à la Cour constitutionnelle. « Qui détruit la culture détruit aussi les êtres humains », clamait en vain des militants de Greenpeace sur une banderole, lundi matin, avant que les machines n’entament leur entreprise de démolition.

Des déplacements de population qui sont monnaie courante

De manière générale, les déplacements de population liés aux mines de charbon se sont multipliés ces dernières années, en Lusace notamment, région de l’Est proche de la Pologne, où des villages entiers ont été rayés de la carte. « En 2007 déjà, une église vieille de 750 ans avait été déménagée de 12 km entre Heuersdorf et Borna (est), sur deux plateformes roulantes et pour 3 millions d’euros, pour éviter de la détruire », rappelle l’AFP.

En 2014, c’est le petit village « vert » de Proschim ainsi que de nombreuses fermes alentours qui ont été détruits pour permettre l’ouverture de nouvelles mines. Proschim était pourtant considéré comme une référence en matière d’énergies renouvelables. Entourée d’éoliennes, de centrales solaires et de centrales biogaz qui alimentaient près de 15.000 foyers, la communauté locale semblait s’être dévouée à la cause verte. Insuffisant pour le gouvernement qui tente depuis 2011 de combler le vide laissé par l’énergie nucléaire et a fait le choix d’un retour au charbon pour accompagner le déploiement des énergies vertes.

En Allemagne, la sortie du nucléaire n’est pas sans contrepartie

Le plan énergétique mis en place en catastrophe par Angela Merkel (suite à l’accident de Fukushima en 2011) a en effet placé nos voisins d’outre-Rhin dans une situation énergétique complexe. Si l’objectif de la chancelière allemande était avant tout de sortir l’Allemagne de sa dépendance à l’énergie nucléaire d’ici 2022 via la fermeture des 17 réacteurs allemands (seuls 8 sont encore en fonctionnement à l’heure actuelle), ce désengagement progressif ne fut pas sans conséquence.

Se tournant pleinement vers les énergies renouvelables, le pays est bel et bien parvenu à déployer les filières solaire et éolienne pour atteindre en 2016 plus d’un tiers de la production d’électricité du pays (32% de la consommation étaient couverts par les énergies vertes). « Pourtant, le rythme de croissance actuel ne permettra pas d’atteindre les objectifs qui avaient été fixés pour 2020 », soulignent les experts du think tank berlinois Agora, et ces chiffres éloquents cachent une réalité bien différente en matière de coût de l’électricité et d’émissions de CO2. L’Allemagne est devenue dans le même temps, un des pays, avec le Danemark, où l’électricité est la plus chère (presque deux fois plus que le tarif actuel en France), mais également un des pays européens les plus pollueurs du fait d’un recours au charbon accru ces dernières années.

Les autorités se sont vues contraintes de recourir aux énergies fossiles comme le lignite ou la houille afin de garantir la stabilité de son réseau électrique et la production d’électricité à base de charbon a donc considérablement augmenté (et avec elle les émissions de CO2). Le charbon représente aujourd’hui près de 40% de la production d’électricité nationale et le gouvernement cherche toujours à réexploiter d’anciennes filières de ce combustible sur le territoire.

Crédits photo : Dr James A. Cameron (Twitter)

Rédigé par : La Rédaction

La Rédaction
mar 31 Mai 2016
Rassemblés au Japon, les chefs d'Etat du G7 viennent de prononcer la fin des subventions aux énergies fossiles d’ici 2025. Une décision logique au lendemain de la COP21, alors que le secteur de l’énergie est le principal responsable des émissions de gaz…
mer 16 Août 2017
Les bilans se suivent et se ressemblent en matière de changement climatique. Selon un nouveau rapport annuel consacré à l’Etat du climat publié jeudi 10 août 2017 par l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA) et l'American Meteorological Society (AMS), l’année…
mer 6 Sep 2017
Après plusieurs mois de baisse consécutifs contrebalançant la forte hausse du mois de janvier dernier, les tarifs réglementés du gaz ne devraient pas évoluer à la rentrée. Selon un communiqué officiel de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publié…
mer 11 Oct 2017
L’Assemblée nationale a adopté, mardi 10 octobre 2017, le projet de loi destiné à mettre fin aux activités d’exploration et d’exploitation des hydrocarbures conventionnels et non conventionnels sur le territoire français à l’horizon 2040. Défendu par Nicolas Hulot, ce texte,…

COMMENTAIRES

  • Les renouvelables n’ont en réalité rien à voir avec le lobby du charbon qui existait bien avant elles avec ces modes d’exploitations désastreux et dont les centrales sont les moins compatibles.

    Le lignite est fortement subventionné en Allemagne, l’électricité peut donc être produite à un prix beaucoup moins élevé que le gaz naturel et plus encore que le nucléaire.

    Et comme les principaux coûts fixes du charbon sont liés à l’exploitation minière, il est moins coûteux pour les exploitants de centrales électriques d’exploiter leurs chaudières en permanence et de vendre l’électricité excédentaire à bas prix sur le marché.

    La France qui est en retard dans le développement de ses renouvelables n’est pas étrangère à cette situation :

    Le document de l’Agora rappelle en effet: “L’Allemagne a produit environ 648 térawattheures d’électricité en 2016, dont 595 térawattheures ont été consommés en Allemagne. Les 54 TWh restant (environ 8 % de la production intérieure totale d’électricité) ont été exportées vers les pays voisins, en particulier la France (qui ne développe pas assez vite ses renouvelables et ne traite pas assez vite les goulots d’étranglements), les Pays-Bas et l’Autriche (et de là vers l’Italie). Pour 2017, l’excédent des exportations devrait atteindre un peu moins de 10 %.

    Dans le seul cas de l’approvisionnement en électricité, les émissions de CO2 en Allemagne n’ont diminué que légèrement, de 14 millions de tonnes, pour s’établir à 292 millions de tonnes. La réduction des émissions de CO2 responsables de l’effet de serre et donc du réchauffement climatique dans le secteur de l’électricité n’ a donc représenté que 4,5 %.

    L’Allemagne est devenue un véritable exportateur d’électricité et les voisins profitent des bas prix du charbon. En plus de cela, la France a vu sa consommation de charbon augmenter de + 37% entre 2011 et 2014 contre + 5% en Allemagne.

    De même la population et la croissance économique soutenue ont été accompagnées d’une augmentation trop faible de l’efficacité énergétique en Allemagne, analyse Agora (par exemple un certain retard dans la rénovation des bâtiments et par ailleurs dans le parc de VE comparé à d’autres pays).

    Il faut donc arrêter l’hypocrisie et les renouvelables ont bien joué leur rôle et ne sont pas à l’origine de ce problème. Le nucléaire encore moins compétitif aurait eu des résultats pires compte tenu de ses coûts en Allemagne. Avec le développement inexorable des renouvelables compte tenu notamment de leurs bas prix et des modes de consommation décentralisé avec les évolutions technologiques, son vieillissement s’est accéléré car dans les centrales allemandes d’origine il n’est pas adapté au variations de production/consommation comme on le constate et les mines salines d’entreposages des déchets se sont avérées défaillantes et hautement risquées, nécessitant des coûts exorbitants de retraits des déchets déjà entreposés et de nouveaux sites de stockage, question qui n’est toujours pas réglée.

    L’arrêt du nucléaire n’a donc pas été une décision aussi légère qu’il y paraît, sinon le timing mais çà reste à démontrer.

    Si les 20 centrales électriques au lignite citées par Agora étaient retirées du réseau d’ici 2023, certaines mines à ciel ouvert deviendraient immédiatement non rentables: “Avec un arrêt de 8,4 GW, environ la moitié des capacités existantes de production de lignite seraient fermées. La production d’électricité à partir du lignite se caractérise par des coûts variables relativement faibles, mais des coûts fixes élevés pour l’extraction minière à ciel ouvert, une telle réduction de la capacité des centrales électriques alimentées au lignite pourrait également compromettre le rapport coût-efficacité de l’extraction minière à ciel ouvert, ce qui aurait à son tour un impact sur les unités restantes de la centrale.”.

    Quiconque est contraint de fermer plusieurs centrales électriques pour des raisons de rentabilité sera bientôt contraint de fermer les mines à ciel ouvert associées – parce qu’elles ne sont rentabilisées que si une quantité minimum d’achat est garantie dans les centrales raccordées.

    Et ce sont les renouvelables les plus à même de concurrencer et de faire fermer ces centrales charbon pour peu qu’on leur associe en plus d’un réseau plus adapté, du stockage, ce qui a bel et bien été analysé comme erreur comparé au développement en hâte du réseau Nord Sud qui était le fait d’un intervenant différent notamment des opérateur offshore au Nord de l’Allemagne.

    Répondre
    • Ces arguments fumeux ne peuvent masquer la vérité :
      – l’augmentation du prix du kWh allemand (double du nôtre) est due aux subventions accordées aux énergies renouvelables, que les consommateurs doivent financer.
      – les énergies solaire et éoliennes sont intermittentes et incapables, en l’absence de solution industrielle de stockage, de satisfaire à plus de 40% en moyenne de nos besoins énergétiques sans mettre le réseau en danger
      – de 0 à 40% cela reste possible à condition que les centrales “pilotables” comme celles à charbon ou nucléaire, assurent la compensation de l’intermittence. Comme le charbon doit disparaître, que reste-t-il ? (d’accord il y a aussi un peu d’hydraulique, mais il en faudrait 10 fois plus !).
      Conclusion : le prix du kWh intermittent ne veut rien dire, car il est largement subventionné et ne peut exister que grâce aux centrales pilotables comme le nucléaire qui garantissent l’équilibre production consommation : les kWh qu’elles délivrent sont des kWh garantis, leur valeur est infiniment plus importante !
      L’Allemagne a choisi d’empoisonner l’Europe avec ses centrales au lignite associées aux renouvelables.
      La France qui n’a pas de charbon (heureusement) devra utiliser le nucléaire. On peut certes en utiliser un peu moins de 75% (la loi de Transition Energétique vise 50%), mais il faut s’attendre à une envolée du prix du kWh pour financer les renouvelables.

      Répondre
      • @ Student : c’est vous qui êtes dans l’enfumage complet

        1) absurde de parler d’un prix d’énergie “taxes incluses”. Comparez le prix “net” de toutes taxes de l’énergie produite (et distinguez entreprises et particuliers et utilisations des taxes et leurs bilans) pour avoir une meilleure idée des réalités de chaque pays

        2) toutes les énergies et réseaux on besoin de régulations et sont soumises à des variables (consommation, climat, pannes etc). L’intermittence se règle mieux avec le stockage dont il n’a pas besoin d’un % très élevé sur un réseau type Entso-e (34 pays) qui vous le confirmera si vous prenez la peine de lire en détail ses rapports réguliers. Son prix global diminue rapidement d’où son développement mondial et européen que vous n’observez pas, à tort, vos arguments ayant 15 à 20 ans de retard ou sont du lobbying de débutant.

        3) RTE vous rappelle comme vous pouvez vérifier dans son dernier rapport qu’il est plus économique de passer à un mix 50% de renouvelables et 46% de nucléaire d’ici à 2035 (scénario “Ampère”) et qu’il y en plus aura moins d’émissions de C02.

        Conclusion:

        – ou tous les spécialistes de l’énergie dont RTE ont tort et se trompent
        – soit vous êtes un génie méconnu !

        Ne concluez quand même pas trop vite à la seconde option, comme d’habitude sans réfléchir ni approfondir avant de vous exprimer ;o))

        Répondre
  • En complément :

    “Le fait central qui animera l’industrie énergétique mondiale en 2018, et qui affectera profondément les entreprises, les consommateurs et les décideurs politiques, est que les énergies renouvelables sont désormais bon marché”.

    “Le rythme des changements dans chaque secteur ne fera qu’augmenter à mesure que les prix de l’énergie propre diminueront. Les tentatives visant à freiner la transition énergétique échoueront inévitablement.”

    http://ieefa.org/ieefa-op-ed-2018-expect-clean-energy-cheap-energy/

    Les pays consommateurs ont en effet maintenant d’autres options que d’accepter les effets destructeurs de la hausse des prix des énergies fossiles sur l’économie, et leurs réactions pourraient surprendre les producteurs.

    L’extraction des combustibles fossiles coûte cher. Elle cède la place à des technologies moins coûteuses et plus flexibles, principalement des énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire et les véhicules électriques. Ces changements modifieront les décisions d’investissement, les modèles économiques, l’utilisation des ménages, les modes d’emploi et la politique.

    La demande de charbon pour la production d’électricité poursuivra son déclin prolongé et ses sombres perspectives. L’échelle du marché mondial, les tendances à long terme, dictées par l’économie, le climat et la politique environnementale, s’éloignent du charbon. Il y aura davantage d’annulations de nouveaux projets partout dans le monde et davantage de fermetures d’usines existantes.

    Aux États-Unis, les efforts de relations publiques de l’industrie houillère ne parviendront pas à surmonter la faiblesse des fondamentaux du secteur, qui se caractérise par un plus grand nombre de fermetures de centrales charbon, des prix bas de l’énergie et des possibilités d’exportation instables.

    Bien que l’industrie houillère américaine ait récemment signalé des gains modestes en matière d’emplois et d’investissements, les améliorations sont temporaires, voire illusoires. Seules quelques entreprises qui exportent du charbon métallurgique pour l’acier pourraient voir un avantage à la hausse en raison de l’amélioration des prix.

    L’industrie américaine ne se rétablira pas malgré les réductions réglementaires au niveau fédéral. Une question clé sera de savoir si les dirigeants des pays producteurs de charbon seront en mesure de rééquilibrer l’effondrement des fortunes économiques et les pertes d’emplois pour les mineurs grâce à de nouveaux investissements plus importants dans d’autres industries.

    Concernant les autres énergies fossiles, même si les prix du pétrole continuent d’augmenter en 2018, ils n’augmenteront pas suffisamment pour couvrir les coûts globaux des compagnies pétrolières et gazières ou des organisations d’État.

    http://ieefa.org/ieefa-op-ed-2018-expect-clean-energy-cheap-energy/

    Répondre
  • En complément:

    « Le fait central qui animera l’industrie énergétique mondiale en 2018, et qui affectera profondément les entreprises, les consommateurs et les décideurs politiques, est que les énergies renouvelables sont désormais bon marché ».

    « Le rythme des changements dans chaque secteur ne fera qu’augmenter à mesure que les prix de l’énergie propre diminueront. Les tentatives visant à freiner la transition énergétique échoueront inévitablement. »

    http://ieefa.org/ieefa-op-ed-2018-expect-clean-energy-cheap-energy/

    “Les pays consommateurs ont en effet maintenant d’autres options que d’accepter les effets destructeurs de la hausse des prix des énergies fossiles sur l’économie, et leurs réactions pourraient surprendre les producteurs.”

    L’extraction des combustibles fossiles coûte cher. Elle cède la place à des technologies moins coûteuses et plus flexibles, principalement des énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire et les véhicules électriques. Ces changements modifieront les décisions d’investissement, les modèles économiques, l’utilisation des ménages, les modes d’emploi et la politique.

    La demande de charbon pour la production d’électricité poursuivra son déclin prolongé et ses sombres perspectives. L’échelle du marché mondial, les tendances à long terme, dictées par l’économie, le climat et la politique environnementale, s’éloignent du charbon. Il y aura davantage d’annulations de nouveaux projets partout dans le monde et davantage de fermetures d’usines existantes.

    Aux États-Unis, les efforts de relations publiques de l’industrie houillère ne parviendront pas à surmonter la faiblesse des fondamentaux du secteur, qui se caractérise par un plus grand nombre de fermetures de centrales charbon, des prix bas de l’énergie et des possibilités d’exportation instables.

    Bien que l’industrie houillère américaine ait récemment signalé des gains modestes en matière d’emplois et d’investissements, les améliorations sont temporaires, voire illusoires. Seules quelques entreprises qui exportent du charbon métallurgique pour l’acier pourraient voir un avantage à la hausse en raison de l’amélioration des prix.

    L’industrie américaine ne se rétablira pas malgré les réductions réglementaires au niveau fédéral. Une question clé sera de savoir si les dirigeants des pays producteurs de charbon seront en mesure de rééquilibrer l’effondrement des fortunes économiques et les pertes d’emplois pour les mineurs grâce à de nouveaux investissements plus importants dans d’autres industries.

    Concernant les autres énergies fossiles, même si les prix du pétrole continuent d’augmenter en 2018, ils n’augmenteront pas suffisamment pour couvrir les coûts globaux des compagnies pétrolières et gazières ou des organisations d’État.

    http://ieefa.org/ieefa-op-ed-2018-expect-clean-energy-cheap-energy/

    Répondre
  • Complément :

    « Le fait central qui animera l’industrie énergétique mondiale en 2018, et qui affectera profondément les entreprises, les consommateurs et les décideurs politiques, est que les énergies renouvelables sont désormais bon marché ».

    « Le rythme des changements dans chaque secteur ne fera qu’augmenter à mesure que les prix de l’énergie propre diminueront. Les tentatives visant à freiner la transition énergétique échoueront inévitablement. »

    http://ieefa.org/ieefa-op-ed-2018-expect-clean-energy-cheap-energy/

    Les pays consommateurs ont en effet maintenant d’autres options que d’accepter les effets destructeurs de la hausse des prix des énergies fossiles sur l’économie, et leurs réactions pourraient surprendre les producteurs.

    L’extraction des combustibles fossiles coûte cher. Elle cède la place à des technologies moins coûteuses et plus flexibles, principalement des énergies renouvelables comme l’éolien, le solaire et les véhicules électriques. Ces changements modifieront les décisions d’investissement, les modèles économiques, l’utilisation des ménages, les modes d’emploi et la politique.

    La demande de charbon pour la production d’électricité poursuivra son déclin prolongé et ses sombres perspectives. L’échelle du marché mondial, les tendances à long terme, dictées par l’économie, le climat et la politique environnementale, s’éloignent du charbon. Il y aura davantage d’annulations de nouveaux projets partout dans le monde et davantage de fermetures d’usines existantes.

    Aux États-Unis, les efforts de relations publiques de l’industrie houillère ne parviendront pas à surmonter la faiblesse des fondamentaux du secteur, qui se caractérise par un plus grand nombre de fermetures de centrales charbon, des prix bas de l’énergie et des possibilités d’exportation instables.

    Bien que l’industrie houillère américaine ait récemment signalé des gains modestes en matière d’emplois et d’investissements, les améliorations sont temporaires, voire illusoires. Seules quelques entreprises qui exportent du charbon métallurgique pour l’acier pourraient voir un avantage à la hausse en raison de l’amélioration des prix.

    L’industrie américaine ne se rétablira pas malgré les réductions réglementaires au niveau fédéral. Une question clé sera de savoir si les dirigeants des pays producteurs de charbon seront en mesure de rééquilibrer l’effondrement des fortunes économiques et les pertes d’emplois pour les mineurs grâce à de nouveaux investissements plus importants dans d’autres industries.

    Concernant les autres énergies fossiles, même si les prix du pétrole continuent d’augmenter en 2018, ils n’augmenteront pas suffisamment pour couvrir les coûts globaux des compagnies pétrolières et gazières ou des organisations d’État.

    Répondre
  • Oui, déplacements de population, démolition d’église, subventions accordées pour l’extraction du lignite, le plus polluant de tous les combustibles, est choquant et révoltant. D’autant que l’Allemagne est le 1er pays d’Europe exportateur net d’électricité.

    Non, la sortie du nucléaire n’est pas à incriminer. D’abord, il convient de tenir compte que le nucléaire est risqué, coûteux et polluant. Le CO2 ou les déchets radioactifs, c’est le choix entre la peste et le choléra.

    Ensuite, tandis que la fermeture des 8 réacteurs allemands a entraîné une baisse de production de 43 TWh, les énergies renouvelables produisent maintenant 200 TWh. Non seulement celles-ci compensent la baisse de nucléaire, mais elles permettent d’avoir moins de fossiles. Il est donc bien que l’Allemagne continue à les développer, concomitamment avec stockage d’énergie, amélioration du réseau et réduction des consommations. D’ailleurs, que pourrait-elle faire d’autre ?

    De toutes façons, les renouvelables finiront inexorablement par s’imposer et à balayer nucléaire et fossiles. Voir dans ce sens le rapport « New Energy Outlook » de BNEF (Bloomberg New Energy Finance) publié le 15 juin 2017 ; il prévoit un développement accéléré des filières photovoltaïque et éolienne.

    Prix de l’électricité – Chaque pays y met ce qu’il veut. Ce qui n’est pas payé par le consommateur le sera au final par le contribuable.
    – Si R & D nucléaire était payé par le consommateur, le prix français s’envolerait.
    – Outre-Rhin, le gouvernement allemand exempte 2800 industriels du paiement de l’EEG-Umlage (l’équivalent de notre CSPE), soit un manque à gagner de 4,8 milliards d’euros par an. Cela fait 120 euros par ménage (il y a 40 millions de ménages allemands). Or la facture moyenne d’électricité d’un ménage français est de 120 euros plus basse que celle d’un ménage allemand…
    – Les ménages allemands consomment 27% d’électricité hors chauffage de moins qu’un ménage français et il paie moins cher son chauffage. Les parts de l’énergie (électricité et chauffage) dans le budget des ménages des deux pays sont proches : 4,2% pour le Français et 4,8% pour l’Allemand.

    Répondre
    • Peut-être un production de 200 TWh (pour quelle année ? ), mais une grosse partie exportée à bas prix (voire à prix négatif). L’Allemagne importe aussi beaucoup de la France (lorsqu’il n’y a pas de vent ou de soleil) à un prix élevé grâce au nucléaire Français entre autre. Regardez en temps réel, (production et consommation de chaque pays) ,et vous serez surpris du décalage avec ce que vous énoncez.

      Répondre
  • “De toutes façons, les renouvelables finiront inexorablement par s’imposer et à balayer nucléaire et fossiles. ”

    Revenez sur terre et arrêtez de faire des rêves en couleur !

    L’entourloupe consiste à se cacher derrière l’affirmation selon laquelle près de 14% de l’énergie mondiale est renouvelable, en laissant croire qu’il s’agit de l’éolien et du photovoltaïque. En réalité elle provient dans son immense majorité de la biomasse (le bois surtout) et l’hydraulique de barrages.

    « L’énergie éolienne a fourni 0,46 % de la consommation énergétique globale en 2014, tandis que les énergies solaire et marémotrice ont ensemble donné 0,35 %. Il faut se rappeler que nous parlons d’énergie totale, pas seulement d’électricité, celle-ci constituant moins du cinquième de l’ensemble de l’énergie finale : le reste est constitué par les carburants solides, gazeux et liquides qui font le gros du travail pour le chauffage, le transport et l’industrie.»

    « Même dans les pays riches où l’on joue avec l’éolien et le solaire subventionnés, une part importante de l’énergie renouvelable provient du bois et de l’eau, les renouvelables “fiables” »

    «Mauvaise blague» ?

    On sait qu’une éolienne terrestre de 3 Mégawatt (les plus puissantes actuellement) produit dans de bonnes conditions (taux de charge de 23%), 6000 Mégawatts-heure par an en moyenne : 3 MW x 365 j x 24 h x 23% = 6044 MWh

    On sait que les besoins énergétiques mondiaux croissent à un rythme soutenu de plus de 2 % par an depuis plus de 40 ans.

    « La consommation d’énergie n’a cessé d’augmenter. Elle a progressé de 102 % en 41 ans, de 1973 à 2014 » (Source Wikipédia).

    Or, la consommation énergétique mondiale finale était en 2014, selon l’Agence Internationale de l’Energie de 9,425 Milliards de Tep (4,66 Md.Tep en 1973).

    On peut donc chiffrer la consommation mondiale actuelle à 10 Milliards de Tep

    Selon l’équivalence physique en énergie 1 TEP (tonne équivalent pétrole) est égale à 11630 Kilowatt-heure ou bien 11,63 Mégawatt-heure.

    La consommation mondiale exprimée en Mégawatt-heure est donc de :
    10 Md.Tep x 11,63 = 116 Milliards MWh / an

    La croissance mondiale en énergie exprimée en MWh est de :
    116 Md. MWh x 2% = 2,3 Milliards MWh / an

    Combien faudrait-il d’éoliennes de 3 MW pour les besoins énergétiques planétaires ?
    116 000 000 000 MWh / 6000 = 19 300 000 éoliennes (**)

    Combien faudrait-il construire d’éoliennes de 3 MW, chaque année, pour la seule croissance énergétique mondiale ?
    2 300 000 000 MWh / 6000 = 383 300 éoliennes (**)

    Oui, c’est impressionnant !…
    Il faudrait construire chaque année plus de 380 000 éoliennes terrestres de 3 MW de puissance pour répondre seulement à la croissance de la demande mondiale.

    « Si l’on maintenait ce rythme pendant 50 ans, nous aurions recouvert chaque kilomètre carré d’une zone terrestre de la taille de la Russie de parcs éoliens. Et rappelez-vous : cela ne servirait qu’à assurer les demandes nouvelles en énergie, et pas du tout à remplacer l’importante production énergétique actuelle provenant des énergies fossiles qui assurent actuellement 80 % des besoins mondiaux. (…)

    L’efficacité des éoliennes semble être arrivée à sa limite et il s’agit en outre d’une énergie fatale, c’est-à-dire dépendant des conditions climatiques et d’une source en soi faible et inefficace – le vent – au point que l’homme a cessé de l’utiliser pour ses besoins critiques depuis très longtemps. Pour d’excellentes raisons.»

    «La construction d’éoliennes elle-même est polluante : elle requiert d’importantes quantités de métaux rares minés en Mongolie intérieure au prix de rejets toxiques et radioactifs massifs : « Parler d’énergie propre, c’est une mauvaise blague et les ministres qui la font devraient avoir honte à chaque fois qu’ils prononcent ces mots. (…)
    Vient ensuite l’impact de leurs matériaux : acier et béton en quantité massive s’ajoutent aux lames en fibre de verre. « Les éoliennes ont besoin d’environ 200 fois plus de matériaux par unité de capacité qu’une turbine à gaz à cycle combiné moderne. Si nous devons construire autant d’éoliennes par an (ou un nombre plus petit de turbines plus grandes) simplement pour rester à la hauteur de la croissante demande d’énergie, cela exigera 50 millions de tonnes de charbon par an. Soit environ la moitié du charbon dur extrait en Union européenne chaque année».

    Plus qu’une mauvaise blague, les éoliennes sont un véritable «foutage de gueules».
    Alors vous ne manquerez sûrement pas de vous poser ces questions fondamentales :
    – Que peut-on faire pour assurer les besoins en énergie de la planète ?
    – Que peut-on faire si nous voulons sortir du nucléaire ?

    La réponse est complexe mais évidente sur un point : les éoliennes sont une vaste arnaque intellectuelle qui ne résoudront absolument rien, sauf à nous précipiter davantage vers les ennuis, pour le bénéfice de lobbies qui se «torchent» de notre Avenir ou de celui de nos enfants.
    L’énergie de demain, propre et abondante, qui garantira les besoins de l’Humanité, réside dans la recherche dans laquelle il faut investir rapidement au lieu de financer, sur le dos des citoyens, cette escroquerie planétaire.

    Commentaire rédigé à partir d’un article de Matt Ridley extrait de « The Spectator »

    https://www.spectator.co.uk/2017/05/wind-turbines-are-neither-clean-nor-green-and-they-provide-zero-global-energy/

    (**) Et bien évidemment il faudrait coupler ces armées d’éoliennes à des centrales thermiques (charbon-gaz-fioul) de puissance équivalente pour garantir la fourniture d’énergie les jours sans vent.

    Répondre
    • @ Francis : vous reprenez sans réfléchir ni vérifier des données inexactes du Spectator, un média très conservateur britannique qui a toujours soutenu les lobbies d’énergies conventionnelles et vice-versa et leurs rentes de situation si vous connaissiez un minimum l’histoire des énergies, alors on est dans le lobbying ou le marketing/pub et non dans les réalités ni analyses scientifiques et économiques objectives.

      Appliquer sans plus approfondir des énergies récentes à un vieux modèle très énergivore et à l’origine d’immenses gabegies, pollutions, du changement climatique etc n’a évidemment aucun sens (ni d’ailleurs aucun intérêt).

      Déjà dans la part d’énergie finale consommé les renouvelables sont désormais à plus de 20%, le nucléaire autour de 2,3%, les fossiles autour de 77%, l’hydro ne représente que 3,6%.

      La progression est donc plus rapide que vous ne l’envisagez et il y a des facteurs économiques évidemment porteurs comme la compétitivité très forte et de plus en plus de toutes les renouvelables.

      Selon l’International Energy Outlook 2017 (IEO2017) la consommation énergétique mondiale totale devrait passer de 575 quadrillions d’unités thermiques britanniques (Btu) en 2015 à 736 quadrillions de Btu en 2040, soit une augmentation de 28% (1% par an à comparer à une augmentation annuelle des énergies renouvelables de 2,8% jusqu’à présent et 2,3% d’ici à 2040, nucléaire 1,5%, gaz 1,4%), sans compter les progrès non prix en compte dans l’efficacité énergétique dans tous les domaines dont les transports où l’électrique et surtout l’électro-solaire ont un rendement très largement supérieur au thermique.

      http://www.greentechlead.com/wp-content/uploads/2017/06/Figure_02_GSR_2017.jpg

      Et on progresse dans tous les domaines concernés ce qui n’est pas encore pris en compte dans ces différentes études.

      Les éoliennes “terrestres” de 3 MW ne sont pas les plus puissantes contrairement à ce que vous affirmez. On a largement dépassé cette puissance depuis plusieurs années et plus encore dans l’offshore où l’on s’approche des 12 MW de capacité et plus sous peu. Le repowering à moins de 15% du prix initial d’une éolienne le démontre.

      Le facteur de charge en offshore étant nettement plus élevé et la part d’offshore pouvant être très importante notamment en offshore flottant et hybride, le facteur de charge moyen prospectif que vous prenez est inexact et ce de loin.

      Il est absurde de raisonner sur la seule base de l’éolien au plan mondial donc je vous laisse à vos élucubrations, mais il est au contraire nécessaire d’envisager chaque fois l’ensemble du meilleur mix renouvelable régional combiné à la meilleure efficacité énergétique et aux meilleurs recyclage et utilisation des ressources.

      Il est par contre exact que les renouvelables utilisent généralement plus de matières premières que les énergies conventionnelles mais pas dans les disproportions que vous indiquez et cette part est relative par rapport aux autres industries électroniques, informatiques etc. qui sont incontournables.

      On améliore nettement l’utilisation des ressources en choisissant chaque fois que c’est possible les plus courantes. Il est en outre plus facile de recycler une éolienne ou du solaire que de multiples appareils électroniques compte tenu des volumes respectifs et donc la rapide rentabilité des filières. Ce taux de recyclage est proche de 100% tant pour le solaire que pour l’éolien.

      Démontrer que l’éolien et le solaire ont largement la capacité d’alimenter le monde toutes énergies confondues a déjà été scientifiquement fait (les seules éoliennes terrestres pourraient extraire de l’énergie cinétique à un niveau d’au moins 400 TW et l’énergie éolienne de haute altitude plus de 1 800 TW), mieux encore pour le solaire dans une surface réduite de nombreuses zones ensoleillées existantes (les Etats-Unis étant le pays le plus ensoleillé avant l’Egypte et le Soudan), mais là n’est pas le sujet puisque dans la réalité on avance en fonction de nombreux paramètres selon chaque pays et région.

      La plupart des professionnels du secteur énergétique reconnaissent qu’atteindre 100% d’énergies renouvelables dans le futur n’a techniquement absolument rien de fantaisiste. De nombreux organismes, universités etc le démontrent avec des mises à jour régulières et très précises, que ne démentent pas les opérateurs de réseau qui sont les mieux placés pour juger de l’équilibre, sûreté et coût du réseau puisqu’il en ont la responsabilité (voire récent scénario RTE notamment “Ampère” avec déjà 50% de renouvelables et 46% de nucléaire pour la France d’ici 2035)

      Par ailleurs au plan économique plusieurs centres de recherche en économie et les modèles du CEA lui-même comme les dirigeant d’Engie ou d’EDF entre multiples autres reconnaissent que le nucléaire n’est plus assez compétitif comparé aux renouvelables et ce pourquoi ils se tournent de plus en plus vers elles comme vous pouvez le constater.

      Et même les scientifiques approuvant initialement ITER et y travaillant, tout comme son récent dirigeant, admettent qu’il sera très certainement impossible de rendre l’énergie de fusion compétitive face aux renouvelables et certains pays pensent à réduire leur contribution au consortium ITER qui a régulièrement du mal a boucler ses échéances.

      Donc informez-vous mieux et ouvrez plus grand les yeux sur les évolutions en cours.

      Répondre
  • Il suffit d’observer quotidiennement les indicateurs de production et consommation d’électricité pour constater, en Allemagne comme au Danemark, l’importance du fossile thermique en hiver, lorsque la demande en électricité est importante, ce qui conduit à un KWh très carboné( 200 à 600 g/KWh) alors que, en été, ces pays exportent une bonne partie de leur production renouvelable intermittentes dont il n’ont pas besoin, et à un prix très bas ( voire négatif). En France, nous exportons quotidiennement plus d’électricité que ne produisent l’éolien et le solaire réunis. Autant dire que ceux-ci ne nous sont d’aucune utilité !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.